La stratégie de défense suédoise mise à mal par les exigences russes

Les exigences de la Russie ont inquiété les pays européens non-membres de l’OTAN, notamment la Suède, qui a renforcé ses liens avec l’Alliance, même si elle n’a pas l’intention d’y adhérer pour le moment. [Alexandros Michaillidis/Shutterstock]

La stratégie de sécurité de la Suède serait entièrement compromise si l’OTAN acceptait de s’abstenir de s’étendre davantage et de réduire certaines de ses activités en Europe, comme le demande la Russie, a déclaré le plus haut commandant militaire suédois au quotidien Dagens Nyheter.

La Russie a rassemblé quelque 100 000 soldats près de sa frontière avec l’Ukraine, ce qui inquiète l’Occident. Tout en niant les affirmations de Washington selon lesquelles elle prépare une invasion, Moscou veut une série de garanties de sécurité, y compris l’arrêt de l’expansion vers l’Est de l’alliance militaire atlantique.

Les exigences de la Russie ont inquiété les pays européens non membres de l’OTAN, notamment la Suède, qui a renforcé ses liens avec l’Alliance et ne veut pas voir sa relation circonscrite, même si elle n’a pas l’intention d’y adhérer pour le moment.

«  Les propositions pour un nouvel ordre de sécurité détruiraient les fondements de la structure de notre politique de sécurité  », a déclaré le général Micael Byden au quotidien suédois Dagens Nyheter.

«  Nous voulons devenir une puissance de défense plus forte dans toutes les catégories et développer une défense globale. Mais cela passe par une coopération internationale développée.  »

Le gouvernement suédois a intensifié son activité diplomatique : la ministre des Affaires étrangères, Ann Linde, a rencontré des responsables américains et la Première ministre, Magdalena Andersson, doit s’entretenir ce vendredi (7 janvier) avec le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg.

Mme Andersson a déclaré, après des entretiens avec le président finlandais Sauli Niinisto jeudi, que la sécurité de l’Europe n’était pas négociable. «  En Suède, nous décidons nous-mêmes de notre politique étrangère et de sécurité et avec qui nous coopérons  ».

Le 23 décembre dernier, Mme Linde avait fermement rejeté les demandes de la Russie selon lesquelles l’OTAN ne devrait pas accueillir de nouveaux membres.

«  Nous rejetons fermement toutes les négociations de la partie suédoise qui portent sur le cœur de l’ordre de sécurité européen. Nous devons avoir un ordre mondial fondé sur des règles, où nous avons le droit international et où chaque pays a le droit de faire ses propres choix en matière de politique de sécurité  », avait déclaré Mme Linde.

Bien que les exigences russes soient principalement dirigées vers les États-Unis et l’OTAN, elles touchent également la Suède, qui n’en fait pas partie.

«  La Suède et la Finlande sont très affectées par cela. Le rejet de toute expansion future de l’OTAN réduira les possibilités de faire des choix politiques indépendants  », a déclaré le ministre des Affaires étrangères.

Unité transpartisane en Suède

Ulf Kristersson, leader des Modérés, un parti d’opposition de centre-droit, a déclaré que les partis politiques suédois devaient faire preuve d’unité face aux exigences de la Russie.

«  La Suède devrait maintenant, dans le cadre d’un large accord politique, faire la même chose que la Finlande. Cela renforcerait la sécurité de notre pays et la stabilité de notre partie de l’Europe  », a écrit M. Kristersson sur Facebook, mardi (4 janvier).

Le président et le premier ministre finlandais ont tous deux déclaré à la fin de l’année 2021 que leur pays avait le droit de demander l’adhésion à l’OTAN s’il le souhaitait.

Aujourd’hui, les cinq partis d’opposition de la droite suédoise sont favorables à l’adoption d’une option permettant de demander l’adhésion à l’OTAN à la suite d’un vote en 2020.

Il est attendu que la Finlande et la Suède collaborent et soumettent une demande conjointe d’adhésion à l’OTAN, si elles décident d’y adhérer. Toutefois, le débat en Finlande ayant progressé plus rapidement et étant à un stade plus avancé, la Suède pourrait se retrouver à la traîne.

La première femme Première ministre de Suède démissionne après quelques heures au pouvoir

La présidente nouvellement élue du parti social-démocrate, Magdalena Andersson, est devenue mercredi (24 novembre) la première femme Première ministre de Suède, avant de démissionner quelques heures seulement après sa nomination.

Subscribe to our newsletters

Subscribe