La dirigeante de l’opposition biélorusse critique Berlin pour son appel avec Aleksandr Loukachenko

Sviatlana Tsikhanouskaya, leader de l'opposition biélorusse en exil, a demandé aux dirigeants européens de s'abstenir de contacter l'homme fort du pays, Alexandre Loukachenko, lors de la Conférence internationale sur la Biélorussie à Vienne. [FILIP SINGER/EPA]

Sviatlana Tsikhanouskaya, leader de l’opposition biélorusse en exil, a demandé aux dirigeants européens de s’abstenir de contacter l’homme fort du pays, Alexandre Loukachenko, lors de la Conférence internationale sur la Biélorussie à Vienne. Elle a également critiqué la chancelière allemande Angela Merkel pour avoir appelé M. Loukachenko afin d’apaiser les tensions dans la crise migratoire en cours à la frontière avec la Pologne.

« Du point de vue du peuple biélorusse, cela semblait très étrange », a déclaré Mme Tsikhanouskaïa.

Mme Merkel a appelé Mme Tsikhanouskaya plus tard dans la journée, soulignant le soutien continu de l’Allemagne au mouvement biélorusse pour la démocratie.

Au cours de la conférence, Mme Tsikhanouskaya a appelé à maintenir une forte pression sur le régime sous toutes ses formes, « y compris l’isolement diplomatique et les sanctions économiques et individuelles ».

Le chancelier autrichien Alexander Schallenberg, qui a accueilli l’événement, a souligné que l’objectif de la conférence était de « trouver une issue à la crise actuelle en Biélorussie, avec la société civile. »

Mme Tsikhanouskaya a souligné qu’elle soutenait l’approche à double voie proposée par M. Schallenberg, à savoir l’application d’une politique de sanctions fortes tout en s’engageant simultanément avec la société civile.

« C’est l’approche que nous soutenons pleinement », a-t-elle déclaré.

Le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, qui a également participé à la conférence en ligne, a défendu un point de vue similaire. Alors que l’UE « maintient la pression sur le régime de Loukachenko » avec le cinquième paquet de sanctions approuvé la semaine dernière, la société civile doit également être soutenue, a-t-il déclaré.

Crise migratoire: l'UE s'apprête à élargir les sanctions contre la Biélorussie

Josep Borrell, le chef de la diplomatie de l’UE, a confirmé de nouveaux détails sur les sanctions à l’encontre de la Biélorussie, alors que les ministres des Affaires étrangères de l’Union s’apprêtent à élargir leurs mesures punitives ce lundi 15 novembre.

« Les pays occidentaux doivent adapter leur aide à la société civile et à l’opposition biélorusses », a-t-il souligné. L’Allemagne revoit actuellement son plan d’action de 21 millions d’euros pour aider la société biélorusse

Les participants à la conférence se sont également engagés à soutenir le projet de constitution sur lequel l’opposition travaille actuellement. En outre, la Commission européenne a présenté un programme de soutien économique lourd de 3 milliards d’euros pour une future Biélorussie démocratique.

« En regardant vers l’avenir, nous nous préparons ensemble au jour où la Biélorussie se libérera », a conclu M. Maas.

Subscribe to our newsletters

Subscribe