L’actu en capitales: Impasse à Bruxelles sur les postes clés de l’UE

L’actu en capitales décrypte l’info de toute l’Europe, grâce au réseau de rédactions d’Euractiv.

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici

Les dirigeants de l’UE ne sont pas parvenus à un accord dans les premières heures du vendredi (21 juin) sur les hauts postes de l’UE. Les dirigeants se réuniront à nouveau le 30 juin pour un dîner de travail afin de tenter de sortir de l’impasse.

La chancelière allemande Angela Merkel a réitéré son soutien au processus des Spitzenkandidaten face à l’incapacité de dégager une majorité pour le candidat de son parti, Manfred Weber. Les pourparlers ont été « intenses mais amicaux », a déclaré Mme Merkel, ajoutant que tant que la procédure des Spitzenkandidaten n’était pas pleinement mise en œuvre, l’UE n’était « pas encore au point que je souhaiterais voir ». Quelle que soit la personne qui assumera le poste de direction, « nous devrons trouver une position commune avec le Parlement », a ajouté la chancelière.

Les dirigeants du centre-gauche S&D et du centre Renew Europe ont déclaré avant le sommet que Manfred Weber n’avait pas de majorité derière lui au Parlement européen.

Pour Paris, cette décision n’a pas été une surprise. « J’ai toujours eu une vision claire de la question, je ne suis pas surpris de ce qui se passe », a déclaré hier le président français Emmanuel Macron.

En direct : un sommet clé pour les cinq prochaines années

Le programme est chargé pour ce sommet européen des 20 et 21 juin. Les chefs d’État et de gouvernement devront distribuer les plus hauts postes des institutions européennes, plancher sur la stratégie climat pour 2050, relancer l’économie européenne et parler Brexit.

À Bratislava, le Premier ministre slovaque, Peter Pellegrini, a déclaré qu’il mettrait tout en œuvre pour que Maroš Šefčovič remplace Federica Mogherini, la Haute représentante de l’UE pour les affaires étrangères.

À Bucarest, le président roumain Klaus Iohannis n’a pas voulu commenter un rapport du Financial Times sur sa nomination éventuelle à la présidence du Conseil de l’UE. « Je ne pense pas qu’il soit approprié de commenter les rumeurs pour le moment », a-t-il déclaré. Il termine cette année son premier mandat de président et a annoncé qu’il briguerait un second mandat.

(Aline Robert, Euractiv France/ Florence Schulz, Euractiv Allemagne/ Zuzana Gabrižová, Euractiv Slovaquie/ Bogdan Neagu, Euractiv Roumanie)

BRUXELLES

Inapte à ce poste. Le 13 juin, quelque 150 universitaires ont adressé une lettre ouverte au Conseil de l’Europe (CdE) pour exprimer leur inquiétude face à la candidature de Didier Reynders, ministre belge des Affaires étrangères sortant, au poste de Secrétaire général du Conseil de l’Europe. (Alexandra Brzozowski, Euractiv.com)

BERLIN

Menaces de mort contre des politiciens. L’Office d’État des enquêtes criminelles de Berlin a ouvert une enquête sur les menaces de mort proférées à l’encontre du maire de Cologne, Henriette Reker, et d’Andreas Hollstein, maire de l’Altena, une ville de Rhénanie du Nord-Westphalie. Les deux responsables politiques ont survécu à des tentatives d’assassinat ces dernières années. Henriette Reker a échappé de justesse à la mort en 2015 lorsqu’un radical de droite l’a poignardée au cou alors qu’Andreas Hollstein a été attaqué avec un couteau en 2017.

Plusieurs politiciens allemands ont été victimes d’attaques à motivation politique. En janvier, un homme politique de l’AfD a été sévèrement battu. Le 2 juin, le président de district de la ville de Kassel a été abattu sur sa terrasse. (Florence Schulz, Euractiv Allemagne)

PARIS

Le cannabis doit-il être légalisé ? En France, une nouvelle impulsion pour la légalisation du cannabis a été lancée. Dans une étude, le Conseil d’analyse économique plaide pour une légalisation contrôlée.

Pierre Person, numéro deux du parti La République en marche (LREM), et son collègue Aurélien Taché sont parmi les partisans d’une légalisation régulée du cannabis. (Euractiv France)

ATHÈNES

Vers un gouvernement à parti unique ? Dans trois sondages publiés hier à la veille des élections nationales du 7 juillet, Nouvelle Démocratie (ND) obtient un score compris entre 32,4 et 35 %, tandis que le parti de gauche au pouvoir, Syriza, se situe entre 23,2 et 27 %. Le doute subsistant sur le nombre de partis capables de dépasser le seuil de 3 %, il n’est pas certain que ND soit en mesure de former un gouvernement à lui seul. (Theodore Karaoulanis, Euractiv Grèce)

NICOSIE

Satisfaction au sommet. Le président chypriote Nikos Anastasiades s’est montré satisfait des résultats du sommet européen d’hier, qui a reconnu le forage « illégal » de pétrole et de gaz par la Turquie au large de Chypre, et a menacé de sanctions si Ankara refuse de se retirer. (Euractiv.com)

PRAGUE

Babis change d’avis. Le Premier ministre tchèque, Andrej Babis, a rencontré le chef de la Commission européenne Jean-Claude Juncker hier avant le sommet, mais a refusé de discuter d’un projet de rapport d’audit de la Commission sur le conflit d’intérêts dans lequel il est enlisé. Il a qualifié ce rapport d’attaque contre la République tchèque. La semaine dernière, Andrej Babis avait promis d’évoquer le sujet, mais il a finalement « changé d’avis » ne voulant pas interférer avec le processus d’audit.

BUCAREST

De l’argent pour les hôpitaux, pas pour de la paperasse. La Commission européenne s’est opposée aux projets de la Roumanie d’utiliser les fonds de l’UE destinés aux hôpitaux régionaux pour les préparatifs techniques et non pour leur construction proprement dite.

Dans le budget à long terme de l’UE, l’UE a fourni 150 millions d’euros pour la construction de trois hôpitaux régionaux en Roumanie, mais le gouvernement n’a pas encore commencé la construction. Lorsque le gouvernement s’est rendu compte que les coûts seraient plus élevés, il a décidé de l’utiliser pour la recherche technique afin de ne pas perdre l’argent de l’UE, et de demander des fonds supplémentaires dans le prochain Cadre financier pluriannuel pour la construction elle-même.

La commissaire Corina Cretu a déclaré que l’exécutif n’avait pas encore reçu de nouvelle proposition, mais qu’elle n’était « pas à l’aise » avec l’idée d’allouer de l’argent uniquement pour la paperasse et non pour l’exécution du projet. (Euractiv Roumanie)

SOFIA

Enquête sur les vaccins. Près de la moitié des Bulgares (44 %) s’interrogent sur l’efficacité des vaccins, selon un sondage The Wellcome Global Monitor, la plus grande étude au monde sur ce que les gens pensent et ressentent face à la science et aux grands défis sanitaires. À la question « Les vaccins sont-ils sûrs ? », 35 % des Bulgares ne sont ni d’accord ni en désaccord, tandis que 15 % sont « pas très d’accord » et « fortement en désaccord ». L’Europe de l’Est est la région du monde la plus sceptique à l’égard des vaccins. (Dnevnik.bg)

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.