L’actu en capitales: La Roumanie et Bruxelles dans la spirale de l’article 4

ro

L’actu en capitales récapitule l’info de toute l’Europe, grâce au réseau de rédactions d’Euractiv.

BUCAREST

Attention danger. La Première ministre roumaine, Viorica Dăncilă, a déclaré que la menace de l’article 7 contre son pays est une « chose dangereuse ».

Dans une lettre signée par Frans Timmermans, vice-président de la Commission, l’exécutif de l’UE a mis en garde les autorités roumaines contre la possibilité de déclencher l’article 7 des traités de l’UE, la sanction la plus lourde en matière d’État de droit qui pourrait conduire un État membre à perdre son droit de vote au Conseil.

La Commission estime que les récentes modifications du droit pénal « risquent de créer une situation d’impunité de fait pour les crimes, y compris les crimes de corruption ».

Malgré le fait que Frans Timmermans soit le Spitzenkandidat des socialistes européens, la famille politique à laquelle appartient le parti au pouvoir en Roumanie, Viorica Dăncilă a déclaré qu’elle était déçue par cette lettre car elle était politiquement motivée.

« Je répondrai à M. Timmermans et je demanderai que mon pays et le peuple roumain bénéficient d’un traitement équitable et du respect des autres citoyens européens », a déclaré la Première ministre. (Euractiv Roumanie)

BERLIN

Criminalité antisémite en hausse. La criminalité antisémite a augmenté de près de 20 % en Allemagne l’année dernière, a révélé le ministre de l’Intérieur, Horst Seehofer. Les partisans de groupes d’extrême droite ont perpétré environ 90 % des 1 800 incidents, tandis que les principales infractions étaient des discours haineux, des graffitis antisémites et l’affichage de symboles interdits comme la croix gammée.

(Claire Stam, Euractiv Allemagne)

PARIS

Gilet jaune & calculs. Six mois après le début du mouvement des gilets jaunes en France, les conséquences économiques sont encore à l’étude. Les manifestations ont eu un fort impact sur les petites entreprises et ont coûté environ 0,2 % de la croissance française (4 milliards d’euros) sur la période 2018-2019, selon le ministre de l’Économie Bruno Le Maire.

Mais le mouvement a aussi eu un côté positif : les mesures économiques d’urgence redistribueront 10 milliards d’euros aux ménages en 2019. Il s’agit d’un coup de pouce au pouvoir d’achat qui augmentera le taux de croissance français de 0,3 % du PIB, selon l’Observatoire économique français (OFCE).

France Insoumise. Un jeune conseiller régional du parti La France Insoumise de Jean-Luc Mélenchon a appelé les électeurs français à voter pour le parti d’extrême droite Rassemblement national lors des élections européennes. Le jeune homme politique a déclaré que le parti de Marine Le Pen était « la seule liste souveraine qui lutte pour l’indépendance de la France et qui est capable de bloquer Emmanuel Macron ». (Euractiv France)

BRUXELLES

Débat sans couleur. Le leader socialiste et ancien Premier ministre belge Elio Di Rupo et son successeur libéral Charles Michel ont participé à un débat télévisé, mais les différences entre eux étaient mineures. Elio Di Rupo a insisté sur un « programme progressiste » car les Belges ont « assez souffert ». (Alexandra Brzozowski, Euractiv.com)

ROME

Eurodéputée sous le coup d’une enquête. Lara Comi, eurodéputée sortante de Forza Italia, fait l’objet d’une enquête pour financement illégal. Le procureur accuse la législatrice italienne d’avoir reçu 31 000 euros du président de l’association des entreprises de Lombardie. Lara Comi est actuellement en lice pour un troisième mandat au Parlement européen. (Gerardo Fortuna, Euractiv.com)

VARSOVIE

Tusk à Varsovie, encore une fois. Le chef du Conseil européen, Donald Tusk, participera à une marche organisée le week-end prochain à Varsovie par la Coalition européenne, une importante force d’opposition pro-UE. Au cours des dernières semaines, Donald Tusk a intensifié ses engagements en Pologne puisqu’il explore les possibilités de revenir à la politique polonaise après l’expiration de son mandat au Conseil à la fin de l’année. (Euractiv Pologne)

BRATISLAVA

Fico toujours sous protection. Plus d’un an après sa démission, l’ancien Premier ministre slovaque Robert Fico jouit toujours d’une sécurité payée par l’État, alors que la période habituelle pour une telle protection est de 90 jours après avoir quitté ses fonctions. Lorsqu’on lui a demandé pourquoi il avait encore besoin de sécurité, il a répondu : « Soit il y a des raisons, soit il n’y en a pas. Vous préféreriez peut-être que quelqu’un me tue, et je suis sérieux. Je tiens à dire que je suis convaincu qu’il reste un million de raisons de poursuivre la coopération avec l’Agence pour la protection des fonctionnaires constitutionnels. » (Zuzana Gabrižová, Euractiv Slovaquie)

PRAGUE

Les Tchèques au tribunal. La CJUE a commencé des audiences dans l’affaire des quotas de réinstallation des réfugiés contre la République tchèque, la Pologne et la Slovaquie. La Commission a renvoyé les trois pays devant la Cour pour non-respect de leurs obligations légales en matière de relocalisation. Les trois pays ont déclaré qu’ils ne réinstallaient pas les demandeurs d’asile pour des raisons de sécurité et que le mécanisme de réinstallation ne fonctionnait pas. (Aneta Zachová, Euractiv République tchèque)

ATHÈNES

Soutien pour Timmermans. L’eurodéputé syriza et vice-président du Parlement européen, Dimitris Papadimoulis, a laissé entendre que le gouvernement grec pourrait soutenir le socialiste Frans Timmermans à la présidence de la Commission. « Nous soutiendrons le candidat le plus progressiste qui pourra recevoir le soutien du Conseil et le vote de confiance du Parlement européen », a-t-il déclaré. (Sarantis Michalopoulos, Euractiv.com)

ZAGREB

Toujours pas un pays entrepreneurial. Selon la dernière étude du Global Entrepreneurship Monitor, la Croatie n’est pas encore un pays entrepreneurial en raison principalement de la qualité de son environnement des affaires : son cadre réglementaire est exigeant et complexe et il y a un manque de coopération de qualité entre les secteurs des affaires et de la recherche. (Željko Trkanjec, Euractiv Croatie)

LJUBLJANA

Chemin de fer de la BEI. La Banque européenne d’investissement (BEI) a accordé à la Slovénie un prêt de 250 millions d’euros pour la construction d’une ligne de chemin de fer. C’est le plus grand projet logistique du pays de la dernière décennie. (Željko Trkanjec, Euractiv Croatie)

 

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.