La pression de l’ambassade de Chine sur les médias irrite la Suède

L’actu en capitales décrypte l’info de toute l’Europe, grâce au réseau de rédactions d’Euractiv.

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici

STOCKHOLM

La Chine fait pression sur les médias suédois. Sept des huit plus grandes « newsroom » du pays ont déclaré qu’au cours des deux dernières années, l’ambassade de Chine les avait contactées et avait critiqué leur contenu sur la Chine, selon une enquête menée par la télévision nationale suédoise.

Les rédactions jugées trop critiques ont reçu des courriels et des appels téléphoniques de l’ambassade et certains journalistes ont été invités à des discussions pour être informés de la situation officielle — et « correcte » — en Chine. (Pekka Vänttinen)

HELSINKI

Mise en garde du FMI. Dans son rapport annuel, le Fonds monétaire international (FMI) décrit le programme du gouvernement finlandais et les perspectives économiques du pays comme « difficiles » en raison d’un net ralentissement de l’économie et des réformes structurelles tardives. (Pekka Vänttinen)

BERLIN

Réactiver l’opération Sophia. Dans la foulée de la conférence de Berlin sur la Libye, le ministre des Affaires étrangères, Heiko Maas (Parti social-démocrate), a appelé le 20 janvier à la reprise des discussions sur Sophia, l’opération maritime de l’UE, désormais dépourvue de bateaux, afin de consolider un fragile cessez-le-feu. (Sarah Lawton, Euractiv Allemagne)

VIENNE

Renforcer les règles sur les allocations chômage. Le chancelier Sebastian Kurz (ÖVP), s’inquiète des abus du système de protection sociale autrichien et demande des sanctions plus efficaces. (Philipp Grüll, Euractiv Allemagne)

PARIS

Des moyens pour financer la transition écologique. Alors que la Commission européenne dévoilait la semaine dernière l’architecture globale du Green Deal européen, le commissaire français au marché intérieur et aux services, Thierry Breton, a présenté quelques idées pour assurer l’accès aux 1 000 milliards d’euros nécessaires au Green Deal. Thierry Breton a prôné la création d’obligations à long terme, « de 20, 30 ou même 50 ans, qui permettraient de profiter de taux d’intérêt bas, voire négatifs ». La taxe carbone européenne sur les biens importés devrait également financer la transition écologique, a-t-il ajouté. (Euractiv France)

Lire aussi : Thierry Breton envisage des obligations sorties de la dette pour financer le Green Deal

BRUXELLES

A des kilomètres. L’informateur Joachim Coens (CD & V) estime qu’avec son collègue Georges-Louis Bouchez (MR), « quelques progrès » ont été réalisés ces derniers jours dans la formation d’un nouveau gouvernement fédéral et il continuera à chercher des options possibles avec les deux plus grands partis, la N-VA nationaliste flamande et le parti socialiste, qui ont tous deux remis un rapport intérimaire au roi. L’ancien Premier ministre belge, Elio Di Rupo, a cependant déclaré que les positions des partis étaient très éloignées les unes des autres : « Nous nous parlons, mais la N-VA n’accepte rien de ce que nous considérons comme essentiel : des pensions plus élevées et plus dignes et des soins de santé plus abordables ». (Alexandra Brzozowski, Euractiv.com)

LONDRES

Défaite sans conséquences. Lundi 20 janvier, le gouvernement a essuyé ses premières défaites concernant sa législation sur le Brexit devant la Chambre des Lords. Ses élus ne disposant cependant d’aucun droit de veto, les ministres se contenteront de les ignorer. La Chambre haute – où les conservateurs au pouvoir n’ont pas la majorité – a soutenu des amendements exigeant que les ressortissants de l’UE au Royaume-Uni reçoivent un document comme preuve de leur droit à vivre au Royaume-Uni après sa sortie de l’Union. Ils ont également voté pour retirer aux ministres le pouvoir de décider quels arrêts de la Cour de justice de l’UE peuvent être ignorés ou annulés par les cours et tribunaux britanniques. (Benjamin Fox, Euractiv.com)

DUBLIN

Conditions pour un accord de libre-échange post-Brexit. L’UE ne signera pas d’accord de libre-échange avec le Royaume-Uni, à moins qu’il y ait une « équivalence » concernant les normes sur les marchandises entre l’Union et le Royaume-Uni, a déclaré lundi 20 janvier le vice-premier ministre irlandais, Simon Coveney. (Sam Stolton, Euractiv.com)

MADRID

L’Espagne discriminée par le Fonds européen pour la transition juste ? La ministre espagnole des Affaires étrangères et de l’UE, Arancha González Laya, a exprimé lundi 20 janvier à Madrid ses inquiétudes quant au fait que le Fonds de transition juste présenté par la Commission européenne pour atteindre la neutralité carbone d’ici à 2050 n’était pas « équitable » envers l’Espagne. (Euroefe)

ROME

Premiers pas vers un « procès Salvini ». Une commission du Sénat italien a formellement autorisé une enquête sur Matteo Salvini, le leader de la Lega (extrême droite), concernant des allégations d’enlèvement de migrants qui n’ont pas été débarqués du navire des garde-côtes italiens Gregoretti en juillet 2019. Les parlementaires de la Lega ont voté la levée de l’immunité de Salvini, comme l’avait demandé leur chef, qui a déclaré vouloir être jugé. Il appartiendra à l’assemblée plénière de décider de la levée de l’immunité de Salvini en février. (Gerardo Fortuna, Euractiv.com)

LISBONNE

Rassemblement des « amis de la cohésion ». Le Premier ministre portugais, António Costa, a invité les dirigeants des pays « amis de la cohésion » à un sommet au Portugal le 1er février. La réunion vise à renforcer la position des États membres opposés aux coupes dans la politique de cohésion, dans le cadre du prochain budget pluriannuel de l’UE (2021-2027). Une source au cabinet du Premier ministre a souligné que les « amis de la cohésion » s’engageaient à faire avancer le calendrier des négociations sur le cadre financier de l’UE pour 2021-2027. (Célia Paulo, Lusa)

ATHÈNES

Nouvelle stratégie contre le terrorisme. « Dans trois mois, le pays disposera d’une stratégie nationale contre le terrorisme et l’extrémisme violent », a annoncé le Premier ministre grec, Kyriakos Mitsotakis, le 20 janvier. (Théodore Karaoulanis, Euractiv Grèce)

BRATISLAVA

Le pire des scénarios. Si les circonstances s’y prêtent, le parti populaire d’extrême droite, notre Slovaquie (ĽSNS), pourrait remporter les élections de février. Actuellement, le parti est deuxième avec 13,6 % des intentions de vote, derrière le parti SMER au pouvoir avec 18,7 %. Les données récemment publiées montrent un potentiel de croissance important pour L’SNS. (Zuzana Gabrižová Euractiv Slovaquie)

PRAGUE

Le ministre des Transports licencié. Le ministre des Transports, Vladimír Kremlík, a été licencié à la suite d’un appel d’offres surévalué pour l’exploitation de nouvelles vignettes électroniques sur l’autoroute du pays. Ce contrat de 16 millions d’euros a suscité les critiques de l’opposition et du Premier ministre, Andrej Babiš, qui a par la suite admis que l’appel d’offres avait été mal géré. Un groupe d’experts informatiques tchèques a déjà proposé de programmer gratuitement le système de vignettes électroniques lors du hackathon public de ce week-end. (Aneta Zachová Euractiv République tchèque)

BUDAPEST

Il faut repenser les critères de Maastricht. Le gouverneur de la Banque centrale, György Matolcsy, a déclaré que la zone euro avait besoin d’être « repensée » et qu’un dialogue sur les moyens de réformer les critères de Maastricht, auxquels les États membres doivent satisfaire pour adopter l’euro, était désespérément nécessaire.  La Hongrie est sur la voie d’une convergence durable depuis 2013, avec une croissance économique de 3,8 % en moyenne, soit deux points de pourcentage au-dessus de la moyenne de la zone euro, a déclaré M. Matolcsy. Le PIB par habitant s’élève à 73 % de la moyenne de l’UE et la dette publique devrait tomber en dessous de 60 % du PIB d’ici à 2022, a-t-il ajouté. (Željko Trkanjec, Euractiv Croatie)

BUCAREST

« Ne prenez pas le même chemin que la Pologne et la Hongrie ». L’eurodéputée Iratze Garcia Perez, présidente du Groupe S & D au Parlement européen, demande au gouvernement roumain de mettre fin à ses projets de modification de la législation électorale avant les nouveaux scrutins.

« Le gouvernement roumain du PPE devrait prendre note des exigences de la Commission de Venise, qui interdit de modifier la loi électorale un an avant les élections », a tweeté Mme Perez. « Ne prenez pas le même chemin que la Pologne et la Hongrie en sapant l’État de droit », a-t-elle ajouté. (Bogdan Neagu, Euractiv Roumanie)

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.