Effondrement de l’opinion publique allemande sur le soutien à la guerre en Ukraine

Toutefois, le discours de M. Scholz, prononcé dimanche (1er mai) lors d’un rassemblement de la Confédération allemande des syndicats, a suscité une vive résistance de la part des participants, qui ont scandé « belliciste ! » pendant qu’il parlait et ont brandi des banderoles sur lesquelles on pouvait lire « désescaladez au lieu de provoquer ». [SASCHA STEINBACH/EPA]

De multiples lettres ouvertes exhortant le gouvernement allemand à faire pression sur l’Ukraine pour qu’elle accepte un compromis avec Vladimir Poutine recueillent un soutien dans le pays, avec des responsables politiques de premier plan se ralliant à cet appel. Parallèlement, la société civile ukrainienne a qualifié la démarche d’« inquiétante ».

La lettre, publiée à l’origine par le magazine EMMA vendredi (29 avril), appelle le chancelier Olaf Scholz à mettre fin à la livraison d’armes lourdes et à « faire tout ce qui est possible pour parvenir à un cessez-le-feu dès que possible ; un compromis que les deux parties puissent accepter ».

Elle a été signée par 28 des plus importants intellectuels et artistes allemands et a depuis recueilli un soutien important.

« La lettre ouverte adressée au chancelier ne représente pas la majorité de l’opinion publiée dans la presse, mais elle représente certainement l’opinion majoritaire de la société — dont la mienne », a déclaré lundi le Premier ministre du Land allemand de Saxe-Anhalt, Michael Kretschmer, selon Bild.

Les organismes de la société civile ukrainienne ont été déconcertés par la lettre ouverte et ont répondu directement aux signataires.

« L’appel à un “compromis” équivaut à nier le droit de l’Ukraine à exister en tant que pays indépendant et autodéterminé. Ils réduisent l’Ukraine à une localité, à un champ de bataille », indique la lettre de réponse de l’Alliance des organisations ukrainiennes en Allemagne.

« La destruction de la culture, de la langue, de la souveraineté ne vous inquiète pas, votre seule préoccupation est celle d’une escalade », ajoute la lettre, publiée mardi.

Le chancelier Olaf Scholz a également répondu indirectement à la lettre ouverte lors de son discours célébrant la fête du Travail, où il a déclaré que le pacifisme radical n’était plus approprié et qu’il était désormais dépassé.

Toutefois, le discours de M. Scholz, prononcé dimanche (1er mai) lors d’un rassemblement de la Confédération allemande des syndicats, a suscité une vive résistance de la part des participants, qui ont scandé « belliciste ! » pendant qu’il parlait et ont brandi des banderoles sur lesquelles on pouvait lire « désescaladez au lieu de provoquer ».

« Je respecte tout pacifisme, je respecte toutes les attitudes, mais il doit sembler cynique à un citoyen ukrainien qu’on lui dise de se défendre contre l’agression de Poutine sans armes », a crié M. Scholz pour se faire entendre face aux chants.

Le président de la Confédération allemande des syndicats, Reiner Hoffmann, a également critiqué indirectement son chancelier social-démocrate.

« Nous disons non au réarmement massif », a-t-il déclaré, ajoutant que le maintien de la paix militaire ne doit pas se faire au détriment de la paix sociale.

Cette lettre ouverte est la deuxième lettre demandant au gouvernement de mettre fin à son soutien à l’Ukraine. Mi-avril déjà, une lettre ouverte signée par des intellectuels allemands demandait au gouvernement allemand de convaincre l’Ukraine de mettre fin à sa résistance et d’entamer des négociations de paix avec la Russie.

Le soutien en faveur de la fourniture d’armes lourdes à l’Ukraine est également en chute libre au sein de la population allemande. Selon un sondage réalisé par Deutschlandtrend jeudi 28 avril, seuls 45 % des Allemands soutiennent la fourniture d’armements lourds à l’Ukraine, soit 10 points de pourcentage de moins qu’au début du mois d’avril.

L’Allemagne va autoriser la livraison d’armes lourdes à l’Ukraine

La coalition allemande va intensifier ses efforts pour soutenir l’Ukraine et a donné son feu vert à la livraison d’armes lourdes par l’industrie, marquant ainsi un net changement de stratégie dans le cadre de la guerre en Ukraine.

Subscribe to our newsletters

Subscribe