Le bourbier ukrainien intrigue les experts militaires américains

Tank russe en flammes, Ukraine, 28 février 2022. [@IAPonomarenko Twitter]

Les spécialistes militaires américains remettent en question la tactique militaire de la Russie en Ukraine, l’invasion n’ayant apparemment pas atteint ses objectifs initiaux.

La Russie, contrariée par les premiers revers subis sur le champ de bataille en Ukraine, pourrait être en train de modifier sa stratégie en faveur d’une guerre de siège, au moment même où le président Vladimir Poutine augmente le risque d’une erreur de calcul catastrophique en mettant ses forces nucléaires en état d’alerte renforcée, a déclaré dimanche 27 février un haut responsable de la défense américaine.

M. Poutine a mis ses forces nucléaires en alerte alors que Washington estime que les troupes russes ont fait des progrès limités dans leur invasion de quatre jours en raison d’une résistance ukrainienne acharnée et de défaillances dans la planification qui ont laissé certaines unités sans carburant ou autres fournitures, ont déclaré des responsables américains.

Alors que les missiles pleuvent sur les villes ukrainiennes, des centaines de milliers de civils, principalement des femmes et des enfants, fuient l’assaut russe vers les pays voisins.

Les États-Unis estiment que la Russie a tiré jusqu’à présent plus de 350 missiles sur des cibles ukrainiennes, dont certains ont touché des infrastructures civiles, a déclaré le haut responsable de la défense américaine, sous couvert d’anonymat. Néanmoins, elle s’était jusqu’à présent principalement concentrée sur des cibles militaires.

Une tactique de siège ?

Citant une offensive russe sur la ville ukrainienne de Tchernihiv, au nord de Kiev, le responsable a cité les premières indications selon lesquelles la Russie pourrait adopter une tactique de siège.

« Il semble qu’ils adoptent une mentalité de siège, et tout étudiant en tactique et stratégie militaires vous le dira, lorsque vous adoptez une tactique de siège, cela augmente la probabilité de dommages collatéraux », a déclaré la source.

Jusqu’à présent, l’offensive russe ne peut revendiquer aucune victoire majeure. Les Russes n’ont pris aucune ville ukrainienne, ne contrôlent pas l’espace aérien de l’Ukraine et leurs troupes sont restées à environ 30 km du centre de Kiev pour une deuxième journée, a déclaré le responsable, cité par Reuters.

Les tactiques de siège consistent généralement à encercler les positions ennemies, à couper les voies d’approvisionnement et d’évacuation, puis à attaquer avec une force combinée de blindés, de troupes terrestres et d’ingénieurs.

Le haut responsable de la défense américaine a déclaré qu’il restait à voir ce que les forces russes allaient faire ensuite, mais que les premiers signes étaient inquiétants.

« Les indications sont suffisantes en termes de positionnement de leurs forces autour de la ville (de Tchernihiv), de la façon dont ils commencent ce barrage de roquettes, ce qui nous inquiète », a déclaré le responsable.

« Pour qu’un siège (…) réussisse, vous allez fondamentalement, par conception, cibler les infrastructures civiles et causer des dommages aux civils. »

Des images sur les médias sociaux ont montré certains véhicules militaires russes en Ukraine, y compris des chars de combat, qui avaient apparemment été abandonnés après être tombés en panne de carburant, soulevant des questions sur les défaillances logistiques.

« Ils n’ont tout simplement pas l’habitude de se déplacer sur un autre État-nation à ce niveau de complexité et de cette taille », a déclaré le fonctionnaire.

Le responsable a déclaré qu’il n’était pas clair s’il s’agissait d’un échec dans la planification ou l’exécution, mais a ajouté que les forces russes étaient susceptibles de s’adapter et de surmonter les défis.

La Russie n’a déplacé en Ukraine qu’environ un tiers des troupes que M. Poutine avait déployées autour de ses frontières, a indiqué le responsable. Mais le nombre de forces que Moscou a envoyées en Ukraine a rapidement augmenté ces derniers jours.

La Biélorussie se prépare à se joindre à l’invasion russe ?

La Biélorussie se prépare à envoyer des soldats en Ukraine pour soutenir l’invasion russe dans un déploiement qui pourrait commencer dès lundi, a déclaré dimanche soir un responsable de l’administration américaine.

« Il est très clair que Minsk est désormais une extension du Kremlin », a déclaré le fonctionnaire, qui s’est exprimé au Washington Post sous couvert d’anonymat.

Le président biélorusse Alexandre Loukachenko est un proche allié du président russe Vladimir Poutine. Plus tôt dimanche, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a déclaré que l’Ukraine et la Russie mèneraient les premiers entretiens diplomatiques depuis l’invasion lancée par le Kremlin à la frontière ukrainienne avec la Biélorussie.

« Nous serons heureux si le résultat de ces négociations est la paix et la fin de la guerre », a déclaré l’ambassadeur d’Ukraine aux Nations unies, lisant une déclaration aux journalistes. « Mais je souligne à nouveau que nous n’abandonnerons pas. Nous ne capitulerons pas. Nous ne céderons pas un pouce de notre territoire. »

Subscribe to our newsletters

Subscribe