L’actu en capitales: un candidat bulgare gênant pour l’ALDE

Candidat bulgare controversé à l'ALDE.

L’actu en capitales récapitule l’info de toute l’Europe, grâce au réseau de rédactions d’Euractiv.

SOFIA

Candidat sulfureux pour l’ALDE : Delyan Peevski est sur les listes du Mouvement pour les droits et libertés (DPS, affilié à l’ADLE). Il s’agit sans doute de la personnalité politique la plus controversée du pays. Il contrôle un nombre important de médias, ainsi qu’une grande partie de la distribution de la presse écrite. Selon Reporters sans frontières, il est l’une des principales causes du mauvais état des médias en Bulgarie, le pays arrivant 111e au classement mondial de la liberté des médias – dernier de l’UE et parmi les quatre derniers en Europe.

Le magnat des médias est censé représenter le DPS, au parlement bulgare, mais il ne siège presque jamais. Au Parlement européen, il pourrait faire exactement la même chose : être un membre fantôme.

Delyan Peevski a déjà été élu eurodéputé il y a cinq ans, mais avait immédiatement cédé son siège à Iskra Mihailova, alors ministre de l’Écologie. Le chef de file de l’ADLE au Parlement européen, Guy Verhofstadt, s’était distancié de cet allié gênant.

Cette fois, il serait numéro 2 sur les listes du DPS, ce qui signifie qu’il sera à nouveau élu. Un porte-parole de la formation a indiqué ne pas vouloir faire de commentaire à ce stade. Il rejette cependant tout parallèle avec le PPE et le Fidesz, soulignant qu’il ne s’agissait ici que d’un candidat controversé, pas de tout un parti.

La candidature de Delyan Peevski pourrait tout de même être dangereuse et compliquer notamment l’affiliation de LREM, d’Emmanuel Macron, que l’ADLE espère. (Georgi Gotev, Euractiv)

BERLIN

Weber contre Nord Stream : Manfred Weber, Spitzenkandidat du PPE, s’est engagé à s’opposer au projet Nord Stream 2 s’il est élu Président de la Commission européenne. Cela va à l’encontre des efforts du gouvernement allemand pour finaliser le gazoduc. Selon le candidat, le projet ne serait pas dans l’intérêt de l’Europe, car il augmenterait sa dépendance à l’égard de la Russie.

Le gouvernement allemand a longtemps fait pression sur d’autres États membres pour Nord Stream et n’est parvenu à un compromis avec la France qu’en février. L’Allemagne aurait en contrepartie accepté d’abandonner certaines exemptions concernant l’article 13 de la directive européenne sur le droit d’auteur. (Florence Schulz, Euractiv Allemagne)

ATHÈNES

Les « garanties » de Weber : Entre-temps, Manfred Weber a lancé sa campagne officielle à Athènes et a signé sa « Garantie pour la prochaine Commission européenne ».  Il voudrait déployer 10 000 gardes Frontex d’ici 2022, soit cinq ans plus tôt que prévu, et instaurer un FBI européen contre le terrorisme.

Le candidat à la présidence de la Commission a déclaré que le PPE soutiendrait une taxe numérique européenne pour aider les personnes touchées par les changements technologiques, par le biais d’un fonds de transition technologique. Il s’est également engagé à lutter pour des traités mondiaux interdisant les déchets plastiques à usage unique ainsi qu’à appliquer partout une interdiction du travail des enfants. Il s’est également prononcé contre la « bureaucratie bruxelloise » en déclarant qu’il abolira au moins 1 000 textes législatifs obsolètes. (Theodore Karaoulanis, Euractiv Grèce)

LONDRES

Pourparlers en danger : Les pourparlers entre le gouvernement de Theresa May et Jeremy Corbyn, du parti travailliste, sur le Brexit sont sur le point de s’effondrer après que les travaillistes ont déclaré que la Première ministre n’avait offert aucune concession sur leurs principales revendications, y compris une union douanière permanente avec l’UE. Theresa May pourrait organiser un nouveau vote sur son accord de Brexit dans les dix prochains jours afin d’éviter d’avoir à organiser des élections européennes en mai. (Benjamin Fox, Euractiv)

ROME

Les tensions s’exacerbent : Les deux partis au pouvoir, le Mouvement 5 étoiles et la Lega, sont de nouveau en conflit, cette fois-ci à cause d’une norme visant à transférer à l’administration centrale une partie de l’énorme dette accumulée par la mairie de Rome au cours des dernières décennies. Le M5S, qui dirige actuellement la capitale italienne, veut inclure la norme dans le décret-loi « Croissance », tandis que Matteo Salvini, de la Lega ne veut fournir aucune forme de soutien financier. (Gerardo Fortuna, Euractiv)

VARSOVIE

Candidat britannique : Détenteur de la double nationalité, l’ancien ministre des Finances, Jan Vincent Rostowski, a décidé de se présenter aux élections européennes comme candidat britannique. Il est deuxième sur la liste londonienne du parti Change UK, formé d’anciens députés conservateurs et travaillistes qui ont récemment quitté leur parti.  (Euractiv Pologne)

BRATISLAVA

Journalistes sous surveillance : Plusieurs journalistes et politiciens slovaques ont été surveillés de près pendant une période d’environ six mois en 2017-2018, a rapporté Dennik N la semaine dernière. L’homme d’affaires Marián Kočner, accusé d’avoir ordonné le meurtre du journaliste Jan Kuciak, aurait orchestré cette surveillance professionnelle afin de jeter le discrédit sur certaines personnalités.

« J’attends une action décisive de la part du Premier ministre, l’annonce de mesures concrètes pour que chaque citoyen de ce pays puisse se sentir en sécurité », a réagi le président, Andrej Kiska, qui lance un nouveau parti politique. (Zuzana Gabrižová, Euractiv Slovaquie)

BUCAREST

Le torchon brûle entre le président et le gouvernement : Le président roumain, Klaus Iohannis, a rejeté les propositions relatives aux ministres de la Justice, des Fonds européen et de la Diaspora, affirmant que les candidats n’avaient pas « l’attitude appropriée ». Il a qualifié de « farce » le remaniement gouvernemental dans son ensemble.

La semaine dernière, le parti socialiste PSD au pouvoir a forcé trois ministres à démissionner, mais les remplacements proposés ont déclenché de vives réactions. Le candidat avancé pour le ministère de la justice, Eugen Nicolicea, est particulièrement controversé. Il s’agit en effet de l’un des promoteurs des changements du système judiciaire, qui, selon la Commission européenne, affaiblissent l’état de droit dans le pays. Après le refus de Klaus Iohannis, le PSD a été contraint de désigner des ministres intérimaires du gouvernement actuel. (Euractiv Roumanie)

ZAGREB

Excédent pour 2018 : Le gouvernement croate a déclaré que le nouvel excédent de 0,2% en 2018 selon Eurostat (0,8% en 2017) était le « résultat d’une gestion responsable des finances publiques, de la mise en œuvre de réformes et de la stimulation des investissements ». L’excédent de 2018 est considéré comme une véritable réussite parce que le gouvernement a dû payer des garanties au chantier naval Uljanik. La dette publique est toujours élevée, à 74,6 % du PIB, mais elle est en chute libre. (Željko Trkanjec, Euractiv Croatie)

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.