Le chef du parti hongrois en Slovaquie interdit d’entrée en Ukraine

Les conflits diplomatiques de ce type sont rares dans les relations slovaquo-ukrainiennes, mais pas entre la Hongrie et l'Ukraine. [lennystan/Shutterstock]

Krisztián Forró, leader du parti Alliance, qui représente la minorité hongroise en Slovaquie, a été empêché d’entrer en Ukraine la semaine dernière.

M. Forró avait prévu de se rendre à Užgorod, où il était censé rencontrer des représentants du parti politique représentant la minorité hongroise en Ukraine, mais la police ukrainienne l’a arrêté à la frontière. M. Forró a appris par la suite que l’Ukraine lui avait interdit l’accès à son territoire pendant trois ans, au motif qu’il avait enfreint la loi électorale. Le ministère ukrainien des Affaires étrangères n’a pas donné plus de détails.

M. Forró a déclaré qu’il n’était pas au courant de cette interdiction ni d’une quelconque violation de la loi électorale ukrainienne.

La veille des déplacements de M. Forró, la Slovaquie et l’Ukraine ont signé un mémorandum visant à soutenir l’adhésion de l’Ukraine à l’UE.

Les conflits diplomatiques de ce type sont rares dans les relations slovaquo-ukrainiennes, mais pas entre la Hongrie et l’Ukraine. Au cours des deux dernières années, Kiev a interdit à plusieurs politiciens hongrois de haut rang d’entrer sur le territoire ukrainien.

Après les élections régionales de 2020 en Ukraine, Kiev a interdit à deux hommes politiques hongrois de soutenir le parti de la minorité hongroise. Ce soutien pourrait être la raison de l’interdiction de Forró, qui a fait de même.

La Hongrie s’est plainte d’une loi ukrainienne qui limite l’utilisation des langues minoritaires dans les écoles publiques. L’Ukraine s’est plainte de l’apparente ingérence de la Hongrie dans les affaires intérieures.

L’Ukraine fustige l’Otan pour ne pas avoir accéléré son adhésion

L’Ukraine a critiqué l’Otan mercredi (26 mai), lui reprochant de n’avoir rien fait pour accélérer son adhésion malgré les vives tensions avec la Russie, qui avait massé des dizaines de milliers de soldats à sa frontière.

Subscribe to our newsletters

Subscribe