Corruption : le Parlement européen prévoit une mission pour étudier l’État de droit en Bulgarie

Le Groupe de surveillance de la démocratie, de l'État de droit et des droits fondamentaux prévoit une mission sur le terrain en Bulgarie pour étudier la situation de corruption sous Boyko Borissov. [Anton P Daskalov/Shutterstock]

Les députés européens prévoient une mission pour étudier l’Etat de droit en Bulgarie. Le Groupe de surveillance de la démocratie, de l’État de droit et des droits fondamentaux (DRFMG) du Parlement européen votera aujourd’hui (9 février) sur l’organisation d’une mission sur le terrain en Bulgarie.

Le but sera d’étudier la situation de la corruption et de l’État de droit dans le pays, a annoncé la députée européenne Elena Yoncheva (BSP/S&D), seul représentante bulgare au sein du DRFMG qui compte 14 membres. La situation en Bulgarie est l’un des quatre sujets principaux  qui seront au centre de l’attention du groupe dans les prochains mois, a expliqué Mme Yoncheva sur Facebook.

Mme Yoncheva a déclaré à EURACTIV Bulgarie que sa proposition de mission avait reçu du soutien, bien que le groupe n’ait pas encore voté à ce sujet. Alors que l’idée initiale était de mener la mission immédiatement, les députés européens ont décidé que c’était impossible en raison de la pandémie. Si la proposition de Mme Yoncheva est approuvée, les députés européens partiront donc probablement en Bulgarie en septembre ou octobre. « La Bulgarie reste un sujet prioritaire pour le groupe », a déclaré la députée européenne.

UE-Russie: Moscou "refuse le dialogue", l'UE doit en "tirer les conséquences" (Borrell)

Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell s’est déclaré très inquiet du refus des autorités russes d’engager un dialogue « plus constructif » avec l’UE et a appelé les dirigeants européens à « en tirer les conséquences ».

Au cours des derniers mois, le DRFMG a tenté à deux reprises d’organiser une audition avec le Premier ministre bulgare Boyko Borissov et le procureur général Ivan Geshev. A ces deux occasions, cependant, les deux ont envoyé leurs adjoints pour répondre aux questions des députés européens, qui ont fini par envoyer des questions écrites supplémentaires aux autorités bulgares parce qu’ils n’étaient pas satisfaits des réponses.

En octobre dernier, le Parlement européen a adopté une résolution sur l’État de droit et les droits fondamentaux en Bulgarie. La commission LIBE, qui a décidé de renouveler et d’élargir le mandat de son groupe de travail DRFMG, a travaillé sur le brouillon de ce document.

 

(Édité par Magdalena Pistorius)

Subscribe to our newsletters

Subscribe