L’actu en capitales : le Parti socialiste européen gèle ses relations avec le PS roumain

Sergueï Stanichev [Shutterstock]

L’actu en capitales récapitule l’info de toute l’Europe, grâce au réseau de rédactions d’Euractiv.

BUCAREST : Après la suspension du Hongrois Viktor Orbán (Fidesz) du Parti populaire européen (PPE), c’est au tour du Parti socialiste européen (PSE) de prendre ses distances avec un allié national sur fonds de problèmes de respect de l’état de droit. La direction du PSA considère en effet que les relations avec son affilié roumain, le parti au pouvoir, le PSD, doivent être gelées jusqu’à ce que « le gouvernement roumain ait clarifié son engagement en faveur de l’État de droit et ait suivi les recommandations de la Commission européenne ».

Le président du PSE Sergueï Stanichev a déclaré qu’une discussion formelle sur l’affiliation du PSD aurait lieu lors de la prochaine réunion de la présidence du PSE en juin.

En réalité, les relations entre le PSD et sa famille européenne se sont envenimées depuis des mois. À l’exception du Congrès de Madrid, les socialistes roumains ont évité d’assister aux événements du PSE.

« La façon dont certains collègues du PSE nous traitent est inacceptable. Nous pouvons nous attendre à des accusations sans fondement de la part des opposants politiques du PSD, mais pas de notre propre famille », a déclaré le PSD dans un communiqué de presse.

Le PSD a pointé du doigt Sergueï Stanichev, laissant entendre que la question n’avait pas vraiment été discutée lors de la réunion du PSE, « de sorte que cette position ne reflète pas l’opinion générale du PSE ». Le PSD a également demandé à d’autres partis socialistes de clarifier les raisons de leur inquiétude.

Frans Timmermans, le Spitzenkandidat socialiste et premier vice-président de la Commission européenne, a toutefois envoyé plusieurs lettres au gouvernement roumain faisant mention des problèmes précis qui doivent être traités.

En outre, le dernier rapport du Mécanisme de coopération et de vérification (MCV) comprend également des recommandations et des mesures à prendre pour traiter les questions relatives à l’état de droit. (Bogdan Neagu, Euractiv Roumanie)

LONDRES

Les travaillistes critiquent l’extradition d’Assange : Le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, ne devrait pas être extradé vers les États-Unis parce qu’il a révélé « des preuves d’atrocités en Irak en Afghanistan », a déclaré le chef de file travailliste Jeremy Corbyn.

Le ministère américain de la Justice avait demandé l’extradition de Julian Assange, suite à la décision de l’ambassade équatorienne de révoquer son statut de réfugié depuis sept ans. La demande est liée à une accusation de complot en vue de commettre une intrusion informatique dans le cadre de son rôle dans le scandale de WikiLeaks. (Samuel Stolton, Euractiv.com)

MADRID

Début de la campagne électorale : Les partis politiques espagnols ont officiellement lancé leur campagne politique jeudi soir en vue des élections générales du 28 avril.

Bien que les derniers sondages prévoient une victoire du parti socialiste (PSOE), l’un d’eux donnant même aux socialistes suffisamment de voix pour gouverner seul, la plupart des analystes disent que les dés ne sont pas encore jetés. La formation d’un gouvernement de coalition entre conservateurs (Partido Popular), Ciudadanos (Citoyens) et l’extrême droite Vox, ne devrait pas être exclue. (EuroEFE.EURACTIV.es)

ATHÈNES

Tsipras rejoint l’initiative 16+1 : Le Premier ministre grec Alexis Tsipras a été invité aujourd’hui à Dubrovnik au 8e sommet des pays d’Europe centrale, orientale et du Sud-Est et de la Chine. Selon des sources diplomatiques grecques, cette initiative renforcerait le rôle du pays en tant que carrefour régional ainsi que les relations avec Pékin. (Sarantis Michalopoulos, Euractiv.com)

BRATISLAVA

Salvini trouve un allié en Slovaquie : Le parti slovaque « Sme rodina (Nous sommes une famille) – Boris Kollár » rejoindra l’Europe des nations et des libertés (ENL), un groupe dirigé par l’Italien Matteo Salvini et la Française Marine Le Pen. Les sondages donnent à Pme rodina un ou deux eurodéputés au prochain Parlement européen. Le chef du parti, Boris Kollar, est un homme d’affaires et une célébrité qui a acheté un parti existant, l’a rebaptisé et a réussi à le faire entrer au parlement national en 2016. Il a 10 enfants de 9 femmes différentes. (Zuzana Gabrižová, Euractiv Slovaquie)

PRAGUE

Un désastre appelé Brexit : Le Brexit signifie une réduction de 15 % des recettes tchèques provenant du budget de l’UE, a déclaré le président Milos Zeman à l’issue d’une réunion avec son homologue croate Kolinda Grabar Kitarovic. Néanmoins, Milos Zeman s’est opposé à un deuxième référendum sur le Brexit.

SOFIA

LJUBLJANA

La Slovénie veut exporter en Chine : Le Premier ministre slovène Marjan Šarec a rencontré le Premier ministre chinois Li Keqiang à Dubrovnik, dans le but d’ouvrir des portes aux entreprises slovènes sur le marché chinois. Parmi les domaines offrant de bonnes perspectives de coopération, le Premier ministre a mentionné l’industrie automobile et pharmaceutique, la haute technologie, l’aviation civile et la science. (Željko Trkanjec, Euractiv Croatie)

BELGRADE

Le Uber serbe à Vienne : CarGo, la version serbe d’Uber, a commencé à offrir ses services à Vienne. CarGo opère déjà à Zurich. Lors de son premier cycle d’investissement à Vienne, l’entreprise a embauché 200 personnes qui conduiront des véhicules hybrides et électriques. CarGo sera présente dans 8 autres villes autrichiennes d’ici fin 2019. (Euractiv Serbie)

SARAJEVO

Transit pour la cocaïne : Dans son rapport annuel sur le trafic international de drogue, le département d’État américain a déclaré que la Bosnie Herzégovine était un pays de transit pour le trafic international de drogue. « Les groupes criminels bosniaques opèrent souvent en dehors des Balkans, bien que les dirigeants de ces groupes et organisations résident dans le pays », note le rapport, ajoutant que la côte adriatique est la principale entrée de la cocaïne sud-américaine destinée à l’Europe. (Željko Trkanjec, Euractiv Croatie)

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.