Le nouvel intitulé du portefeuille à l’immigration fait polémique

Margaritis Schinas [EPA/OLIVIER HOSLET]

Le futur commissaire grec, Margaritis Schinas sera aux rênes de la vice-présidence « protéger notre mode de vie européen ».  Un nouvel intitulé de l’ancien portefeuille  l’immigration qui ne passe pas.

Margaritis Schinas, ancien porte-parole de la Commission européenne, sera l’un des vice-présidents provenant du Parti populaire européen (PPE). Il succèdera ainsi à Dimitris Avramopoulos en tant que représentant de la Grèce dans le nouvel exécutif.

Athènes choisit Margaritis Schinas comme commissaire européen

Le Premier ministre grec, Kyriakos Mitsotakis, a choisi l’actuel porte-parole en chef de la Commission européenne, Margaritis Schinas, comme prochain commissaire européen pour la Grèce.

La liste qui circulait à Bruxelles ces derniers jours n’incluait aucun portefeuille pour Margaritis Schinas. Ce nouveau portefeuille semble être une tentative d’abattre les barrières entre les différents mais étroitement liés, du moins en principe, portefeuilles : éducation, marché du travail, immigration et sécurité.

Portefeuille complexe

Selon la lettre de mission, Margaritis Schinas travaillera sous l’autorité directe d’Ursula von der Leyen sur tous les sujets liés à son portefeuille.

Sur l’éducation, son portefeuille chevauchera celui de la commissaire européenne en charge de l’innovation et de la jeunesse, la Bulgare Mariya Gabriel. Les deux commissaires travailleront donc ensemble pour faire de l’« espace européen de l’éducation » une réalité. Il visera à stimuler les compétences clés pour un apprentissage continu et à transformer les compétences numériques en moteur de création d’emplois.

Il sera également responsable de l’intégration des migrants et des réfugiés dans la société et le marché du travail et sera chargé de créer des voies de migration légale.

« Vous coordonnerez notre approche globale et travaillerez sur un nouveau pacte de l’immigration et de l’asile », indique la lettre, qui ajoute qu’un « terrain d’entente » doit être trouvé entre les États membres sur les enjeux migratoires. Il devrait donc travailler avec le commissaire des affaires intérieures, Ylva Johansson, qui est aussi responsable du nouveau Pacte sur la migration et l’asile.

Une formulation qui dérange

La formulation de la description du poste et sa référence à la « protection du mode de vie européen » a déjà suscité  de réactions atterrées de la part de certains eurodéputés, qui ont la charge d’auditionner les futurs commissaires avant de donner leur aval.

Pour l’eurodéputé écologiste français Damien Carême, l’intitulé du poste est « à vomir ». Tandis que l’élu de la délégation socialiste et démocrate française Raphaël Glucksmann a affirmé qu’il était hors de question de valider un tel poste.

Manon Aubry, eurodéputée de la France Insoumise a elle aussi réagi sur Twitter, en déplorant l’intitulé du poste.  » La nouvelle Commission compte faire passer sa répression des migrants et des exilés pour de la philanthropie », a-t-elle écrit.

Si les réactions hostiles ont été nombreuses à Bruxelles sur la qualification du poste, du côté d’Athènes la satisfaction est de mise, le pays étant aux premières loges des enjeux migratoires.

Ainsi, les questions de migration et la position imprévisible de la Turquie sur cette question ont été au centre des préoccupations du Premier ministre grec, Kyriakos Mitsotakis.

En outre, le gouvernement de Nouvelle Démocratie (PPE) a déclaré qu’il comptait revoir et moderniser complètement le système éducatif du pays et à le relier aux besoins du marché du travail.

Pour Kyriakos Mitsotakis, la vice-présidence de Margaritis Schinas est une autre preuve selon laquelle la Grèce est désormais un élément fort et de croissance de la scène européenne.

Il a ajouté que la protection des frontières, la sécurité collective et les possibilités de mobilité dans les domaines de l’emploi, de l’éducation et de la culture constituaient des défis majeurs. « Dans le premier domaine en particulier, la Grèce, en tant que pays frontalier européen, dépend fortement du nouveau vice-président de la Commission », a-t-il déclaré.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.