La Commission façonne sa nouvelle vision de l’Europe pour fin 2017

Jean-Claude Juncker [360b/ Shutterstock]

Exclusif. La Commission européenne présentera cinq propositions lors de ce semestre pour forger une « nouvelle identité » à temps pour le Conseil européen de décembre, a appris EURACTIV.

Le collège des commissaires a tenu le 22 février une première discussion sur l’avenir de l’Europe. Sa contribution au débat se présentera sous la forme d’un livre blanc publié « à temps pour le sommet de Rome », le 25 mars, ont expliqué les responsables européens. Les dirigeants européens y célèbreront le 60ème anniversaire du traité de Rome dans la capitale italienne.

Des sources européennes ont précisé que la publication aura probablement lieu après le Conseil européen des 9 et 10 mars.

>> Lire : Changer ou non les traités, être 27 ou moins : le débat fait rage

Le débat d’orientation de la Commission a suivi l’adoption par le Parlement européen de trois rapports sur l’avenir de l’UE, l’approfondissement de l’union économique et monétaire et sur le budget de la zone euro.

Suite au vote sur le Brexit, les dirigeants européens ont annoncé lors du sommet de Bratislava en septembre dernier que les 27 membres restants dévoileraient leur vision de l’Union à Rome.

Le document utilisé comme base pour la discussion du collège aujourd’hui, consulté par EURACTIV, indique pourtant que le livre blanc de la Commission « clarifiera le fait que le sommet de Rome n’est pas la fin d’un processus, mais plutôt le début d’une réflexion plus large sur l’avenir de l’UE à 27 ».

La Commission estime en effet que le Conseil européen de décembre sera le couronnement du processus. Dans l’objectif d’obtenir les « premières conclusions » d’ici là sur l’avenir de l’UE, l’exécutif publiera cinq « documents de réflexion » ce semestre.

>> Lire : Malgré le Brexit, « l’UE en tant que telle n’est pas en danger »

Le premier document se concentrera sur la dimension sociale de l’Europe, ainsi que sur la proposition d’un socle européen des droits sociaux, et est attendu pour le 26 avril.

Le deuxième cherchera à comprendre comment maitriser la mondialisation et est prévu pour mi-mai, avant les sommets du G7 des 26 et 27 mai et du G20 les 7 et 8 juillet.

La troisième contribution s’inscrira dans la continuité du rapport des cinq présidents sur l’approfondissement de l’union économique et monétaire, et est attendue pour fin mai.

La quatrième proposition se penchera sur l’avenir de l’Europe de la défense d’ici début juin. Et enfin, à la fin de ce même mois, l’exécutif publiera sa contribution finale sur l’avenir des finances de l’UE.

Comme indiqué précédemment par EURACTIV, l’exécutif n’a pas l’intention de proposer une vision qui pourrait éloigner davantage les États membres opposés à plus d’intégration.

La Commission vise plutôt à souligner les différents scénarios pour l’avenir du projet européen. La déclaration de Rome et les cinq documents de réflexion aideront à forger la « nouvelle vision » de la prochaine décennie.

La priorité du président de la Commission, Jean-Claude Juncker, est de « trouver une nouvelle identité » pour les 27 États membres de l’UE, ont expliqué des sources européennes. Selon elles, son but est de renforcer l’union entre les 27 pays.

>> Lire : L’UE met sa stratégie d’union toujours plus étroite en suspens

Le débat du 22 février a tourné autour de trois questions sur les trois principaux accomplissements de l’UE, les trois principaux défis et l’avenir du projet européen dans les dix prochaines années.

« Si l’un des pères du projet européen était projeté d’un camp de prisonniers sur l’île de Ventotene à aujourd’hui, lesquels des trois accomplissements et forces de l’UE verrait-il comme les plus importantes et les plus inattendues ? », était l’une des questions.

Prochaines étapes

25 mars : sommet de Rome.