La Grèce menace d’opposer son veto à un accord avec la Libye

L’actu en capitales décrypte l’info de toute l’Europe, grâce au réseau de rédactions d’Euractiv.

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici

ATHÈNES

Kyriakos Mitsotakis est contrarié. Le Premier ministre grec a vivement critiqué la décision de l’Allemagne de ne pas inviter la Grèce à un sommet organisé à Berlin, dimanche 19 janvier à propos de la crise libyenne. Il a déclaré qu’il en avait déjà parlé à la chancelière allemande Angela Merkel, et qu’il le ferait à nouveau ce vendredi 17 janvier.

Kyriakos Mitsotakis a averti que si le protocola d’accord (MoU) entre la Turquie et la Libye concernant les zones maritimes n’était pas révoqué, la Grèce rejetterait toute solution proposée pour résoudre la crise en Libye, et opposerait son veto aux décisions en lien avec ce sujet au Conseil de l’UE et au Conseil des affaires étrangères.

Ce protocole entre les deux parties a déjà été critiqué par la France, qui a réitéré son opposition le 16 janvier en réponse à une question d’Euractiv.

Le règlement de Dublin enterré. Par ailleurs, le vice-président de la Commission européenne, Margaritis Schinas, a déclaré le 16 janvier à Athènes que le règlement de Dublin était mort. Il a ajouté que l’on devrait parler d’un nouveau système d’asile qui pourrait s’appeler Accord de Lesbos ou de Lampedusa. Il a estimé que le nouveau système serait finalisé d’ici à la fin de la présidence allemande en 2020. (Théodore Karaoulanis, Euractiv Grèce)

BERLIN

Un calendrier pour l’abandon progressif du charbon. Après avoir trouvé un compromis avec les Länder et l’industrie le 16 janvier, le gouvernement allemand a annoncé son intention de fermer toutes ses centrales électriques au charbon d’ici 2038, au plus tard. Comme les exploitants de ces centrales devront fermer leurs installations plus tôt que prévu, le ministre des Finances, Olaf Scholz, a annoncé un plan de 4,35 milliards d’euros (2,6 milliards d’euros pour les centrales de l’Ouest et 1,7 milliard d’euros pour celles de l’Est) pour compenser le manque à gagner qui en résultera. Ce plan a été fortement critiqué par les membres de l’opposition et les organisations environnementales. (Sarah Lawton, Euractiv Allemagne)

BRUXELLES

Vote sur les armes nucléaires. Les députés belges ont voté jeudi contre une résolution proposant de retirer les armes nucléaires américaines stationnées dans le pays, et contre l’adhésion au Traité de l’ONU sur l’interdiction des armes nucléaires par 74 voix (dont la N-VA, le CD & V, le Vlaams Belang et les libéraux) contre 66 (socialistes, Verts, cdH, PVDA et DéFI). (Alexandra Brzozowski, Euractiv.com)

LONDRES

AKK à la rescousse du Royaume-Uni. La ministre allemande de la Défense et héritière potentielle d’Angela Merkel, Annegret Kramp-Karrenbauer, a plaidé jeudi 16 janvier en faveur d’un accord sur le Brexit généreux en matière de politique de défense. S’exprimant à la London School of Economics, AKK a appelé l’UE à offrir à la Grande-Bretagne un « statut de tiers privilégié » dans la coopération en matière de défense et de politique étrangère après le Brexit, y compris dans le cadre du « Future Combat Air System », le programme franco-allemand d’avions furtifs. AKK a également évoqué la possibilité pour le Royaume-Uni de faire partie d’une UE3 (Allemagne, Royaume-Uni et France) en matière de politique de défense. (Benjamin Fox, Euractiv.com)

MADRID

Le Parlement européen lance le processus de levée de l’immunité des députés catalans. Suite à une demande de la Cour suprême espagnole, le Parlement européen a officiellement lancé le processus de levée de l’immunité des eurodéputés séparatistes Carles Puigdemont et Toni Comin, qui ont tous deux été inculpés en Espagne en raison de leur implication dans le référendum illégal pour l’indépendance de la Catalogne. (Beatriz Rios, Euractiv.com)

ROME

Les plans de réforme électorale de la Lega sont à l’eau. La Cour constitutionnelle italienne a rejeté la demande de la Lega d’organiser un référendum pour modifier le système électoral du pays. Le référendum aurait demandé aux Italiens d’abolir la répartition proportionnelle des sièges au parlement. Avec un système majoritaire, la Lega aurait eu presque assez de sièges pour gouverner seule, mais la Cour a qualifié le référendum d’« excessivement manipulateur ». (Gerardo Fortuna, Euractiv.com)

BUDAPEST

Il est temps de trouver de nouveaux alliés. « Lorsque le moment sera venu de décider si le Fidesz doit rester au sein du PPE, le vote d’aujourd’hui sera une raison sérieuse de trouver de nouveaux alliés », a déclaré la ministre de la Famille et vice-présidente du Fidesz, Katalin Novák, après que le Parlement européen a demandé à l’UE, dans une résolution adoptée le 16 janvier, de présenter des requêtes assorties de délais concrets à la Pologne et à la Hongrie concernant la détérioration de leur situation en matière d’État de droit et d’indépendance judiciaire. (Vlagyiszlav Makszimov, Euractiv.com)

VARSOVIE

La Commission de Venise critique les réformes judiciaires. A la suite de sa visite en Pologne, la Commission de Venise du Conseil de l’Europe a émis un avis critique sur les derniers amendements du gouvernement à ses réformes controversées des tribunaux. Bien que cet avis ne soit pas juridiquement contraignant, elle a conseillé au parlement polonais de rejeter les réformes proposées par le gouvernement, car celles-ci auraient pour effet de supprimer la liberté d’expression et de réunion des juges. (Łukasz Gadzała, Euractiv Pologne)

BRATISLAVA

Ancien procureur général détenu. L’Agence pénale nationale a arrêté et inculpé l’ancien procureur général, Dobroslav Trnka, pour abus de pouvoir. Pendant son mandat de 7 ans, Trnka a suivi les instructions de Marián Kočener, qui est actuellement jugé dans l’affaire du meurtre du journaliste Jan Kuciak. Le tribunal doit encore décider s’il y a lieu de lancer des poursuites contre Trnka pendant sa détention. (Zuzana Gabrižová, Euractiv Slovaquie)

ZAGREB   

Un homme d’affaires poursuit le Premier ministre. Ivica Todoric, l’ancien propriétaire d’Agrokor et actuel propriétaire de Fortenova, qui a été accusé de malversations économiques portant sur plusieurs millions de dollars dans l’affaire Agrokor, a présenté des courriels, lors d’une conférence de presse le 14 janvier, prouvant qu’Agrokor avait été visé par le groupe Borg, dirigé par le Premier ministre Andrej Plenković. Todoric a déclaré qu’il allait désormais poursuivre Andrej Plenković.   (Karla Junicic, Euractiv Croatie)

SOFIA

Moratoire sur les importations de déchets. Le gouvernement bulgare étudie la possibilité d’interdire temporairement les importations de déchets, y compris en provenance des pays de l’UE. L’opposition au parlement a indiqué qu’une telle interdiction serait contraire à la législation de l’UE, car les déchets sont une marchandise. Elle a cependant demandé l’interdiction des importations de déchets en provenance de pays non membres de l’UE. Le débat dans le pays a commencé après la découverte de quantités importantes de déchets stockés illégalement en Bulgarie et après que l’Italie a saisi une cargaison de déchets qui était en route vers la Bulgarie. (Krassen Nikolov, Euractiv Bulgarie)

LJUBLJANA

L’opposition veut réintroduire la conscription. Le parti d’opposition SDS (PPE), a proposé de réintroduire la conscription militaire obligatoire pour les hommes de 17 ans. Le temps de service durerait six mois. Selon le SDS, la réintroduction de la conscription après son abolition en 2003 serait un moyen de renforcer le patriotisme, la conscience nationale, la préparation psychophysique et aurait un effet dissuasif concernant les menaces militaires. (Željko Trkanjec, Euractiv Croatie)

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.