La Grèce souhaite renforcer ses liens avec les États-Unis après l’élection de Joe Biden

L’investiture du président américain Joe Biden a suscité de grandes attentes pour la Grèce en ce qui concerne le renforcement des relations bilatérales et de la coopération stratégique entre Athènes et Washington. [Andreas Prott/Shutterstock]

L’investiture du président américain Joe Biden a suscité de grandes attentes pour la Grèce en ce qui concerne le renforcement des relations bilatérales et de la coopération stratégique entre Athènes et Washington, d’autant plus qu’Athènes estime que les politiques contre-productives de la Turquie contre l’OTAN ne sont pas accueillies favorablement par le nouveau gouvernement américain.

Bien qu’il soit largement reconnu que la politique étrangère américaine ne se retournera pas contre un allié de l’OTAN en raison du changement de présidence, les autorités grecques sont convaincues de la volonté de l’administration Biden de reconstruire les relations UE-USA et de renforcer les liens entre les membres de l’OTAN.

Le candidat au poste de Secrétaire d’État, Antony Blinken, aurait déjà commenté l’alignement des intérêts stratégiques turcs et russes et l’achat du système de missiles antiaériens S-400.

La présence du sénateur Bob Menendez à la présidence de la commission des relations étrangères est également perçue comme bénéfique pour Athènes. Les relations de M. Menendez avec la diaspora grecque et le Hellenic American Leadership Council (HALC) ainsi que ses remarques précédentes sur la décision d’Ankara d’acheter le système S-400 sont aussi bien accueillies. Des sources diplomatiques mentionnent que les sénateurs Jim Risch et Bob Menendez ont tous deux regroupé Ankara avec Téhéran, Pékin et Moscou comme étant les principaux sujets sensibles d’Anthony Blinken.

La Grèce s’attend également à un changement de position des États-Unis concernant le rôle de Berlin dans les négociations gréco-turques. Athènes ne se réjouit pas du rôle accru de l’Allemagne et demande l’intervention de Washington pour assurer la stabilité dans la région plus large de la Méditerranée orientale. L’éminente législatrice et ancienne ministre des Affaires étrangères, Dora Bakoyannis, a condamné le fait que le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, n’ait pas répondu à son homologue Mevlüt Çavuşoğlu qui avait menacé la Grèce lors d’une conférence de presse commune en début de semaine.

Lors d’un événement organisé par l’ambassade américaine mercredi (20 janvier), la présidente grecque Katerina Sakellaropoulou a exprimé avec certitude que les relations gréco-américaines se renforceront encore pendant le mandat du président américain Joe Biden, a révélé l’Agence de presse d’Athènes.

« Le président élu Joe Biden est un ami de la Grèce qui connaît bien ce pays et son peuple. L’équipe de sécurité nationale du président élu a une grande expérience dans cette région et est profondément engagée dans notre relation transatlantique », a déclaré l’ambassadeur américain basé à Athènes, Geoffrey Pyatt, qui a renforcé les relations bilatérales entre Athènes et Washington ces dernières années. L’extension de sa présence en Grèce est considérée comme un avantage par les autorités grecques.

Après l’accord avec le gouvernement américain pour moderniser 80 avions de chasse F16 de 2020 à 2027 et l’acquisition de 18 avions de chasse Rafale de France, Athènes et Washington ont maintenant amorcer des discussions non exclusives sur un programme de 5 milliards d’euros pour la marine afin de fournir de nouvelles frégates et de moderniser celles qui existent déjà, alors que certaines questions concernant le renouvellement de l’accord de coopération en matière de défense mutuelle (MDCA) subsistent.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer