Beppe Grillo enraye la fuite de ses eurodéputés

Le Brexit devrait laisser vacants 73 sièges au Parlement européen.

Après l’échec du rapprochement du parti de Beppe Grillo avec les libéraux à Bruxelles, un  eurodéputé du M5E a rejoint le groupe des Verts et un autre celui de Marine Le Pen. Mais les mesures de rétorsion annoncées par le leader italien ont découragé les vocations.

L’exode des eurodéputés du Mouvement 5 étoiles vers le groupe des Verts n’aura finalement pas eu lieu. Sur les 17 élus italiens du parti de Beppe Grillo au Parlement européen, un seul a rejoint le groupe des écologistes.

L’eurodéputé Marco Affronte a rejoint le 11 janvier les rangs du groupe Verts/ALE, portant ainsi le nombre d’élus à 51. Mais en quittant le groupe eurosceptique EFDD, dominé par les Britanniques de UKIP, l’eurodéputé a provoqué la colère de Beppe Grillo.

Le leader controversé du mouvement a appelé dans la foulée l’eurodéputé à démissionner de son poste d’élu ou à payer une amende de 250 000 euros, au titre d’une violation grave du contrat signé entre les candidats et les M5S.

« Il y a pour le moment un membre du M5E qui nous a rejoints. Les élus ont subi une pression extrêmement forte assortie d’un chantage financier de la part de Beppe Grillo » explique une source proche des Verts.

Défections

Résultat, les trois autres eurodéputés italiens qui s’étaient rapprochés du groupe des écologistes ont pour l’instant jeté l’éponge. « Il y a eu des rétropédalages après le message de Beppe Grillo », reconnait la source.

La question de l’intégration des élus italiens s’était déjà posée en 2014 après les élections européennes dans la famille des Verts. Les discussions avaient alors tourné court lorsque Beppe Grillo avait choisi de rejoindre UKIP, alors que du côté des écologistes une réserve forte avait été exprimée face aux élus de cet ovni politique.

>>Lire : Les libéraux rejettent l’alliance avec Beppe Grillo au Parlement européen

« Depuis 2014, on avait regretté d’avoir fermé la porte si rapidement à toute possibilité de collaboration avec les 5 étoiles » reconnait une source proche des Verts.

Autre défection dans les rangs de Beppe Grillo, l’eurodéputé Marco Zanni a lui rejoint le groupe Europe des Nations et des Libertés (ENL), dirigé par Marine Le Pen. Un choix à l’autre bout de l’échiquier politique, qui rapproche l’italien de ses compatriote de la Ligue du Nord, siégeant déjà avec l’extrême droite européenne depuis 2014.

En ordre dispersé

Les départs d’élus en ordre dispersé pour des familles politiques aux antipodes au sein de l’hémicycle font suite à la tentative de l’ex-comique de changer de famille politique à mi-mandat.

Beppe Grillo avait lancé ces derniers jours une consultation en ligne pour proposer aux militants du parti de quitter l’EFDD et rejoindre les libéraux de l’ALDE, un groupe politique résolument fédéraliste.

La proposition avait remporté l’adhésion des militants, qui avaient voté à 78,5% pour un rapprochement avec l’ALDE. Mais l’opération de rapprochement entamée par Beppe Grillo n’a pas été du goût de tous les élus européens du M5E, pas vraiment consultés sur ce changement de cap.

« J’ai l’impression qu’un nombre important de décisions se prend davantage à Rome qu’ici au sein du mouvement 5 étoiles » pointe du doigt l’eurodéputé français écologiste Pascal Durand.

Et la tentative de Beppe Grillo avait de quoi surprendre. Le M5E, qui a obtenu environ 25% des voix lors des récentes élections générales en Italie, défend des positions aux antipodes de la famille des libéraux européens : la tenue d’un référendum en Italie sur le maintien dans la zone euro, des critiques parfois très dures sur l’immigration, une ligne « anti-establishment » qui frise parfois avec le populisme, etc. Autant de sujets qui rapprochent davantage les Italiens de partis populistes ou eurosceptiques.

>> Lire : Beppe Grillo veut rompre les liens avec les eurosceptiques britanniques

De fait, les votes au sein du Parlement européen des 17 membres du mouvement reflètent cette faible proximité avec les libéraux. Selon VoteWatch, les M5E et les membres de l’ALDE ont voté de manière similaire dans 50,3% des cas. Avec les Verts, cette proximité de vote grimpe à 72,9%.

http://60811b39eee4e42e277a-72b421883bb5b133f34e068afdd7cb11.r29.cf3.rackcdn.com/2017/01/5-Star-vs-others-png.png

« Pour moi, le M5E n’est pas un « mouvement paria », et cette position est partagée par la majorité du groupe. Sur les questions sociales, d’environnement et de démocratie, il y a une convergence très forte avec les Verts » détaille Pascal Durand.

De fait, le M5E défend une ligne écologiste forte au niveau national, en ayant récemment proposé  des objectifs ambitieux : la fin du charbon avant 2020 ; la fin du pétrole avant 2040 ; 100% d’énergies renouvelables d’ici 2050.

Subscribe to our newsletters

Subscribe