La région de Bratislava ne peut pas compter sur l’argent de l’UE

En raison de son PIB par habitant élevé, Bratislava a longtemps eu des difficultés à accéder aux fonds structurels et d’investissement européens. [Marian Weyo/Shutterstock]

Le soutien à la région de Bratislava doit être compatible avec sa capacité à résoudre ses problèmes, a déclaré la commissaire à la cohésion et aux réformes, Elisa Ferreira. En raison de son PIB par habitant élevé, Bratislava a longtemps eu des difficultés à accéder aux fonds structurels et d’investissement européens.

Toutefois, le ministère de l’investissement et de la politique régionale, responsable de la gestion des fonds européens, a proposé de transférer à Bratislava 10 % de la dotation du pays provenant du Fonds européen de développement régional et du Fonds social européen, en provenance d’autres régions. Cela représente environ 1 milliard d’euros.

« Bratislava a besoin de soutien, mais celui-ci doit être compatible avec la capacité de Bratislava à résoudre ses problèmes. Ce n’est pas noir et blanc. D’un autre côté, j’ai visité l’intérieur de la Slovaquie. Il y a d’autres domaines qui doivent passer par la transition juste et des domaines où la Slovaquie doit s’occuper de l’intégration des minorités », a déclaré Mme Ferreira.

« Nous demandons aux États membres de faire des propositions qui soient rééquilibrées et qui garantissent que l’argent ne se concentre pas dans une seule région », a-t-elle ajouté.

L’accord de partenariat entre la Commission et la Slovaquie n’a pas encore été approuvé. Une version actualisée du document devrait arriver à Bruxelles en début de semaine prochaine. La question de savoir si et combien d’argent Bratislava recevra sera un sujet de négociations. Toutefois, selon les sources d’EURACTIV Slovaquie, la Commission n’acceptera pas de transférer 10 % de l’allocation nationale proposée par le ministère.

Le secteur culturel slovaque demande l'intervention de la Commission

Près de 650 représentants du secteur culturel slovaque ont envoyé une lettre ouverte à la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, lui demandant de persuader la Slovaquie d’inclure le secteur dans son plan de relance et de résilience.

Subscribe to our newsletters

Subscribe