La direction de Renew ferme les yeux sur le comportement d’Andrej Babiš

« Il est extrêmement difficile pour les eurodéputés de Renew de voir M. Babiš s’attaquer constamment à l’UE », a déclaré une source du Parlement européen à EURACTIV République tchèque. [EPA-EFE/ MARTIN DIVISEK]

Alors que le Premier ministre tchèque Andrej Babiš (ANO, Renew) intensifie sa rhétorique anti-européenne avant les élections d’octobre, la direction de Renew Europe ferme les yeux sur son comportement.

M. Babiš s’en prend particulièrement au Parlement européen. « Je défendrai notre souveraineté. Luttons contre le fanatisme des néomarxistes immatures au Parlement européen », a tweeté le Premier ministre tchèque.

« Il est extrêmement difficile pour les eurodéputés de Renew de voir M. Babiš s’attaquer constamment à l’UE », a déclaré une source du Parlement européen à EURACTIV République tchèque.

Non seulement la police tchèque a récemment recommandé que des accusations soient portées contre le Premier ministre pour l’utilisation abusive de fonds européens, mais les auditeurs de la Commission européenne ont également conclu qu’il était en conflit d’intérêts étant donné ses liens avec son ancienne holding agricole Agrofert. Il s’est avéré que l’organisation avait précédemment bénéficié de fonds européens.

Pourtant, les dirigeants du groupe Renew Europe — dont ANO est membre — et les chefs d’État libéraux des pays de l’UE ne l’ont jamais critiqué ouvertement.

« Pendant ce temps, Renew crie haut et fort la violation de l’État de droit par Orban, les attaques contre la communauté LGBTI ou les abus de fonds européens », a déclaré une source du Parlement européen familière de la situation.

EURACTIV République tchèque a appris que les dirigeants de Renew adoptent une approche pragmatique face à la situation, similaire à la façon dont le PPE ou Angela Merkel ont traité le Premier ministre hongrois Viktor Orbán avant que lui et son parti ne quittent le groupe de centre droit.

Par exemple, il n’est pas dans l’intérêt du président français Emmanuel Macron de détériorer les relations avec M. Babiš, car le gouvernement tchèque est un allié essentiel dans les efforts français pour inclure l’énergie nucléaire dans la taxonomie de la finance verte de l’UE.

« Renew ne devrait pas rester immobile et agir. Il devrait y avoir une réaction de la direction de Renew concernant la campagne politique de M. Babiš, qui, plutôt que Renew, ressemble à un parti ECR ou ID à la ligne dure », a ajouté la source.

La République tchèque doit s'attaquer aux conflits d'intérêts de son Premier ministre pour recevoir les fonds de relance

Le pays doit mettre en place des systèmes de contrôle supplémentaires afin d’éviter les conflits d’intérêts comme celui qui concerne le Premier ministre Andrej Babiš et son ancienne holding agricole, Agrofert, a déclaré Ursula von der Leyen.

Subscribe to our newsletters

Subscribe