La liberté et la sécurité plus importantes que le profit, affirme le chef de l’OTAN à Davos

Jens Stoltenberg, secrétaire général de l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN), lors de son intervention à l'occasion de la 51e réunion annuelle du Forum économique mondial (FEM) à Davos, en Suisse, le 24 mai 2022. [EPA-EFE/GIAN EHRENZELLER]

Les pays occidentaux ne doivent pas sacrifier la sécurité au profit de l’économie, a averti mardi (24 mai) le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, en soulignant les risques liés à l’absence de contrôle des liens économiques étroits avec la Russie et la Chine.

« Nous devons reconnaître que nos choix économiques ont des conséquences sur notre sécurité : la liberté est plus importante que le libre-échange, la protection de nos valeurs est plus importante que le profit », a déclaré M. Stoltenberg aux chefs d’entreprise réunis au Forum économique mondial (FEM) de Davos.

La mondialisation a présenté de nombreux avantages économiques, a reconnu M. Stoltenberg, mais il a fait remarquer que la guerre menée par la Russie en Ukraine a montré comment des liens trop étroits avec des régimes autoritaires peuvent créer des vulnérabilités.

« Certains de ces échanges commerciaux, certaines de ces interactions avec des régimes autoritaires compromettent notre sécurité — et nous devons alors choisir la sécurité plutôt que la vulnérabilité et la dépendance excessive à l’égard des régimes autoritaires », a-t-il expliqué.

En ce qui concerne le gazoduc Nord Stream 2, conçu pour doubler les flux de gaz russe à travers la mer Baltique directement vers l’Allemagne, M. Stoltenberg a déclaré qu’une leçon avait été tirée avec cette affaire.

Berlin a mis un terme au projet lorsque la Russie a officiellement reconnu l’indépendance de deux régions séparatistes de l’est de l’Ukraine, quelques jours avant d’envoyer des dizaines de milliers de soldats en Ukraine dans ce que Moscou décrit comme une « opération militaire spéciale ».

« Donc cette idée que nous devrions avoir le libre-échange pour le gaz naturel, […] que nous pouvons acheter autant de gaz à la Russie que nous le voulons, est fausse, elle est dangereuse », a averti M. Stoltenberg.

« Cela fournit à la Russie un outil d’intimidation et [un instrument] à utiliser contre nous, et cela a été clairement démontré maintenant, j’ai le regret de le dire », a-t-il poursuivi.

« Si nous partageons la technologie, nous pourrions gagner de l’argent mais [nous cela pourrait] nuire à la sécurité en Occident », a ajouté M. Stoltenberg. « Cela concerne la Russie, mais également la Chine. »

Washington fait depuis longtemps pression sur les États européens et d’autres pays pour qu’ils excluent la technologie chinoise des réseaux 5 G.

En effet, les États-Unis considèrent le fabricant chinois d’équipements de télécommunications Huawei comme un instrument de la machine de surveillance mondiale du Parti communiste chinois.

Huawei, qui joue un rôle de premier plan alors que le monde des télécommunications se prépare à la technologie sans fil de nouvelle génération, a nié à plusieurs reprises toute activité d’espionnage pour le compte de l’État chinois.

« Je ne milite pas contre le commerce avec la Chine, mais je dis que, à titre d’exemple, le contrôle des réseaux 5G est d’une importance vitale pour la sécurité », a-t-il expliqué.

« Nous ne pouvons pas dire que, au nom des profits et du libre-échange, nous ouvrons tout simplement ces réseaux y compris à des fournisseurs qui ne sont en fait pas fiables lorsqu’il s’agit de notre sécurité », a ajouté M. Stoltenberg.

L’UE conclut un accord sur le stockage obligatoire du gaz pour l’hiver prochain

Les négociateurs de l’UE se sont mis d’accord sur l’obligation de stocker du gaz pour les États membres de du bloc, afin que les stocks de l’Union soient remplis à 85 % au moins d’ici au 1er novembre 2022.

Subscribe to our newsletters

Subscribe