Face au terrorisme, Vincent Peillon veut plus d’Europe

Vincent Peillon, candidat à la primaire organisée par le PS, s’est dit mercredi en faveur de « plus d’Europe », pour faire face à la menace terroriste, deux jours après l’attentat sur un marché de Noël à Berlin.

« C’est chacun de nos pays, nos modes de vie, notre démocratie, qui est attaquée, mais c’est bien le mode de vie européen. […] Toute cette crise devrait nous amener à penser qu’il faut plus d’Europe », a-t-il déclaré sur RTL, à propos de l’attentat revendiqué par le groupe État islamique, qui a fait 12 morts à Berlin lundi soir.

Contre le retour des frontières nationales

M. Peillon, député européen, a critiqué l’argument « fallacieux » de l’extrême droite qui lie immigration et terrorisme et réclame la restauration des frontières nationales.

« Quel que soit le sujet, c’est toujours l’Europe qui est responsable. L’Europe n’est évidemment pas responsable dans cette affaire », a-t-il affirmé, rappelant que la France, frappée à plusieurs reprises par des attaques terroristes, n’a pas la même politique d’immigration que l’Allemagne.

« Par contre, cela doit nous amener évidemment à engager un certain nombre de réflexions sur l’Europe », a-t-il ajouté, soulignant que le débat sur l’Europe avait été « absent » lors de la primaire de la droite, et l’était également à gauche.

Apporter une réponse européenne

Réclamant des politiques européennes de contrôle des frontières, des Affaires étrangères et de la Défense, M. Peillon a insisté sur l’importance des relations avec l’Allemagne.

« Il n’y aura pas d’Europe si on ne relance pas très étroitement le couple franco-allemand », a-t-il déclaré.« C’est vrai pour les questions économiques et sociales, c’est vrai aussi pour cette Europe de la défense et de la sécurité dont nous avons besoin », a-t-il ajouté.

logo-ouest-france

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.