La Croatie ébranlée par la victoire surprise de la gauche

L’actu en capitales décrypte l’info de toute l’Europe, grâce au réseau de rédactions d’Euractiv.

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici

ZAGREB

Nouveau président. Les Croates ont choisi l’ancien Premier ministre social-démocrate Zoran Milanović comme nouveau président lors d’un second tour de scrutin, dimanche 5 janvier, refusant à la sortante, Kolinda Grabar Kitarović (Union démocratique croate, HDZ,) un second mandat de cinq ans et ouvrant ainsi la voie à une cohabitation tendue avec le gouvernement de centre-droit au pouvoir.

Le résultat constitue une surprise majeure et survient alors que la Croatie vient de reprendre la présidence tournante de l’UE, pour la première fois depuis son adhésion à l’Union. Le verdict des urnes rend l’avenir de l’actuel premier ministre Andrej Plenković et de son parti HDZ (PPE), des plus incertains. Milanović (SDP, S&D) a remporté 52,7 % des suffrages contre 47,3 % pour Grabar Kitarović (HDZ, PPE). Elle arrivera au terme de son mandat en février.

« Maintenant, une guerre commence dans le parti, avec tout le monde contre Plenković », ont déclaré des sources du HDZ au quotidien Jutarnji List.

Le président croate ne peut pas s’opposer aux lois, mais il a son mot à dire en matière de défense, de politique étrangère, de renseignement et est généralement considéré comme une autorité morale et un garant de la constitution. (Tea Trubić Macan, Euractiv Croatie)

VIENNE

Les Verts autrichiens ont-ils fait des concessions sur le social ? Le parti conservateur (ÖVP) et le parti des Verts ont convenu de former un gouvernement dirigé par le Chancelier Sebastian Kurz (ÖVP) qui prendra ses fonctions le 7 janvier, exactement 100 jours après les élections. Mais le programme du gouvernement a suscité des controverses depuis sa présentation jeudi 2 janvier, en particulier parmi les partisans des Verts, car le parti semble avoir sacrifié certains de ses principes. (Philipp Grüll, Euractiv Allemagne).

PARIS

Croissance malgré les grèves. Le ministre français des Finances, Bruno Le Maire, affiche sa confiance dans l’économie française, malgré les récentes grèves. La croissance devrait atteindre 1,3% en 2020, comme en 2019, a-t-il déclaré au Journal du Dimanche, bien que les commerçants soient déjà inquiets de la faiblesse des ventes. (Euractiv France)

LONDRES

Les travaillistes pourraient faire campagne pour rejoindre l’UE. Jess Phillips est la première candidate à la direction du Labour à dire que le parti pourrait faire campagne pour rejoindre l’UE lors des prochaines élections. Elle est la dernière à avoir confirmé sa candidature pour remplacer le leader sortant du parti Jeremy Corbyn durant le weekend des 5 et 6 janvier. (Benjamin Fox, Euractiv.com)

BRUXELLES

Nouvelle année, nouvelles élections ? Après 225 jours, il n’y a toujours pas de gouvernement fédéral belge en vue. Le Premier ministre flamand, Jan Jambon (N-VA), a déclaré que même si de nouvelles élections ne résoudraient pas l’impasse actuelle, cela ne signifiait pas que son parti en excluait la possibilité si les pourparlers visant à instaurer une coalition continuaient à s’enliser.

Si un nouveau scrutin devait avoir lieu, « les sondages montrent que les partis extrémistes, en particulier, en bénéficieraient », a déclaré la porte-parole du parti, Anne Laure Mouligneaux.  Les observateurs indiquent cependant qu’aucun progrès majeur ne peut être attendu avant le 13 janvier, date à laquelle les informateurs Georges-Louis Bouchez (MR) et Joachim Coens (CD&V) doivent remettre leur rapport au roi, car le « fossé idéologique entre le PS et la N-VA reste trop important pour être comblé ». (Alexandra Brzozowski, Euractiv.com)

DUBLIN

Stormont dans l’expectative. Les gouvernements irlandais et britannique vont publier cette semaine un texte visant à jeter les bases d’un accord pour rétablir le gouvernement et l’Assemblée d’Irlande du Nord, a déclaré le Tánaiste (vice-Premier ministre) irlandais, Simon Coveney. L’assemblée est suspendue depuis 2017. S’adressant à l’Irish Times, Simon Coveney a également déclaré que son gouvernement fournirait des fonds pour aider l’institution qui siège au Palais de Stormont, à Belfast, à se remettre sur pied, ainsi que pour investir dans des projets de collaboration entre l’Irlande du Nord et l’Irlande. (Samuel Stolton, Euractiv.com)

ATHÈNES

Rencontre cruciale à Washington. Quelques jours après la signature de l’accord sur l’oléoduc EastMed entre Israël, Chypre et la Grèce, et alors qu’une nouvelle crise agite le Moyen-Orient, le Premier ministre grec, Kyriakos Mitsotakis, se rend à Washington pour des réunions officielles avec l’administration américaine. Selon des sources gouvernementales, la visite du Premier ministre vise à souligner le rôle fondamental de la Grèce pour la stabilité des Balkans et de la Méditerranée orientale et à montrer qu’Athènes est l’allié le plus fiable des Etats-Unis dans la région. (Théodore Karaoulanis, Euractiv Grèce)

VARSOVIE

Quel candidat pour la gauche ? Après des mois d’incertitudes, Włodzimierz Czarzasty, un des leaders de la Nouvelle Gauche, a déclaré que Robert Biedron devrait être leur candidat à la présidence lors des élections de mai. La décision finale sera prise par le conseil d’administration du parti. Parmi les autres candidats figurent le président sortant Andrzej Duda, la personnalité de la télévision Szymon Hołownia, Władysław Kosiniak-Kamysz, leader du PSL (PPE) et Małgorzata Kidawa-Błońska, leader du PO (PPE).

Dans le même temps, Grzegorz Schetyna, leader de longue date de la Plate-forme civique, le plus grand parti d’opposition en Pologne, a déclaré qu’il ne briguerait pas un nouveau mandat à la tête du parti. Tomasz Siemoniak et Borys Budka sont les plus susceptibles de prendre la relève de M. Schetyna après les élections internes du parti. (Łukasz Gadzała, Euractiv Pologne)

PRAGUE

Propos haineux. La mosquée de Brno, la deuxième plus grande ville du pays, a été vandalisée avec l’inscription « Ne répandez pas l’Islam en République tchèque ! Sinon, nous vous tuerons ». Le Premier ministre tchèque, Andrej Babiš, a condamné l’attaque le 5 janvier, après que le magazine Respekt lui a demandé sa réaction. Cependant, il n’a répondu que via Twitter et deux jours après que l’incident ait eu lieu. Le crime de haine fait actuellement l’objet d’une enquête de police.

Le nombre de musulmans en République tchèque est estimé à environ 22 000 (0,2 % de la population). Au cours des dernières années, le niveau d’immigration a été très faible malgré la crise migratoire. Selon Eurostat, le nombre d’immigrants pour 1 000 habitants est le cinquième plus faible de l’UE. (Aneta Zachová, Euractiv République tchèque)

SOFIA

Revenus issus du gaz. La Bulgarie s’attend à une augmentation de près de 50 % des revenus provenant du transit du gaz russe après la fin de la construction du gazoduc Turkish Stream sur le territoire bulgare. Le pays gagne actuellement 125 millions d’euros par an grâce au passage du gaz russe et s’attend à une augmentation pouvant atteindre 206 millions d’euros d’ici à la fin de l’année. Le premier ministre bulgare, Boyko Borisov, est invité à Istanbul le 8 janvier pour la cérémonie d’ouverture du Turkish Stream avec le président turc Erdogan et le président russe Poutine. (Krassen Nikolov, Euractiv Bulgarie)

BUDAPEST

La surprise du Nouvel An. Les médicaments destinés à augmenter la fertilité et les traitements par injection devaient devenir gratuits sur ordonnance à partir du 1er janvier, avait déclaré le 19 décembre la ministre de la Famille, Katalin Novák. Ces propos contredisaient les instructions du Premier ministre publiées le même jour dans le journal officiel de l’État et qui annonçaient la mise en place de la nouvelle politique à partir du 1er juillet.

Trois jours plus tard, Katalin Novák semblait confirmer la date du 1er janvier dans une émission de radio. Depuis le 1er janvier, cependant, les Hongrois qui ont tenté de se procurer les médicaments gratuitement dans les pharmacies ont découvert qu’ils devaient encore payer. (Vlagyiszlav Makszimov, Euractiv.com)

BUCHAREST

Les sociaux-démocrates dans l’opposition. Le Parti social-démocrate (PSD), qui a perdu le pouvoir en octobre 2019 après un vote de défiance, prépare sa propre motion de censure contre le gouvernement de centre-droit formé par le Parti national libéral (PNL, membre du PPE). Le leader du PSD, Marcel Ciolacu, a déclaré que le PSD appellerait à un vote de défiance lors de la prochaine session parlementaire, qui débutera en février, après la décision controversée du gouvernement de recourir à une procédure qui lui permet d’éviter les débats parlementaires sur le budget 2020. (Euractiv Roumanie)

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.