Emmanuel Macron : il faut bâtir une coalition « à ciel ouvert »

Emmanuel Macron, qui s’exprime pour la première fois depuis le résultat des élections, a reconnu « les fractures et les divisions profondes » qui traversent le pays, et a fait part de son souhait « d’apprendre collectivement à gouverner et à légiférer autrement ». [EPA-EFE/LUDOVIC MARIN]

Au cours d’un discours à la nation mercredi (22 juin), le président français Emmanuel Macron a exhorté les groupes d’opposition à « clarifier dans les prochains jours la part de responsabilité et de coopération [qu’ils] sont prêts à prendre » pour trouver des coalitions possibles.

Lors d’échanges avec l’ensemble des formations politiques mardi et mercredi, toutes « ont fait part de leur volonté d’éviter un blocage pour notre pays », a-t-il ajouté — bien que toutes ont aussi refusé une coalition avec la majorité présidentielle.

Ce discours intervient alors que les résultats des élections de dimanche ont donné à M. Macron une majorité relative au Parlement, sans allié clair avec lequel construire un « pacte de gouvernement ».

Emmanuel Macron, qui s’exprime pour la première fois depuis le résultat des élections, a reconnu « les fractures et les divisions profondes » qui traversent le pays, et a fait part de son souhait « d’apprendre collectivement à gouverner et à légiférer autrement ».

La construction de coalitions est nécessaire — et il attend des forces politiques qu’elles montrent « au cours des prochains jours » la responsabilité qu’elles sont prêtes à prendre « dans l’intérêt de la nation ».

En revanche, un gouvernement d’union nationale n’est « à ce jour », pas justifié.

Macron a également précisé qu’il était crucial de « ne jamais perdre le projet du 24 avril », sur lequel il a été réélu président. Celui-ci inclut « une politique de défense forte », ainsi qu’une planification écologique et des investissements définis pour mieux combattre le réchauffement climatique.

Il a prévenu que des « mesures d’urgence » seraient nécessaires « dès cet été » sur le pouvoir d’achat, l’énergie, le climat et le système de santé.

Après le discours, le chef du parti communiste français Fabien Roussel a critiqué la tactique de M. Macron visant à « évacuer sa responsabilité » quant aux résultats des élections, tandis que le président du Rassemblement national Jordan Bardella a déclaré que son groupe d’opposition serait « ferme mais constructif ».

Aucune indication n’a été donnée quant à la date d’annonce d’un nouveau gouvernement.

Subscribe to our newsletters

Subscribe