L’AfD se dote d’un duo radical en vue des élections fédérales allemandes

À la suite d’un sondage auprès des membres de l’AfD, le duo Alice Weidel/Tino Chrupalla a obtenu 71 % des voix – pour un taux de participation à 48 %. EPA-EFE/FILIP SINGER

Mardi (25 mai), le parti allemand d’extrême droite Alternative für Deutschland (AfD) a choisi Alice Weidel et Tino Chrupalla comme duo de choc pour les élections fédérales de septembre 2021. Un article d’Euractiv Allemagne.

À la suite d’un sondage auprès des membres de l’AfD, le duo a obtenu 71 % des voix – pour un taux de participation à 48 %.

M. Chrupalla, co-président du parti depuis 2019, et Mme Weidel, co-présidente du groupe parlementaire, sont membres de l’aile dure du parti, proche de Björn Höcke, puissant patron du parti en Thuringe et adepte des provocations verbales. Pour l’heure, ce dernier est d’ailleurs sous surveillance des services de renseignement allemand.

L'Allemagne place l'AfD d'extrême droite sous surveillance

L’Office fédéral de la protection de la constitution (BfV) a déclaré que le parti allemand Alternative für Deutschland (AfD) constituait une menace pour la démocratie mercredi (3 mars). Il a dès lors été placé sous surveillance. Un article d’Euractiv Allemagne.

Ancien peintre en bâtiment de 46 ans, M. Chrupalla est député de la Saxe depuis 2017. Il est bien ancré dans les Länder d’ex-Allemagne de l’Est, qui offrent à l’AfD ses meilleurs scores nationaux.

Alice Weidel, 42 ans, est, elle, élue du Bade-Wurtemberg (Sud-Ouest) et co-dirige depuis 2017 le groupe AfD au Bundestag, la chambre basse du Parlement. Mme Weidel est soupçonnée d’avoir perçu, lors de sa campagne il y a quatre ans, un don litigieux de plus de 100 000 euros, une affaire qui a valu à l’AfD une lourde amende.

En avril, lors de son congrès à Dresde, le parti était déjà visiblement scindé en deux : les modérés d’un côté, les radicaux de l’autre. La politique modérée Joana Cotar avait d’ailleurs proposé à M. Chrupalla de se présenter ensemble, afin d’unifier les deux camps – une tentative soldée par un échec. De ce fait, une campagne électorale avait éclaté en leur sein.

Face à Alice Weidel et Tino Chrupalla, l’aile modérée – menée par le député européen Jörg Meuthen – avait nommé Joana Cotar et Joachim Wundrak pour mener le parti aux élections de septembre. Toutefois, c’était sans compter la victoire des radicaux, qui ont ensuite mis un terme aux querelles relatives à la direction prochaine du parti.

« Les résultats indiquent une victoire sans conteste de l’aile radicale », a déclaré le politologue Albrecht von Lucke dans un entretien avec tagesschau24, ajoutant que M. Meuthen avait subi une défaite cuisante. Il risque ainsi de voir sa présidence contestée lors d’un congrès du parti en fin d’année.

Malgré tout, celui-ci a souhaité bonne chance aux gagnants pour mener le parti jusqu’aux élections du 26 septembre 2021.

De récents sondages laissent entendre que l’AfD pourrait atteindre ses résultats de 2017, soit 12,6 %, à la suite d’une campagne acharnée contre la migration.

À l’heure actuelle, le parti devrait se focaliser sur les retombées économiques de la Covid-19, mettant en exergue que les restrictions imposées pour contrer la propagation du virus avaient été « exagérées ».

Olaf Scholz confirmé dans sa candidature à la chancellerie allemande

Le congrès du parti social-démocrate allemand (SPD) a eu lieu dimanche (9 mai) où le parti a montré un front uni et a confirmé la position du ministre des Finances Olaf Scholz comme candidat du SPD à la chancellerie.

Subscribe to our newsletters

Subscribe