À Roppenheim, les gilets jaunes rêvent d’une révolte européenne

epa07187430 Gilets jaunes. [EPA-EFE/Julien de Rosa]

Les manifestants se disent soutenus par les travailleurs qui, chaque jour, franchissent le pont au-dessus du Rhin pour se rendre au travail. Et rêvent d’un front commun de la contestation au-delà de la frontière. Un article de notre partenaire, La Tribune.

Les pieds dans la boue, au bord de la route départementale qui relie le nord de l’Alsace à l’Allemagne, une quinzaine de manifestants revêtus de gilets jaunes se tiennent à l’abri sous une tente de fortune. Depuis le 17 novembre ils occupent le rond-point de Roppenheim et promettent de ne pas le quitter avant d’avoir obtenu des réponses à leurs revendications.

Fiscalité verte : le gouvernement à l'épreuve des « gilets jaunes »

La France se prépare à vivre un samedi de blocage, initié par des citoyens qui protestent principalement contre les coûts du carburant. Le gouvernement a fait des annonces pour tenter d’apaiser la grogne sociale.

 

« On veut la démission de Macron », tonne Francis, un homme d’une cinquantaine d’années, revêtu ce matin d’une tenue de combat kaki. « On en a marre des privilèges de ceux qui nous gouvernent, des taxes qui n’arrêtent pas d’augmenter alors que l’ISF a été supprimé », poursuit celui qui se présente comme « un employé du secteur public ». Erwan, l’un de ses compagnons, se lance dans une diatribe contre l’Europe :

« On a offert notre souveraineté à Bruxelles et ruiné notre économie pour rester tant bien que mal dans la zone Euro. Quittons cette Union européenne qui nous envoie ses travailleurs détachés pour des salaires de misère. Remettons des douaniers à la frontière ».

Situation paradoxale

Dans ce coin de France où le travail frontalier fait vivre directement plus de 60 000 personnes, une telle revendication semble paradoxale. De l’autre côté du Rhin, le Land de Bade-Wurtemberg connaît une situation de quasi-plein emploi avec 3,1 % de chômage en septembre 2018. Les Alsaciens sont bienvenus dans les entreprises allemandes en manque de main-d’œuvre, à condition d’être formés et de maîtriser la langue. Francis Martin, l’un des manifestants à Roppenheim, travaille dans une société d’ingénierie à Karlsruhe pour 2.600 euros mensuels.

« Je participe au mouvement parce que je ne veux pas que mes efforts ne servent qu’à nourrir cet État français qui me taxe toujours plus », répond-il.

Le gouvernement français prêt à reculer sur la taxe carbone

Après les émeutes en marge du mouvement des Gilets jaunes, la taxe carbone adoptée sous Hollande devrait être revue à la baisse.

 

Solidarité des chauffeurs espagnols, polonais, allemands

A proximité du camp des gilets jaunes, la circulation est fluide. Des Alsaciens vont et viennent en voiture individuelle, sur le chemin du travail. Des chauffeurs routiers espagnols, polonais et allemands klaxonnent au passage. « Ils ont les mêmes problèmes que nous, ils sont solidaires », conclut Francis.

Samedi dernier, une centaine de manifestants allemands sont venus grossir les rangs des Alsaciens. A pied, ils ont défilé sur la route départementale, bloquant un instant le passage de la frontière aux voitures et aux camions. Sur les réseaux sociaux, ceux de Roppenheim ont fièrement posté des images d’un embryon de contestation binationale.

« La situation sociale en Allemagne n’est pas si belle qu’on le croit. Les Allemands sont en colère. Là-bas aussi, le prix de l’essence augmente. Merkel a réduit le chômage avec ses emplois à 400 euros et les réfugiés exaspèrent la population », énumère Francis.

L’intérêt du parti d’extrême-droite allemand AF

Les arguments sont ceux de Jörg Meuthen, le co-président de l’AfD (Alternative für Deutschland), le parti d’extrême-droite qui vient de réussir une percée dans les élections régionales allemandes. Et Sahra Wagenknecht, co-présidente du groupe parlementaire Die Linke (extrême-gauche), ne dit pas autre chose :

« La France est différente, la France est toujours plus spontanée. J’aimerais que l’Allemagne proteste contre ce gouvernement pour lequel les intérêts des lobbies sont plus importants que les intérêts des gens normaux », a-t-elle déclaré cette semaine aux médias allemands.

Pour le Medef alsacien, l’impact économique reste minime

Avec ou sans front transfrontalier de la contestation, l’Alsace reste attachée à ses liens avec l’Allemagne. Sur le front de l’économie, ils ont même tendance à se renforcer. « Les jeunes veulent travailler en Allemagne, la demande est forte », confirme Martine Wonner, députée (LREM) du Bas-Rhin.

L'UE ne prend pas en compte les conséquences sociales de la transition énergétique

Les manifestations des Français contre le prix du carburant ont mis la politique climatique au cœur du débat politique. Et ce, quelques jours avant la COP24, qui se focalisera sur une « transition juste » vers un monde zéro émission.

« En Alsace, on ne dramatise pas la situation des gilets jaunes », poursuit-elle, saluant le « lien social » qui s’est créé autour du mouvement. Au Medef, on reconnaît un impact minime du mouvement sur l’activité économique. « Certains commerces connaissent une baisse de leur fréquentation, parce que les Alsaciens sont prudents et ont repoussé leurs achats », analyse Olivier Klotz, son président régional.

A Roppenheim, le gigantesque centre commercial qui fait face au rond-point occupé n’a pas été bloqué. Un accord tacite a été passé avec la direction locale : les gilets jaunes pourront utiliser les sanitaires et toutes les facilités du centre, à condition de ne pas en empêcher l’accès. Jusqu’aujourd’hui, il a été respecté.

Subscribe to our newsletters

Subscribe