Aux élections européennes, les fédéralistes tentent de promouvoir une vraie Europe

Yves Gernigon et Audric Alexandre [OuestFrance]

Deux listes aux élections européennes s’opposent à l’Europe des États et plaident pour une véritable Europe politique. Un article de notre partenaire, Ouest-France.

Face aux nationalistes, des partis fédéralistes demandent la mise en place d’une véritable Europe politique à l’occasion des élections européennes du 26 mai 2019.

Opposés à l’idée d’un État centralisateur, le Parti fédéraliste européen (PFE) et le Parti des citoyens européens (Pace) présentent des listes avec deux Lillois à leur tête.

Le PFE veut un FBI européen

Sa tête de liste, Yves Gernigon (54 ans), veut une « Europe populaire » qui « arrête de parler seulement d’Erasmus ». Le PFE (allié au Parti breton et Breizh Europa) veut une Europe à plusieurs vitesses avec une dizaine de pays à l’avant-garde.

Autre proposition phare : un FBI européen et une police fédérale de contrôle des frontières.

L'idée d’une Europe à plusieurs vitesses ravive la fracture entre Est et Ouest

Le consensus du sommet de Versailles sur la nécessité d’une Europe à plusieurs vitesses risque de ranimer les tensions entre les pays de l’Europe centrale et orientale et ceux de l’Europe de l’ouest.

Pace et la République européenne

Audric Alexandre (30 ans) veut « approfondir l’Europe sur le fiscal et l’environnemental ». La tête de liste de ce parti de gauche veut une République européenne avec un État providence européen et une fiscalité commune sur les multinationales.

Il voudrait baser le Premier ministre européen à Aix-la-Chapelle, le Parlement à Strasbourg, un Sénat à Rome et une Agora des territoires incluant des citoyens tirés au sort à Athènes.

Une campagne difficile

Ces deux partis ont du mal à dépasser « le plafond de verre des médias traditionnels », déplore Yves Gernigon. Le PFE a décidé de consacrer une grande partie de son budget de campagne à la promotion sur les réseaux sociaux et des passages dans les « médias alternatifs ».

>> Lire la suite sur Ouest-France

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.