La nouvelle ministre des Affaires étrangères déclare que l’Allemagne est « engagée » dans le partage du nucléaire

« Un monde sans armes nucléaires est un monde plus sûr », a déclaré Mme Baerbock sur Instagram après avoir rencontré son homologue suédois à Stockholm. [Albert Zawada/EPA]

L’Allemagne est attachée à ses engagements auprès de l’OTAN, y compris au partage et au désarmement nucléaires, selon la ministre des Affaires étrangères et co-leader des Verts, Annalena Baerbock, qui s’est rendue à Stockholm mardi (14 décembre).

« Un monde sans armes nucléaires est un monde plus sûr », a déclaré Mme Baerbock sur Instagram après avoir rencontré son homologue suédois à Stockholm. Au cours de sa visite, elle a discuté avec des partenaires internationaux des moyens de se rapprocher de « notre objectif d’un monde sans armes nucléaires. »

L’initiative de Stockholm pour le désarmement nucléaire a été lancée en juin 2019 par les ministres de 16 États non dotés d’armes nucléaires. En 2020, l’initiative a convenu de « tremplins » vers leur objectif. Il s’agit notamment de la diminution du rôle des armes nucléaires, de l’éducation et de la participation pleine et effective des femmes aux affaires de désarmement nucléaire.

L’Allemagne souhaite apporter sa contribution en tant que pays « qui n’a jamais été une puissance nucléaire et ne veut pas le devenir », a déclaré Mme Baerbock aux journalistes lors de sa quatrième visite en sept jours.

Mais la beauté de la politique étrangère est que les choses ne sont ni noires ni blanches, a-t-elle expliqué. Pas plus tard que la semaine dernière, elle a déclaré au secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, que le soutien de l’Allemagne au désarmement « n’enlèverait rien au fait que nous sommes membre de l’OTAN ou engagés dans le partage du nucléaire », a-t-elle déclaré, comme le rapporte la FAZ.

L’Allemagne héberge actuellement une vingtaine de dispositifs nucléaires appartenant aux États-Unis. La doctrine de « partage nucléaire » de l’OTAN vise à fournir une dissuasion efficace aux États non nucléaires.

La France accueille à bras ouverts l'accord de coalition allemand, très pro-européen

Exécutif et élus de la majorité se réjouissent de l’accord de coalition trouvé mercredi (24 novembre) en Allemagne, très aligné sur les priorités françaises, notamment sur ses ambitions pour l’UE.

Subscribe to our newsletters

Subscribe