La France s’engage pour une « initiative européenne d’intervention »

Une nouvelle initiative européenne d'intervention pour la défense européenne [Shutterstock]

Ce lundi, Paris et huit autres pays vont signer une initiative européenne d’intervention, un nouveau mécanisme de coopération renforcée en matière de défense. Un article de notre partenaire Ouest-France

Paris va signer lundi avec huit autres pays un nouveau mécanisme de coopération européenne renforcée en matière de défense, baptisé « initiative européenne d’intervention (IEI) », a annoncé la ministre française des Armées, Florence Parly, dans une interview parue en ligne dimanche soir. « Une lettre d’intention (…) sera signée ce lundi à Luxembourg par l’Allemagne, la Belgique, le Danemark, les Pays-Bas, l’Estonie, la France, le Portugal, l’Espagne et le Royaume-Uni », déclare-t-elle au quotidien Le Figaro.

L’Italie, parmi les pays intéressés à l’origine, mais qui vient de changer de gouvernement, « réfléchit à la possibilité de rejoindre cette initiative, mais n’a pas pris de décision définitive », précise-t-elle. L’IEI, voulue par le président français Emmanuel Macron pour faire avancer l’Europe de la défense, vise à instaurer une coopération renforcée entre les états-majors de pays européens « capables et volontaires », afin de « pouvoir réagir ensemble plus rapidement », hors du cadre de l’OTAN et de l’Union européenne, souligne-t-on à Paris.

L'Europe de la défense suscite l'optimisme côté français

Le commissaire Pierre Moscovici estime que l’UE est politiquement prête pour avancer sur l’Europe de la défense. Un sujet sur lequel les États membres n’ont jamais réussi à s’accorder.

Culture stratégique commune

Il s’agit accomplir « des travaux de planification conjoints sur des scénarios de crises potentielles pouvant menacer la sécurité européenne », détaille l’entourage de la ministre : catastrophe naturelle, intervention dans une crise, évacuation de ressortissants… « L’Europe de la Défense nécessite une culture stratégique commune », fait valoir Florence Parly dans les colonnes du Figaro.

« S’il fallait refaire une opération comme Serval au Mali en 2013, nous souhaiterions pouvoir la mener à plusieurs. Or les délais et les décisions dans le cadre de l’UE sont encore beaucoup trop longs par rapport à l’urgence qui peut naître d’une situation critique dans un pays où les Européens considéreraient qu’il y a un fort enjeu pour leur sécurité », argumente-t-elle.

L’IEI présente par ailleurs l’avantage de pouvoir maintenir le Royaume-Uni à bord de la défense européenne malgré le Brexit. « Il s’agit clairement d’une initiative qui permet d’associer certains États hors UE », souligne la ministre française. « Le Royaume-Uni s’est montré très allant, car ce pays est désireux de maintenir des coopérations avec l’Europe au-delà des liens bilatéraux ».

La complexe coopération entre l'UE et le Royaume-Uni en matière de défense

Le Royaume-Uni a toujours eu un rapport conflictuel avec les ambitions de défense de l’UE. Pourtant, le pays souhaite continuer à participer aux programmes de défense de l’UE.

Selon Florence Parly, l’Allemagne, réticente au départ, a finalement décidé d’adhérer à l’initiative après avoir convenu avec Paris que l’IEI maintiendrait « des liens forts » avec la Coopération Structurée Permanente (CSP), lancée en décembre dans le cadre de l’UE et qui vise à développer des capacités de défense et à investir dans des projets communs.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.