La Pologne veut muscler son armée

Le ministre polonais de la Défense, Mariusz Blaszczak, au conseil des ministres de l’OTAN. [EPA-EFE/OLIVIER HOSLET]

Le ministre polonais de la Défense, Mariusz Blaszczak, a annoncé que d’ici 2026, Varsovie allouerait prêt de 43 milliards d’euros à la modernisation des forces armées polonaises.

Le ministère polonais de la Défense voit les choses en grand et prévoit l’achat de nouveaux sous-marins, d’hélicoptères, de missiles et de 32 avions de chasse américains F-35 de cinquième génération pour remplacer les avions postsoviétiques MiG-29 et Su-22. « Nous savons comment moderniser la Pologne, et nous allons le faire », a twitté le ministre, Mariusz Blaszczak.

Bien que le plan ne spécifie pas de date pour l’acquisition de ces équipements, Mariusz Blaszczak a annoncé que ceux-ci viseraient principalement à renforcer les régions orientales du pays. « Nous avons créé une nouvelle division à l’est de la Vistule. Les nouveaux équipements concerneront principalement cette division. Sécuriser le flanc oriental n’est pas seulement une façon d’accroître notre puissance militaire, mais aussi de renforcer l’ensemble du flanc oriental de l’OTAN », a-t-il déclaré.

L’organisation transatlantique avait décidé en 2017 de disposer quatre groupements tactiques internationaux en Pologne, en Estonie, en Lettonie et en Lituanie afin de renforcer sa défense et sa stratégie de dissuasion après l’intervention russe en Ukraine. Varsovie se sent très menacée par la Russie. Depuis sa montée au pouvoir, le gouvernement conservateur de droite Droit et justice (PiS) a exhorté à la création d’une base américaine permanente que le Président polonais Andrzej Duda aimerait appeler « Fort Trump ».

« Ce n’est pas la première fois que le gouvernement polonais insiste pour répartir le niveau de sécurité et la présence physique des troupes de l’OTAN sur l’ensemble du territoire de l’alliance », a expliqué Radosław Sikorski, spécifiant que cette attitude n’était pas propre au gouvernement actuel. « L’Allemagne a des bases permanentes, le Royaume-Uni, l’Italie, l’Espagne et la Turquie aussi, alors pourquoi pas la Pologne ? », a-t-il questionné. Tous les pays mentionnés ont des bases militaires américaines depuis l’époque de la guerre froide. La Russie est très hostile à l’idée de voir une présence américaine sur ce qu’elle considère comme ses zones tampons.

Merkel répond à Trump en soutenant une armée européenne qui complète l’OTAN

À Strasbourg, Angela Merkel a soutenu le projet d’une armée européenne défendu par Emmanuel Macron, et vivement critiqué par le président américain.

La proposition polonaise a pour l’heure été rejetée par le gouvernement américain. Washington s’est contenté de répondre que la présence militaire américaine en Pologne augmenterait de quelques centaines de soldats. La Pologne compte aujourd’hui près de 5000 soldats américains dans le cadre d’un système de rotation de l’OTAN. L’ambassadrice américaine en Pologne, Georgette Mosbacher, a annoncé que « les États-Unis prévoyaient d’augmenter considérablement leur présence militaire en Pologne à mesure que l’administration Trump consolide son engagement en Europe centrale. »

« La Pologne est un allié important. Elle investit les 2 % de son PIB sans discuter », a souligné la diplomate dans une interview récente accordée au Financial Times, ajoutant que la Pologne était prête à une modernisation de 40 milliards d’euros de son armée. Selon elle, la volonté polonaise de jouer un rôle dans le renforcement de la défense européenne est d’une importance capitale pour les relations polono-américaines.

Mariusz Blaszczak a également annoncé que le projet prévoirait également des dépenses supplémentaires. En 2017, le gouvernement de droite PiS avait introduit une loi visant à ce que le budget de la défense atteigne 2,5 % du PIB polonais d’ici à 2030. Cette augmentation du budget de la défense est également perçue comme une tentative de constituer des alliances en dehors du cadre de l’UE.

Les États-Unis et l’UE renforcent leur coopération en matière de cybersécurité

L’UE et les États-Unis ont décidé d’intensifier leur coopération dans le domaine des normes de cybersécurité. Un rapprochement né de l’inquiétude face aux liens entre les compagnies de télécoms chinoises, comme Huawei, et Pékin

Il y a deux semaines, les États-Unis et la Pologne concluaient un contrat d’armement de plusieurs millions d’euros. À l’occasion d’une visite du vice-président américain, Mike Pence, à Varsovie au mois de février, la Pologne avait commandé 20 missiles mobiles d’une valeur de 365 millions d’euros. En mars 2018, le gouvernement polonais avait déjà commandé un missile Patriot américain à 4,19 milliards d’euros.

Le ministre a également indiqué que l’expansion de la cyberforce constituait également une priorité. Celui-ci n’a pas donné plus de précisions à ce sujet, mais a déclaré que 3 milliards de zlotys seraient alloués à l’achat d’équipement informatique et cryptographique de pointe.

L’OTAN hausse le ton face à la Russie

Jens Stoltenberg, le secrétaire général de l’OTAN,  a exigé que la Russie « cesse ses comportements dangereux » après une cyberattaque visant l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.