Démission d’un ministre Lega condamné par la justice

epa07488612 Edoardo Rixi (2e à gauche), à Gênes avec le maire de la ville, Marco Bucci, et Matteo Salvini sur le site du pont qui s'est effondré l'an dernier, le 6 avril 2019. [EPA-EFE/SIMONE ARVEDA]

Condamné ce jeudi 30 mai à de la prison pour détournements de fonds, Edoardo Rixi, secrétaire d’État italien chargé des Infrastructures et des Transports, a présenté sa démission.

Edoardo Rixi, secrétaire d’État des Transports et des Infrastructures, membre important de Lega (extrême droite), a démissionné jeudi dans la foulée d’une condamnation à trois ans et cinq mois de prison pour malversations.

Sa démission évite une crise potentielle au sein du gouvernement d’union entre la Lega de Matteo Salvini et le Mouvement 5 étoiles (M5S, antisystème), qui exigeait une démission en cas de condamnation, en application du « contrat de gouvernement » signé entre les deux partis.

Edoardo Rixi a été condamné en première instance pour avoir validé dans les années 2010-2012, quand il était chef des députés Lega en Ligurie (nord-ouest), des notes de frais de ses élus présentées comme des dépenses « institutionnelles » alors qu’il s’agissait de billets de loterie, d’huîtres, de fleurs ou encore de déplacements dans des parcs d’attraction. Il a également été condamné à l’interdiction perpétuelle d’exercer des fonctions publiques.

Son avocat a annoncé qu’il allait faire appel, ce qui suspend ces condamnations. « Je suis tranquille. J’ai toujours agi pour le bien des Italiens. Je compte sur un acquittement [en appel] car je n’ai commis aucun délit, mais […] pour ne pas créer de problèmes au gouvernement, j’ai remis ma démission », indique le vice-ministre dans un communiqué.

Il a précisé avoir remis cette démission à Matteo Salvini, vice-Premier ministre, et non pas au chef du gouvernement, Giuseppe Conte, qui l’a cependant remercié de la « sensibilité institutionnelle » dont démontre sa démission.

« J’accepte sa démission uniquement pour protéger lui et le gouvernement d’attaques et polémiques qui n’ont aucun sens », a répondu l’homme fort du gouvernement, qui a doublé son score entre les législatives de mars 2018 (17%) et les européennes (34%). ‘Aujourd’hui même, je nomme Edoardo Rixi responsable national pour les transports et les infrastructures au sein de la Lega en lui reconnaissant des capacités et une honnêteté absolues. »

Ce départ suit de trois semaines la révocation à la demande de Conte d’Armando Siri, un autre secrétaire d’État Lega, soupçonné de corruption, et dont le retrait avait provoqué de vives tensions entre le M5S et la Ligue.

Edoardo Rixi était jugé à Gênes avec 21 autres conseillers ou anciens conseillers régionaux de Ligurie accusés de détournements de fonds. Les relations se sont tendues ces derniers mois entre la Ligue et le M5S et des élections législatives anticipées pourraient avoir lieu en Italie le 22 ou le 29 septembre, rapporte jeudi le quotidien La Stampa.

Salvini grand vainqueur des élections européennes en Italie

Après une année au gouvernement, l’équilibre des pouvoirs entre le Mouvement 5 étoiles et la Lega s’est inversé : l’extrême droite a doublé son score, passant de 17,4 à 33,6 % alors que les anti-systèmes se sont effondrés de 32,7 à 16,7 %.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.