La Pologne, la Lituanie et l’Ukraine appellent à des sanctions contre la Russie

Les dirigeants polonais (à droite) et lituanien (à gauche) ont confirmé leur soutien à la souveraineté et à l'intégrité territoriale de l'Ukraine dans une déclaration commune, publiée à l'occasion du 30e anniversaire de leur reconnaissance de l'indépendance de l'Ukraine. [MARCIN OBARA/EPA]

De nouvelles sanctions contre la Russie devraient être imposées en réponse à son approche agressive envers l’Ukraine, selon le président polonais Andrzej Duda et ses homologues lituanien et ukrainien Gitanas Nausėda et Volodymyr Zelenskiy.

Les dirigeants polonais et lituanien ont confirmé leur soutien à la souveraineté et à l’intégrité territoriale de l’Ukraine dans une déclaration commune, publiée à l’occasion du 30e anniversaire de leur reconnaissance de l’indépendance de l’Ukraine.

Les trois présidents ont qualifié cette décision de « jalon important sur la voie d’une réunification à part entière de l’Europe. »

M. Duda, M. Nausėda etm. Zelenskiy, qui se sont rencontrés lors du sommet virtuel du Triangle de Lublin, se sont assurés mutuellement de leur soutien et de leur solidarité face à la crise migratoire, orchestrée par le président biélorusse Alexandre Loukachenko.

M. Duda et M. Nausėda ont également « appelé la communauté internationale à renforcer les sanctions contre la Fédération de Russie en raison de son agression continue contre l’Ukraine » et « exhorté le Kremlin à désescalader la situation en retirant ses troupes des frontières ukrainiennes et des territoires temporairement occupés. »

Tout en appelant à des sanctions, M. Zelenskiy a admis hier que la résolution du conflit à Donbas ne serait pas possible sans « discussions directes avec la Fédération de Russie », ajoutant qu’« il n’a pas peur » d’une conversation directe avec son homologue russe Vladimir Poutine.

« Il y aura des conséquences si la Russie attaque à nouveau l’Ukraine », met en garde le chef de l'OTAN

Il ne devrait y avoir aucun doute sur la détermination de l’OTAN à «  défendre tous les alliés dans la région  », a déclaré le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, lors d’un entretien exclusif à EURACTIV.

Subscribe to our newsletters

Subscribe