La Finlande, championne de l’égalité des sexes et des violences faites aux femmes

L’actu en capitales décrypte l’info de toute l’Europe, grâce au réseau de rédactions d’Euractiv.

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici

HELSINKI

Chiffres alarmants. Une femme sur deux en Finlande a subi des violences physiques ou sexuelles après l’âge de quinze ans, selon une thèse sur la violence familiale écrite par Salla Kivelä et publiée par l’université de Tampere. Les chiffres établis à partir des données des hôpitaux et sur la base de questionnaires sont inquiétants, mais guère surprenants. Les actes de violence ont le plus souvent lieu la nuit et impliquent généralement une consommation excessive d’alcool. En outre, le fonctionnement familial et le soutien social se sont avérés médiocres parmi les victimes et les participantes. L’autre pays scandinave qui figure en tête de liste en matière de violence familiale est le Danemark. (Pekka Vänttinen)

BERLIN

La « Commission du charbon » opposée au plan d’abandon progressif du charbon. Huit des 28 membres de l’ancienne « Commission du charbon » ont condamné le calendrier proposé par le gouvernement pour l’élimination progressive du charbon, annoncé la semaine dernière. Les experts et les environnementalistes ont critiqué le gouvernement pour avoir « unilatéralement abandonné le compromis de la commission du charbon », et pour avoir proposé un plan de transition à la fois nuisible à l’environnement et trop coûteux. (Sarah Lawton, Euractiv Allemagne)

VIENNE

L’Autriche bloque la taxe allemande sur les transactions financières dans le cadre de l’ECOFIN. La proposition présentée par le ministre allemand des Finances, Olaf Scholz (SPD), est inacceptable sous sa forme actuelle, a déclaré son homologue autrichien Gernot Blümel (ÖVP) lors de son premier conseil ECOFIN. Il a affirmé que celle-ci ne remplissait pas l’objectif initial d’une taxe sur les transactions financières, qui est de punir les spéculateurs pour leurs paris à hauts risques sur les monnaies nationales, et qu’elle nuirait aux petits investisseurs. (Philipp Grüll, Euractiv Allemagne)

PARIS

Trêve fiscale. Après un différend commercial qui dure depuis des semaines, Paris et Washington ont conclu une « trêve » temporaire pour éviter de nouveaux droits de douane après que le président français Emmanuel Macron et le président américain Donald Trump se sont entretenus au téléphone dimanche soir. La France a accepté de suspendre sa taxe numérique pour 2020, afin de donner aux négociations une chance d’aboutir. Dans le même temps, les États-Unis ont déclaré qu’ils n’appliqueraient pas de sanctions commerciales sur les produits manufacturés français. (Euractiv France)

Lire aussi : Trump et Macron calment le jeu sur la taxe numérique

ROME

Di Maio va-t-il se retirer ? Le 21 janvier, des rumeurs laissaient entendre que le chef du Mouvement Cinq étoiles, Luigi Di Maio, pourrait démissionner de la direction du parti. Di Maio a convoqué d’autres ministres de sa formation, jeudi 23 janvier, pour une réunion au cours de laquelle il devrait annoncer sa démission en tant que chef du parti. Bien que ces rumeurs n’aient pas été confirmées par son entourage, un tel scénario susciterait l’émoi au sein du parti à cinq jours seulement d’une élection régionale cruciale en Émilie-Romagne. (Gerardo Fortuna, Euractiv.com)

MADRID

L’Espagne déclare l’« urgence climatique ». Le 21 janvier, le gouvernement espagnol a déclaré l’urgence « climatique et environnementale » et s’est engagé à prendre des « mesures urgentes » au cours de ses 100 premiers jours de son mandat. Parmi les actions destinées à préserver le climat, le gouvernement prévoit de présenter une nouvelle loi sur le changement climatique devant le parlement et de définir un nouveau programme « juridiquement contraignant » de décarbonisation pour atteindre la neutralité climatique en 2050. (Euroefe)

BUDAPEST

Le nucléaire à la rescousse de l’objectif 2050. « Sans l’énergie nucléaire, l’Europe ne pourra pas atteindre son objectif de neutralité climatique d’ici à 2050 », a déclaré le ministre hongrois des Affaires étrangères, Péter Szijjártó, lors du 6e Congrès de l’industrie nucléaire d’Europe centrale et orientale à Prague. Il a ajouté que l’UE devait non seulement cesser de discriminer l’énergie nucléaire, mais la promouvoir, car les centrales nucléaires peuvent produire de l’électricité de manière sûre, « verte », bon marché et prévisible à long terme, a-t-il affirmé. (Željko Trkanjec, Euractiv Croatie)

PRAGUE

Guerre commerciale autour de la taxe numérique ? Selon Hospodářské noviny, les États-Unis ont menacé la République tchèque de droits de douane sur les produits tchèques dans l’éventualité où le parlement adopterait une taxe numérique de 7 % sur Google, Facebook et d’autres géants de la technologie. (Aneta Zachová, Euractiv République tchèque)

VARSOVIE

La Pologne contre Poutine. La Pologne a affirmé qu’elle était en train de gagner la « guerre de l’histoire » contre la Russie et son président, Vladimir Poutine. Le ministère polonais des Affaires étrangères a mis en garde Poutine de ne pas « utiliser la mémoire des victimes de l’Holocauste pour servir des intrigues politiques actuelles ». Parallèlement, les autorités polonaises seraient en train de constituer une cellule de crise en vue du discours que Vladimir Poutine tiendra en Israël dans une semaine, et où il devrait présenter sa vision russe de la Seconde Guerre mondiale. (Łukasz Gadzała, Euractiv Pologne)

LJUBLJANA

Livre blanc sur la défense. Le ministère de la Défense slovène a présenté un livre blanc qui vise non seulement à augmenter progressivement le nombre de membres de l’armée slovène à 8 000 avec 2 000 réservistes contractuels supplémentaires d’ici à 2035, mais aussi à porter les dépenses consacrées à la défense à 2 % (actuellement 1,01 %) de son PIB. Les experts n’ont pas ménagé leurs critiques sur le livre blanc, affirmant que son objectif d’augmenter les troupes était trop ambitieux et qu’il ne mettait pas l’accent sur le développement technologique. (Željko Trkanjec, Euractiv Croatie)

BUCAREST

La Roumanie pourrait enfin avoir de nouveaux procureurs en chef. Le ministre roumain de la Justice, Catalin Predoiu, a proposé des noms pour les postes de procureur en chef de la Direction anticorruption (DNA), de la Direction de la lutte contre le crime organisé et le terrorisme (DIICOT) et du Bureau du procureur général, trois institutions qui ont été dirigées sur une base intérimaire des mois durant. Ces choix devront maintenant être analysés par le Conseil supérieur de la magistrature, puis validés par le président Klaus Iohannis. (Euractiv Roumanie)

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.