Écologie en compétition : les jeunes s’investissent pour les régions alpines

Les gagnants de la deuxième édition de « Pitch your project », Finn Wilkesmann et Mario Traunsprunger, ont présenté un projet qui permet de recenser les hébergements à petits prix dans les régions alpines. [Regione Lombardia]

Chaque année, la compétition « Pitch your project » permet aux jeunes de présenter des projets durables pour la région alpine. Tickets de train transalpin ou appli pour trouver un hébergement en pleine nature, les initiatives allient généralement écologie et petits prix.

Le Covid-19 ne l’aura que ralenti, pas arrêté. Le Youth Alpine Interrail (Yoalin), un dispositif permettant aux jeunes de voyager à moindre frais dans les régions alpines, n’a pas pu voir le jour cet été. « Mais l’édition 2021 est déjà en cours de préparation », assure Karin Augsburger, chargée des affaires internationales à l’Office fédéral suisse du développement territorial.

Créé en 2018, Yoalin offre aux personnes âgées entre 16 et 27 ans l’opportunité de sillonner en train tout l’espace alpin. De l’Allemagne, à Italie, en passant par la France, la Suisse, le Lichtenstein et la Slovénie, le Youth Alpine Interrail n’englobe pas moins de 48 régions aux milieux naturels remarquables.

Les jeunes s’engagent pour leur région

À l’origine de ce projet se trouve un groupe d’une dizaine de jeunes, membres de la Commission internationale pour la protection des Alpes (Cipra). En 2018, ces derniers ont présenté leur idée à la compétition « Pitch your project ». Devant un parterre d’experts, Luisa Deubser, alors âgée de 24 ans, a su se montrer convaincante, puisque leur projet a remporté le premier prix.

« Nous avions constaté que les trajets en train étaient souvent très onéreux », se rappelle la jeune allemande. « Malgré nos convictions écolos, on se retrouvait souvent forcé à prendre la voiture, ou pire l’avion. Moi-même pour les vacances, j’étais partie faire de l’escalade en France et en Italie en auto. C’est là que l’idée d’un ticket de train transalpin et à petit prix a germé. »

Après leur victoire et une fois le dispositif Yoalin sur pied, cette dernière en a d’ailleurs bénéficié. Elle a refait le même trajet à travers les Gorges du Verdon jusqu’aux dolomites italiennes, mais en train. Celle qui refuse désormais de prendre l’avion semble avoir totalement adopté ce mode de transport plus vert et reposant. Dernièrement c’est au Kirghizistan qu’elle s’est rendue, bercée par le rythme indolent du rail.

Troisième édition de la compétition

Grâce à cette compétition, Luisa et ses amis ont pu obtenir près de 5000 euros pour mener à bien leur projet. Portée par EUSALP, la stratégie de l’UE pour la région alpine, la compétition « Pitch your project » permet à des jeunes de 16 à 25 ans de proposer un projet durable à développer sur leur territoire alpin. Avec à la clé 2 000, 3 000 ou 5 000 euros.

Environnement, éducation, culture, énergie, offre locale : les thèmes de la compétition sont suffisamment larges pour permettre aux candidats de proposer n’importe quel sujet, à condition de garder la question de la durabilité en ligne de mire. Les lauréats du prix 2019, Finn Wilkesmann et Mario Traunsprunger, avaient par exemple présenté « My Cabin », une application et un site web qui recensent les hébergements à petits prix et en pleine nature dans les Alpes.

« Cette tendance verte semble se poursuivre pour l’édition 2020 », note Mélanie Plangger, chargée de coordonner la compétition pour la région du Tyrol autrichien. « Pour l’instant, un premier candidat a présenté une carte qui devrait permettre aux randonneurs de visualiser en ligne où se trouvent les troupeaux de vaches en haute montagne. »

Les candidats ont jusqu’au 31 octobre pour déposer leur dossier. La France étant cette année à la tête de la présidence française d’EUSALP, la remise des prix se tiendra à Nice les 10 et 11 décembre lors du forum annuel de l’EUSALP. « Seuls deux projets ont été présentés pour l’instant, mais nous ne sommes pas inquiets. L’an passé, toutes les candidatures ont été recueilli le dernier jour. » Comme quoi, les idées écolo n’empêchent pas la procrastination.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER