Les ministres de la justice de l’UE demandent une surveillance étroite des supporters à risque lors de l’Euro2020

Bucharest,,Romania,-,November,27,,2020:,Uefa,Euro,2020,Ball [Shutterstock/LCV]

Les ministres de la justice de l’Union européenne, réunis sous la présidence portugaise, ont appelé à une surveillance étroite des supporters à risque pendant les championnats européens de football, soulignant que le format de la compétition pose déjà « un défi unique en matière de sécurité ».

Lors d’une réunion du Conseil lundi (7 juin) présidée par la ministre portugaise de la Justice, Francisca Van Dunem, à Luxembourg, les ministres ont adopté des conclusions sur la violence liée au sport dans lesquelles ils soulignent « la pertinence de la coopération policière et de l’échange d’informations » pendant l’Euro2020 « pour garantir une compétition sûre et sécurisée ».

Les ministres de la Justice des 27 États membres soulignent que « le nouveau modèle choisi par l’UEFA » pour l’Euro2020 — reporté à cette année en raison de la pandémie de COVID-19 — « pose en soi un défi unique en matière de sécurité, puisque la compétition se déroulera simultanément dans 11 villes européennes ».

Le Conseil de l’UE affirme donc que « la surveillance des déplacements des supporters à haut risque — c’est-à-dire potentiellement problématiques — peut être vitale pour prévenir les troubles publics et les activités criminelles associées ».

Ainsi, les ministres de la Justice de l’UE appellent à une « coopération internationale efficace par le déploiement d’observateurs spécialisés dans l’application de la loi ainsi que d’autres officiers de liaison » et à l’utilisation de plateformes numériques pour échanger des informations, « compte tenu notamment du fait que les matches auront lieu dans un certain nombre de villes européennes ».

« Le Conseil souligne la nécessité pour les États membres de renforcer l’évaluation des supporters à risque, en particulier ceux qui ont des idéologies extrémistes, afin d’identifier, de prévenir et de limiter d’éventuelles activités hostiles et criminelles pendant les manifestations sportives internationales », peut-on lire dans les six pages de conclusions adoptées aujourd’hui.

Considérant que « la coopération entre la détection policière [des supporters à problèmes] et les enquêtes criminelles, ainsi que la police de proximité et de prévention, devrait être renforcée afin de promouvoir le partage des informations pertinentes », le Conseil de l’UE souligne que les actions de sécurité ne devraient pas se limiter aux stades de football où se dérouleront les matchs.

« Le Conseil reconnaît que, compte tenu de plusieurs incidents récents de violence liée au sport dans divers pays européens, il est crucial de traiter cette question non seulement dans le contexte des stades », mais aussi dans le cadre des « autres activités connexes ».

Elle fait donc valoir que le champ d’application des mesures préventives devrait être étendu à des lieux tels que les transports publics, les hôtels, les centres d’entraînement, les lieux de vie nocturne et d’autres espaces publics.

Les 27 États membres soulignent ainsi l’importance de protéger les espaces publics et les espaces privés ouverts au public en recourant à des « systèmes de surveillance et de détection intégrant l’intelligence artificielle, dans le respect des libertés et des droits fondamentaux et conformément à la législation nationale. »

« Le Conseil appelle également les États membres à continuer de surveiller les contenus en ligne afin de prévenir et d’atténuer la diffusion de messages incitant à la violence, à l’extrémisme, à la radicalisation et à la xénophobie », ajoute-t-il.

Enfin, le Conseil de l’UE rappelle que le championnat européen de football se jouera toujours dans un contexte de pandémie, soulignant par conséquent que les organisateurs « devraient continuer à adopter des mesures et des procédures visant à prévenir la propagation du virus parmi toutes les personnes concernées, le grand public, les équipes, les arbitres, les organisateurs, les agents de police, la protection civile, les équipes médicales et de secours, le personnel de sécurité privé, les journalistes et autres ».

La phase finale de l’Euro2020 se déroule du 11 juin au 11 juillet dans 11 villes de 11 pays.

Les clubs anglais renoncent à faire partie de la "Super League" européenne

Les six clubs anglais ont abandonné leur projet de faire partie de la controversée « Super League européenne », mardi soir (20 avril), après la réaction furieuse des supporters, des instances dirigeantes et la menace d’une législation de la part du gouvernement britannique.

Subscribe to our newsletters

Subscribe