Le débat sur l’euro redémarre en Suède

L’actu en capitales décrypte l’info de toute l’Europe, grâce au réseau de rédactions d’Euractiv.

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici

STOCKHOLM

La couronne ou l’euro ? Conserver la couronne ou rejoindre la zone euro : le débat reprend du poil de la bête en Suède, qui a voté par référendum contre l’adhésion à la zone euro en 2003.

Selon Björn Olsson, un économiste de l’Association des banquiers suédois, la croissance économique annuelle de la Suède est actuellement de 1,5% à 3% plus soutenue qu’elle ne le serait à l’intérieur de la zone euro.

La décision de ne pas adopter l’euro a rapporté au pays un bénéfice de l’ordre d’une année de PIB et la performance économique globale a été jusqu’à 24% meilleure en dehors de la monnaie commune, explique-t-il dans une étude dans le magazine Ekonomisk debatt.

Malgré ces résultats, l’économiste appelle à reprendre la réflexion sur l’adhésion à l’euro, notamment pour armer le continent européen face à la concurrence croissante de la Chine et des Etats-Unis.  La Suède devrait prendre une décision de long-terme sur la monnaie unique dans les cinq ans à venir. (Pekka Vänttinen)

BERLIN

Les libéraux convoitent les électeurs « SDF politiques ». Après une année de résultats électoraux qui peuvent être qualifiés de modérés à décevants, le  parti libéral-démocrate (FDP) a tenu hier à Stuttgart sa réunion annuelle dite « des trois rois » afin de déterminer son programme pour 2020. La direction du parti vise un nouveau vivier d’électeurs potentiels : les partisans désenchantés du Parti social-démocrate (SPD).

Le dirigeant du parti, Christian Lindner, a fait part de son intention de courtiser ces électeurs « sans domicile fixe » politique, affirmant qu’il serait erroné « de penser que tous les travailleurs veulent des politiques de gauche ». (Sarah Lawton, Euractiv Allemagne)

VIENNE

Des acteurs étatiques derrière la cyberattaque contre le ministère des Affaires étrangères ? Une cyberattaque lancée samedi  4 janvier n’a toujours pas été repoussée, même si des contre-mesures ont été appliquées presque immédiatement. Le ministère des Affaires étrangères soupçonne que l’attaque soit le fait d’acteurs étatiques « en raison de sa gravité et de sa nature ». (Philipp Grüll, Euractiv Allemagne)

MADRID

Vote serré pour Pedro Sánchez. Le Premier ministre espagnol intérimaire Pedro Sánchez sera soumis à un vote très serré au Parlement lors de son investiture à la tête de l’exécutif. Il doit obtenir une majorité simple mais ne dispose actuellement que d’un avantage de deux voix. (Beatriz Ríos, Euractiv.com)

PARIS

La guerre fiscale entre la France et les Etats-Unis s’intensifie. La France a de nouveau appelé les États-Unis à « revenir à la raison » et à ne pas sanctionner les produits français en réponse à la taxe numérique française. « Cette guerre commerciale n’est dans l’intérêt de personne et je demande à nos amis américains de revenir à la sagesse et à la raison », a déclaré le ministre des Finances, Bruno Le Maire. La France et les Etats-Unis se sont donnés « 15 jours » pour trouver un compromis sur la taxation des géants du numérique à l’OCDE.  (Euractiv France)

BRUXELLES

La Belgique va renforcer la réglementation sur l’asile. Maggie De Block (VLD), la ministre de l’Asile et de la Migration du gouvernement intérimaire, a donné des instructions pour refuser l’accès aux centres d’accueil pour migrants à deux catégories spécifiques de demandeurs : ceux qui sont déjà reconnus comme réfugiés dans un autre État membre de l’UE et ceux qui ont contourné la « procédure de Dublin » , selon laquelle un demandeur d’asile doit faire sa demande dans le premier pays sûr où il arrive. (Alexandra Brzozowski, Euractiv.com)

LONDRES

Retour du projet de loi sur le Brexit. Les législateurs britanniques entameront la phase finale de la signature de l’accord sur le Brexit de Boris Johnson ce mardi 7 janvier, à leur retour à Westminster. Le projet de loi sera analysé en détail au cours des trois prochains jours avant de passer à la Chambre des Lords. (Benjamin Fox, Euractiv.com)

DUBLIN

Sanctions climatiques. Les ministères et organismes gouvernementaux qui ne respectent pas leurs engagements en matière de climat pourraient faire face à des réductions de financement, dans le cadre du projet de loi sur les mesures climatiques. Le nouveau plan, qui touchera principalement les secteurs des transports, de l’agriculture, du logement et de l’énergie, exercera une pression accrue sur les industries pour qu’elles visent des objectifs restés hors d’atteinte auparavant. (Samuel Stolton, Euractiv.com)

ROME

Les Italiens unis contre le Nutriscore. Dans une interview accordée au quotidien La Stampa, la ministre italienne de l’Agriculture, Teresa Bellanova, a critiqué le Nutriscore, un label nutritionnel qui convertit la valeur nutritive des aliments en un code de cinq lettres. Selon elle, cet étiquetage ne fournirait pas une information complète au consommateur, qui devrait plutôt savoir exactement ce que contient chaque aliment. Les Italiens craignent que Nutriscore ne nuise à des produits italiens emblématiques comme le parmesan et l’huile d’olive qui hériteront d’une étiquette  rouge. (Gerardo Fortuna, Euractiv.com)

ATHÈNES

Réforme fiscale majeure. À partir du 1er janvier, chaque personne vivant en Grèce devra effectuer au moins 30 % de ses paiements par voie électronique (y compris les virements bancaires, etc.). Dans le cas contraire, une taxe supplémentaire de 22 % sera appliquée. (Theodore Karaoulanis, Euractiv Grèce)

VARSOVIE

Visite de l’UE. Une délégation de la Commission de Venise, organe consultatif du Conseil de l’Europe, se rendra en Pologne les 9 et 10 janvier pour rencontrer les autorités polonaises au sujet des derniers efforts déployés par Droit et Justice, le parti au pouvoir, pour assujettir le pouvoir judiciaire. (Łukasz Gadzała, Euractiv Pologne)

PRAGUE

Deuxième audit. Selon Neovlivni.cz, le deuxième audit de la Commission européenne sur les subventions agricoles indique que le Premier ministre tchèque, Andrej Babiš, est en situation de conflit d’intérêts parce qu’il contrôle toujours l’exploitation Agrofert, l’un des principaux bénéficiaires tchèques des fonds agricoles de l’UE. (Aneta Zachová, Euractiv République tchèque)

BUDAPEST

Faire de la publicité pour l’avenir de l’Europe. La Hongrie s’est une fois de plus engagée à dépenser près de 36 millions d’euros en publicité, selon un rapport des médias hongrois. Bien que le contenu de la publicité ne soit pas précisé, les termes du contrat stipulent qu’elle sera « liée à la communication du gouvernement sur la scène internationale et nationale concernant l’avenir de l’Europe », ainsi qu’aux « décisions du gouvernement affectant la vie des citoyens ». (Vlagyiszlav Makszimov, Euractiv.com)

SOFIA

Pouvez-vous vous permettre de chauffer votre maison ? La plus grande partie des personnes qui ont déclaré ne pas pouvoir se permettre de chauffer leur maison de manière adéquate a été enregistrée en Bulgarie (34%), selon les données d’Eurostat. En 2018, 7 % de la population de l’UE ont déclaré, dans le cadre d’une enquête menée à l’échelle de l’Union, qu’ils n’avaient pas les moyens de chauffer suffisamment leur maison. (Dnevnik.bg)

ZAGREB/ BELGRADE

La Premier ministre sur la sellette.  Après sa défaite lors des élections présidentielles de cette semaine en Croatie, le Parti démocratique croate (PPE) au pouvoir a annoncé une réunion ce mardi 7 janvier pour analyser le résultat. C’est la deuxième défaite consécutive sous la direction de l’actuel Premier ministre, Andrej Plenković. Les résultats du 5 janvier pourraient être fatals pour son destin au sein du parti. En attendant, le président serbe a déclaré que Belgrade voulait avoir de « bonnes relations » avec le nouveau président croate. (Tea Trubić Macan, Euractiv Croatie, Euractiv Serbie)

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.