Fianna Fáil demande à Hogan de tenir ses distances avec la politique irlandaise 

Phil Hogan, commissaire européen au commerce et membre du parti irlandais Fine Gael. [EPA-EFE/STEPHANIE LECOCQ]

Le leader du parti irlandais Fianna Fáil, a répondu aux récents commentaires du commissaire européen Phil Hogan, en l’accusant de s’être livré à une « intervention partisane dissimulée » sur la politique irlandaise avant les élections législatives de la semaine prochaine.

L’Irlandais Phil Hogan occupe le poste de commissaire européen au commerce depuis décembre dernier. Auparavant, il gérait le portefeuille de l’agriculture. Membre du parti Fine Gael, le rival politique de Fianna Fáil, il a aussi occupé le poste de ministre dans son pays, avant d’arriver à Bruxelles.

La semaine dernière, Phil Hogan avait appelé les Irlandais à « sortir de leur torpeur » et leur a signalé qu’un « accident post-Brexit » pouvait encore survenir avant la fin de l’année.

« Ce qui se passe en Irlande actuellement me préoccupe beaucoup », a déclaré Phil Hogan dans les colonnes du Irish Times. « Il y a trop de complaisance. De manière générale, les commentateurs, les médias et le public ne semblent pas réaliser que l’étape la plus difficile des négociations commence seulement maintenant ».

C’est sur la base de ces déclarations que le président du Fianna Fáil a critiqué Phil Hogan le 30 janvier. « Je pense que Phil Hogan ne devrait pas se mêler de la politique irlandaise pendant  la semaine qui vient. Je considère ses propos comme une intervention partisane dissimulée », a-t-il indiqué.

Lueur d’espoir entre Londres et Dublin dans la saga du Brexit

Le Premier ministre britannique, Boris Johnson et son homologue irlandais, Leo Varadkar, se sont entretenus le 10 octobre, une réunion qui semble avoir fait renaitre les espoirs d’un accord sur le Brexit.

Lors d’une interview pour une émission de la chaîne irlandaise RTÉ, le commissaire au commerce a assuré n’avoir jamais interféré dans les affaires de politique interne, une affirmation soutenue par Paschal Donohoe, membre du Fine Gael et ministre des Finances.

L’article 17 du traité sur l’Union européenne stipule que « La Commission exerce ses responsabilités en pleine indépendance. […] [L]es membres de la Commission ne sollicitent ni n’acceptent d’instructions d’aucun gouvernement, institution, organe ou organisme. Ils s’abstiennent de tout acte incompatible avec leurs fonctions ou l’exécution de leurs tâches ».

Concernant le Brexit, le Premier ministre irlandais, Leo Varadkar, s’est entretenu en début de semaine avec Michel Barnier, le négociateur en chef de l’Union sur le Brexit, à propos de la prochaine phase des négociations entre le Royaume-Uni et l’UE.

Michel Barnier a annoncé que les entreprises pourraient encore être confrontées à une situation préoccupante d’ici à la fin de l’année si aucun accord commercial n’était conclu entre le Royaume-Uni et l’UE avant le 31 décembre, échéance de la période de transition. Leo Varadkar, de son côté, a tenu un discours plus positif, affirmant qu’il y aurait toujours une place libre pour le Royaume-Uni à la table de l’UE si le pays changeait un jour d’avis.

Entre-temps, ces dernières semaines, les partis politiques irlandais ont mené une intense campagne électorale en prévision des élections législatives qui se tiendront le 8 février. Aussi bien Fine Gael que Fianna Fáil ont fait d’audacieuses promesses en matière d’agriculture et de logement.

Leo Varadkar, membre du Fine Gael, a souligné l’importance d’un secteur agricole fort pour les communautés rurales irlandaises. Il qualifie celui-ci de « cœur de l’économie rurale ». Il a aussi déclaré qu’il garantirait aux fermiers irlandais un accès libre au marché britannique, quel que soit l’accord commercial négocié après le Brexit.

Micheál Martin, du Fianna Fáil, a quant à lui mis l’accent sur l’importance de la construction de logements. Il dénonce une « thésaurisation excessive des terres » dans les Midlands, au centre de l’Irlande, qui devraient être mises à disposition  pour des développements futurs.

Le Brexit plonge les expatriés européens et britanniques dans l’incertitude

Comme les Britanniques résidant dans l’UE, les Européens installés au Royaume-Uni font face à un avenir incertain. Un article d’Euroefe.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER