Bernard Cazeneuve succède à Manuel Valls à Matignon

François Hollande a nommé Bernard Cazeneuve pour remplacerà Manuel Valls à Matignon, s’assurant pour les cinq derniers mois de son mandat les services d’un homme de confiance, excellent connaisseur des questions budgétaires, de défense et européennes.

Sa nomination a été annoncée par l’Élysée dix petites minutes après le départ de Manuel Valls, venu remettre sa démission et celle de son gouvernement pour se consacrer à la campagne de la primaire de la gauche.

>>Lire: Le remplacement de Manuel Valls pose question

Venu en voisin de la Place Beauvau, le siège du ministère de l’Intérieur distant de quelques dizaines de mètres du palais présidentiel, Bernard Cazeneuve a été chargé de former le nouveau gouvernement qui a été nommé dans la matinée.

Bernard cazeneuve a ainsi nommé Bruno Le Roux, jusqu’ici président du groupe PS à l’Assemblée nationale, pour lui succéder Place Beauvau dans un contexte de risque terroriste très élevé.

André Vallini a été nommé secrétaire d’Etat chargé des Relations avec le Parlement et Jean-Marie Le Guen secrétaire d’Etat au Développement et à la Francophonie. Les deux hommes échangent ainsi leurs postes.

Homme de confiance

Cazeneuve à Matignon, « c’est le choix d’un Premier ministre qui connaît très bien les questions de sécurité et de lutte contre le terrorisme qui sont les priorités de l’exécutif », souligne un proche du président.

« Il saura travailler avec l’ensemble de la majorité parlementaire et entretient une grande relation de confiance avec le président de la République, forgée avec l’expérience des terribles attentats de 2015 », souligne-t-on encore.

>> Lire : Hollande renonce à un second mandat

Un ministre relève également qu’il présente l’avantage d’être « Vallso-compatible et Hollando-fidèle » et « pourra pleinement se concentrer sur sa tâche puisqu’il n’est pas candidat aux législatives », contrairement aux autres prétendants.

Parmi eux, Stéphane Le Foll, qui figurait dans la liste des prétendants et l’a fait savoir haut et fort, aurait fait figure de casus belli avec le désormais ex-Premier ministre.

Quoi qu’il en soit, le nouveau Premier ministre battra, avec un bail de cinq mois, le record du plus bref passage rue de Varenne, détenu par Édith Cresson en un peu plus de dix mois entre 1991 et 1992. Il s’agit donc du troisième Premier ministre de M. Hollande, après Jean-Marc Ayrault (2012-2014) et Manuel Valls.

« Grande expérience »

Avocat de formation, d’un tempérament discret, mais excellent orateur, M. Cazeneuve, 53 ans, est récompensé de son indéfectible fidélité à François Hollande. « C’est le choix d’une grande expérience d’élu local et national puisqu’il a exercé plusieurs fonctions ministérielles depuis 2012 », fait encore valoir l’entourage du président.

Maire de Cherbourg en 2001, député de la Manche de 2007 à 2012, ex-soutien de Laurent Fabius devenu porte-parole du candidat Hollande avant 2012, M. Cazeneuve a déployé ses talents de négociateur dans différents ministères. D’abord comme ministre délégué aux Affaires européennes, rôle dans lequel il s’employa à faire adopter le traité de stabilité budgétaire européen au parlement français et à sa majorité de gauche réticente.

Ensuite au Budget après la démission, en 2013, de Jérôme Cahuzac, poussé vers la sortie par la révélation de l’existence de comptes bancaires cachés en Suisse et à Singapour pour ce qui fut le premier scandale du quinquennat.

En 2014, il est ensuite nommé ministre de l’Intérieur lors de la formation du gouvernement de Manuel Valls, alors que circulaient les noms de François Rebsamen, proche de François Hollande, et de Jean-Jacques Urvoas, proche du Premier ministre finalement devenu garde des Sceaux en 2016.

Manuel Valls avait officialisé lundi soir sa candidature à la primaire du PS des 22 et 29 janvier depuis son fief d’Évry, quatre jours après le renoncement de François Hollande à briguer un deuxième mandat, une première sous la Ve République. M. Valls est arrivé mardi peu avant 08h30 à l’Élysée et en est reparti après 35 minutes d’entretien avec François Hollande.

Il affrontera deux de ses anciens ministres lors de cette primaire, Arnaud Montebourg et Benoît Hamon, et tiendra un premier meeting mercredi dans le Doubs.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.