Espionnage : La Russie suspend sa mission auprès de l’OTAN

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a annoncé que le personnel de la mission militaire de l’OTAN à Moscou se verrait retirer son accréditation à partir du 1er novembre, a rapporté la chaîne russe Ria Novosti. [EPA-EFE/Lajos Soos]

La Russie a déclaré lundi 18 octobre qu’elle mettrait un terme aux activités de sa mission auprès de l’OTAN et de la mission diplomatique de l’OTAN à Moscou, après que l’Alliance a expulsé huit Russes dans le cadre d’une affaire d’espionnage au début du mois.

L’OTAN a expulsé huit membres de la mission de la Russie auprès de l’Alliance qui étaient des « agents de renseignement russes non déclarés », a déclaré un responsable de l’OTAN le 6 octobre. Cette mesure marque la poursuite de la détérioration des relations Est-Ouest, qui sont déjà au plus bas depuis la guerre froide.

La décision intervient quelques jours avant la tenue d’une réunion des ministres de la Défense de l’OTAN à Bruxelles.

Crise des sous-marins : l’opposition relance le débat autour de la sortie de la France de l’Otan

Alors que la tension redescend entre la France et les États-Unis dans l’affaire des sous-marins vendus à l’Australie, bon nombre de leaders de l’opposition, à gauche comme à droite, réaffirment leur position en faveur d’un départ de la France de l’Alliance atlantique.

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a annoncé qu’en contrepartie, le personnel de la mission militaire de l’OTAN à Moscou se verrait retirer son accréditation à partir du 1er novembre, a rapporté la chaîne russe Ria Novosti.

« En raison des mesures délibérées de l’OTAN, nous n’avons pratiquement aucune condition pour un travail diplomatique élémentaire et, en réponse aux actions de l’OTAN, nous suspendons le travail de notre mission permanente auprès de l’OTAN, y compris le travail de l’envoyé militaire en chef », aurait déclaré M. Lavrov.

« Si les membres de l’OTAN ont des questions urgentes, ils peuvent contacter notre ambassadeur en Belgique sur ces questions, qui assure les relations bilatérales entre la Russie et le Royaume de Belgique », a-t-il dit, ajoutant que le Secrétariat international de l’OTAN a été informé de cette mesure.

« Nous suspendons les activités de la mission de liaison militaire de l’OTAN à Moscou. L’accréditation de ses employés a été retirée à partir du 1er novembre », a déclaré M. Lavrov aux journalistes.

M. Lavrov a également déclaré que Moscou ne continuera pas à prétendre que des changements dans les relations avec l’OTAN sont possibles à l’avenir.

Cependant, en réponse à cette annonce, l’Alliance a déclaré qu’elle n’avait pas reçu de notification officielle au moment où l’annonce de M. Lavrov est intervenue.

« Nous avons pris note des commentaires du ministre Lavrov aux médias, cependant, nous n’avons reçu aucune communication officielle sur les questions qu’il a soulevées », a déclaré la porte-parole de l’OTAN, Oana Lungescu, dans un communiqué.

Les huit fonctionnaires russes devraient quitter Bruxelles d’ici la fin du mois d’octobre, ce qui ramènera la taille de la mission russe auprès de l’OTAN dans la capitale belge à seulement dix personnes.

Cette situation intervient à un moment où les relations entre l’Est et l’Ouest sont déjà tendues. La Russie accuse l’OTAN de mener des activités provocatrices à proximité de ses frontières et a récemment organisé des exercices majeurs de son côté.

« L’OTAN n’est ni intéressée par un dialogue à égalité, ni par un travail commun. Si c’est le cas, alors nous ne voyons pas la nécessité de continuer à prétendre que des changements sont possibles dans un avenir prévisible, car l’OTAN a déjà déclaré l’impossibilité de tels changements », a déclaré M. Lavrov.

« En raison des mesures délibérées prises par l’OTAN, nous ne disposons d’aucune condition pour une activité diplomatique élémentaire », a ajouté M. Lavrov.

L’Alliance se dit déterminée à renforcer la sécurité des États membres proches de la Russie après l’annexion par Moscou de la péninsule de Crimée à l’Ukraine en 2014 et son soutien aux séparatistes dans l’est de l’Ukraine.

La coopération pratique dans le cadre du Conseil OTAN-Russie (COR), établi comme un mécanisme de consultation, avait été suspendue après 2014, même si quelques réunions consultatives avaient eu lieu ces dernières années.

L’OTAN a passé des décennies à se concentrer sur la Russie, cependant, sous Joe Biden, elle porte de plus en plus son attention sur la Chine.

Subscribe to our newsletters

Subscribe