La France peine à convaincre les Européens de s’engager au Sahel

L’actu en capitales décrypte l’info de toute l’Europe, grâce au réseau de rédactions d’Euractiv.

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici

PARIS

Où sont les « amis de l’UE » au Sahel ? Lors d’une réunion à Pau lundi 13 décembre, les chefs d’État du G5 Sahel (Mali, Burkina Faso, Niger, Tchad et Mauritanie) ont exprimé leur volonté de lutter contre les groupes terroristes djihadistes dans la région et ont convenu de se concentrer sur la zone dite « des trois frontières », sous le commandement conjoint de l’opération Barkhane, en place depuis 2013.

Actuellement, 4 500 soldats français se trouvent dans la région et le président Macron prévoit d’en envoyer 220 de plus. Mais à Pau, lundi, ces annonces n’ont visiblement pas séduit les chefs d’Etat africains, qui ont boudé la conférence de presse qui a suivi la rencontre. La création de la task-force « Takuba », qui devrait rassembler toutes les contributions militaires de l’UE a certes été annoncée, mais sans contenu.

Bien que la France continue d’envoyer des troupes dans la région dans le cadre de l’opération Barkhane, elle a du mal à trouver des alliés européens pour soutenir ses efforts. Ainsi, l’Allemagne semble avoir décliné jusqu’à présent. L’Estonie et le Danemark sont les seuls pays à avoir envoyé des troupes sur le terrain au Mali, d’autres pays fournissant un effort logistique, comme le Royaume-Uni qui a envoyé des hélicoptères. (Euractiv France)

BRUXELLES

Toujours pas de fumée blanche. 233 jours après les élections fédérales, le Roi a prolongé la mission des informateurs qui mènent les pourparlers de coalition pour former un gouvernement, Georges-Louis Bouchez (MR) et Joachim Coens (CD & V), jusqu’au 28 janvier. (Alexandra Brzozowski, Euractiv.com)

VIENNE

Le Pacte des Nations Unies sur les migrations  n’entrera pas en Autriche. En 2018, l’Autriche (alors dirigée par la coalition de droite ÖVP/FPÖ) avait déclaré qu’elle ne signerait pas le Pacte des Nations Unies sur les migrations pour empêcher la création d’un « droit humain à la migration », selon le vice-chancelier du FPÖ de l’époque, Heinz-Christian Strache.

Mais maintenant que les Verts, qui avaient soutenu le pacte de l’ONU sur la migration, ont remplacé le FPÖ – accablé par les scandales – dans la coalition au pouvoir, on aurait pu penser que celle-ci signerait l’accord intergouvernemental. Le ministre des Affaires étrangères, Alexander Schallenberg, a cependant clairement indiqué que l’Autriche s’en tiendrait à sa position antérieure. (Philipp Grüll, Euractiv Allemagne)

BERLIN

Une coopération « orientée projet » en Thuringe ? Après des mois d’impasse politique, une coalition gouvernementale pourrait enfin  être formée dans le Land de Thuringe, car l’ancien ministre-président de la CDU, Dieter Althaus, a appelé à la création d’un « gouvernement centré sur les projet » avec l’ancienne coalition gouvernementale du Land, composée des sociaux-démocrates (SPD), des Verts et de la gauche.

Les tentatives de former une coalition en Thuringe durent depuis fin octobre 2019, après qu’aucune majorité n’a été atteinte lors des élections régionales. En partie à cause de la montée de l’Alternative pour l’Allemagne (AfD), l’ancienne coalition au pouvoir a perdu sa majorité, ce qui a obligé ces partis à chercher d’autres partenaires, tels que l’Union chrétienne-démocrate (CDU) et le parti libéral-démocrate (FDP). Reste à savoir si tous les conservateurs soutiendront une telle collaboration, d’autant plus qu’il faudra collaborer avec le parti de gauche, Die Linke. (Sarah Lawton, Euractiv Allemagne)

DUBLIN

Relations futures entre l’Irlande et le Royaume-Uni. Le 13 janvier a constitué une « très bonne journée pour l’Irlande et le Royaume-Uni », a déclaré lundi le dirigeant irlandais Leo Varadkar, après sa rencontre avec le Premier ministre et le vice-premier ministre d’Irlande du Nord, alors que la coalition pour le partage du pouvoir à l’Assemblée d’Irlande du Nord à Stormont a été rétablie. (Samuel Stolton, Euractiv.com)

MADRID

Le travail commence. Le nouveau gouvernement dirigé par le Premier ministre socialiste, Pedro Sánchez, tiendra son premier conseil des ministres mardi 14 janvier. L’une des premières mesures que la coalition constituée du PS et d’Unidas Podemos devrait adopter est une augmentation des pensions des retraités en fonction de l’inflation.

Mais le gouvernement minoritaire de Pedro Sánchez aura du mal à adopter un nouveau budget et des réformes importantes. Les partis d’opposition et les procureurs publics ont déjà critiqué la nomination de son ancienne ministre de la Justice, Dolores Delgado, au poste de procureur général. Ils ont déclaré que cette nomination mettrait en péril l’indépendance du pouvoir judiciaire. (Jorge Valero, Euractiv.com)

BRATISLAVA

Le procès pour meurtre de Kuciak commence. Le procès dans l’affaire du meurtre du journaliste Ján Kuciak et de sa fiancée Martina Kušnírová s’est ouvert dans la ville de Pezinok lundi 13 janvier. L’homme d’affaires controversé Marián Kočner a été accusé d’avoir commandité le double meurtre, tandis que quatre autres personnes sont poursuivies pour meurtre ou pour avoir servi d’intermédiaire.

L’homme accusé d’avoir tiré sur Kuciak et Kušnírová à leur domicile a plaidé coupable lundi, tandis que l’un des intermédiaires a coopéré avec la police et a déjà conclu un accord avec la justice. Selon cet arrangement, il écopera d’une peine de 15 ans d’emprisonnement. Kočner a plaidé non coupable. (Zuzana Gabrižová, Euractiv Slovaquie)

PRAGUE

La part des énergies renouvelables augmente, mais pas assez. La part des ressources renouvelables dans la consommation totale d’énergie de la République tchèque augmentera jusqu’à 22 % d’ici à 2030, selon le plan énergétique et climatique exigé par l’UE et approuvé par le gouvernement le 13 janvier.

Cependant, l’année dernière, l’UE a déclaré que l’objectif du pays pour 2030 devrait être d’au moins 23 %, alors que la Chambre des ressources renouvelables du pays a déclaré le 13 janvier que les organisations écologistes et les municipalités notamment, avaient demandé une augmentation minimale d’au moins 24,4 %. (Ondřej Plevák, Euractiv République tchèque)

BUDAPEST

Neutralité climatique, mais à certaines conditions. Le gouvernement s’est engagé à rendre la Hongrie climatiquement neutre d’ici à 2050, à condition que les coûts de la transition soient supportés par les plus grands pollueurs européens, selon la stratégie nationale de l’énergie et de la protection du climat que le cabinet a adoptée la semaine dernière.

Dans sa présentation de la stratégie, le ministre de l’Innovation et de la Technologie, László Palkovics, a souligné que le document contenait des mesures spécifiques destinées à atteindre cet objectif. La Hongrie fera notamment en sorte que 90 % de sa production d’électricité soit exempte de carbone d’ici à 2050, tout en s’efforçant de maintenir les coûts de l’énergie et des services publics au minimum et en encourageant les consommateurs à améliorer leur efficacité énergétique et à utiliser leurs sources d’énergie de manière judicieuse. (Željko Trkanjec, Euractiv Croatie)

BELGRADE

L’intégration européenne et le Kosovo, prioritaires pour Belgrade. La principale priorité de la Serbie en matière de politique étrangère est d’obtenir une adhésion complète à l’UE, a déclaré le ministre des Affaires étrangères, Ivica Dačić, ajoutant que les pays qui ont ouvert plus de la moitié des chapitres de négociation, comme la Serbie, « devraient connaître la dynamique du processus et bénéficier d’un soutien politique clair ». Ivica Dačić a également déclaré qu’il espérait que Belgrade et Pristina allaient reprendre le dialogue. (Euractiv Serbie)

SARAJEVO

Sarajevo, à nouveau la ville la plus polluée du monde. Selon le classement du site Air Visuals du 10 janvier, Sarajevo est une nouvelle fois la ville la plus polluée du monde, après avoir déjà occupé cette position en décembre. La situation est devenue si critique que les médecins et les spécialistes recommandent aux gens de porter des masques de protection spécialisés avec filtres, ou de ne pas aller du tout à l’extérieur, en particulier les femmes enceintes, les enfants, les personnes âgées et les malades chroniques. (Željko Trkanjec, Euractiv Croatie)

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER