Le secteur des transports polonais vise l’électromobilité

DISCLAIMER: All opinions in this column reflect the views of the author(s), not of EURACTIV.COM Ltd.

Des taxis électriques alignés à Varsovie. [meowKa / Shutterstock]

Cet article fait partie de l'édition spéciale L’e-mobilité change la donne.

L’UE multiplie les initiatives en faveur de l’électromobilité et de l’utilisation de carburants alternatifs. Michał Kurtyka explique comment la Pologne réinvente son secteur des transports.

Michał Kurtyka est secrétaire d’État au ministère de l’Énergie polonais.

Le secteur des transports génère près de 11 millions d’emplois et contribue à hauteur de 5 % au PIB de l’Union. Malheureusement, ce même secteur a un impact négatif sur l’environnement. Les transports sont actuellement responsables de 25 % des émissions de gaz à effet de serre de l’UE. Pas moins de 70 % des émissions liées au secteur émanent du transport routier. D’ici 2030, les transports pourraient devenir la principale source d’émissions dans l’UE. Le secteur a donc besoin de réformes décisives.

La Pologne souhaite poursuivre, avec d’autres pays de l’UE, des initiatives visant à concilier les besoins de mobilité des habitants avec la protection de leur santé et le respect de l’environnement.

Pour répondre aux attentes élevées du secteur des transports, nous avons conçu plusieurs réglementations visant à populariser les véhicules à émissions faibles ou nulles en Pologne.

Le paquet Transports propres contient des documents qui mettent en œuvre une directive de l’UE de 2014 sur le déploiement d’infrastructures de carburants alternatifs. En raison de plusieurs initiatives prévues dans le paquet, nous avons également décidé de mettre en place un instrument financier pour soutenir la mise en œuvre des actions prévues dans ces documents.

Il s’agira du Fonds de transport à faibles émissions (FNT). Le Fonds soutiendra à la fois les initiatives de croissance de l’électromobilité et les projets de transport basés sur les carburants alternatifs tels que l’hydrogène, le GNC et le GNL.

L’éventail des projets éligibles à un financement est très large – un soutien sera apporté, entre autres, aux fabricants de moyens de transport, aux collectivités locales qui investissent dans les transports publics propres, aux producteurs de biocarburants, ainsi qu’aux entités qui planifient l’achat de nouveaux véhicules.

Le Fonds doit également soutenir la promotion et l’information sur l’utilisation de carburants alternatifs dans les transports. Pour cela, le FNT disposera d’un budget d’environ 6,7 milliards de zloty (1,55 milliard d’euros) jusqu’en 2027.

Les mesures proposées par la Pologne, destinées à financer le développement de l’électromobilité, et les projets de transport basés sur les carburants alternatifs complètent les initiatives de l’UE dans ce domaine.

Le paquet « mobilité propre » de l’UE indique que dans les années à venir, la clé sera l’amélioration de l’organisation des transports (en particulier l’amélioration de l’efficacité et de l’intégration des différents types de transport), la généralisation de véhicules plus propres (par l’adoption de nouvelles limites d’émissions de CO2 pour les véhicules), ainsi que l’augmentation de la disponibilité d’énergies alternatives pour l’industrie des transports, entre autres par la construction d’infrastructures appropriées.

Le Fonds pour les transports à faibles émissions sera responsable de la mise en œuvre de ces objectifs au niveau national.

L’agenda urbain de l’UE indique que les zones urbanisées habitées par la majorité des citoyens de l’UE sont le moteur de l’économie de l’Union. Nous sommes impatients de voir les villes polonaises bénéficier de l’approche innovante et basée sur la collaboration pour le développement et le déploiement de stratégies locales, tout en gardant une dimension européenne significative.

Je suis convaincu qu’avec la création du Fonds de transport à faibles émissions, les gouvernements locaux, les entreprises et les ONG deviendront des partenaires égaux dans l’initiative.

Les objectifs de la FNT sont identiques à ceux de l’agenda urbain de l’UE, à savoir principalement l’amélioration de la qualité de vie des citoyens et la résolution des principaux défis auxquels sont confrontées les villes – de l’emploi à la mobilité, à l’environnement et au changement climatique.

De plus, le succès du développement urbain sera l’élément clé de la stratégie « Europe 2020 » pour une croissance économique intelligente et durable.

La Pologne condamnée sur la qualité de l’air

La justice européenne a jugé que la Pologne enfreignait de façon persistante la législation européenne sur la qualité de l’air et appelle Varsovie à les respecter sans tarder.

Aujourd’hui, l’électromobilité illustre l’aspiration de l’Union à créer dans l’UE des solutions commerciales et technologiques susceptibles de lui procurer un avantage concurrentiel. La Pologne se félicite vivement que ces aspirations soient axées sur un défi technologique.

Pour atteindre les objectifs convenus en matière d’électromobilité, il faudra une chaîne de valeur des batteries innovante, durable et compétitive dans toute l’Europe. Les batteries jouent un rôle clé dans la révolution industrielle qui nous entoure.

Les universités et les entreprises européennes aspirent à devenir un maillon important de cette chaîne émergente. C’est pourquoi la Pologne a rejoint avec beaucoup d’enthousiasme l’Alliance des Batteries de la Commission européenne, qui vise à développer une chaîne de valeur compétitive ainsi que la production de batteries en Europe.

L’extension de l’électromobilité en Pologne et dans l’UE exige de nouvelles mesures législatives et une coopération économique internationale toujours plus étroite entre les États membres.

Les universités nationales mènent des recherches approfondies sur la conversion d’énergie et l’électrochimie appliquée. Il est important de noter que la Pologne dispose également des ressources en matières premières nécessaires à la fabrication de batteries et que les entrepreneurs polonais ont le potentiel de s’engager dans la croissance de ce secteur.

Les fonds provenant du Fonds pour les transports à faibles émissions constitueront le dernier élément complémentaire, permettant le financement d’initiatives nationales dans le cadre de l’alliance des batteries de l’UE.

La combinaison de la collaboration internationale, du soutien du gouvernement, du potentiel scientifique et de l’industrie permettra à la Pologne de devenir un élément clé de la chaîne d’approvisionnement européenne en batteries dans quelques années, et permettra à l’UE de développer des innovations technologiques modernes pour concurrencer les solutions provenant d’autres parties du monde.

Un autre aspect important qui doit être affecté par les initiatives déployées avec le financement du Fonds de transport à faibles émissions est la réduction de la pollution induite par le transport routier.

Le soutien à la croissance de l’électromobilité et la popularisation des carburants alternatifs ouvrent des perspectives réalistes d’amélioration de la qualité de l’air non seulement en Pologne, mais aussi dans tous les pays de l’UE.

Il convient de noter que l’amélioration de la qualité de l’air améliorera non seulement la santé publique (réduction des coûts des soins de santé), mais aussi les dommages causés à l’environnement et aux bâtiments. Il contribuera également à la réduction du bruit de la circulation.

Les mesures relatives au déploiement de l’électromobilité et à la vulgarisation des transports alternatifs en Pologne complètent les initiatives pertinentes de l’Union européenne.

En tant que communauté, nous créons un espace législatif et des conditions pour le développement d’un nouveau marché innovant et compétitif dans l’UE.

Toutefois, la forme du modèle européen de vulgarisation de l’électromobilité sera principalement influencée par les entrepreneurs, les scientifiques et les utilisateurs de véhicules et de transports publics.

La tâche des États membres est donc d’établir les instruments de soutien optimaux visant à stimuler l’adoption de l’électromobilité et des carburants alternatifs dans leurs pays.

Bruxelles veut des batteries «made in Europe»

Les batteries et le stockage de l’énergie sont de plus en plus importants pour l’électromobilité et le développement des renouvelables. L’UE s’efforce donc d’aider son industrie à faire face aux avancées de la Chine et d’entreprises américaines comme Tesla.

Subscribe to our newsletters

Subscribe