Le largage des ours en peluche entraîne le limogeage d’un ministre biélorusse

teddy bear 600x400.jpg

Le président biélorusse, Alexandre Loukachenko, a limogé son ministre des affaires étrangères suite à un différend diplomatique avec la Suède et l'Union européenne sur une action pro-démocratie qui a vu des centaines d'ours en pluche être largués par avion sur le pays.

 

La présidence a annoncé le limogeage de Sergueï Martynov ce lundi (20 août). M. Martynov, qui occupait ce poste depuis 2003, n'a pas précisé les raisons de ce renvoi.

 

M. Loukachenko a nommé à sa place Vladimir Makeï, ex-chef de l'administration présidentielle biélorusse.

 

Plus tôt ce mois-ci, la Biélorussie a expulsé l'ambassadeur de Suède après qu'un avion affrété par une entreprise suédoise de relations publiques a largué en juillet dernier environ 800 ours en peluche sur le territoire biélorusse, chacun portant un message demandant à l'ancienne république soviétique de respecter les droits de l'Homme.

 

M. Loukachenko a renvoyé deux généraux, dont celui responsable de la défense aérienne, et a exhorté le futur chef en charge des frontières à utiliser les armes si nécessaire pour abattre tout intrus qui pénètrerait dans l'espace aérien biélorusse.

 

Cette initiative a renforcé les tensions entre Minsk et Bruxelles qui critique depuis longtemps la politique de M. Loukachenko. Le président biélorusse et certains de ses hauts fonctionnaires font d'ailleurs l'objet d'un gel d'actif et d'interdictions de voyager imposés par l'UE.

 

L'Union a déclaré dans un communiqué lundi que M. Makeï était l'un de ces fonctionnaires.

 

« M. Makeï est actuellement sujet à des mesures restrictives de l'UE. A l'occasion de la révision prochaine de ces mesures restrictives, à l'automne, l'UE réévaluera la situation. »

 

« L'UE confirme son point de vue critique vis-à-vis du Bélarus et réaffirme son engagement ferme envers le peuple et la société civile biélorusse, ainsi que son soutien aux aspirations démocratiques de la population biélorusse. »

 

Au pouvoir depuis 1994, Alexandre Loukachenko tolère peu la contestation et enferme régulièrement ses opposants politiques. Il a reçu le titre de « dernier dictateur d'Europe » par l'administration américaine de George W. Bush.

 

La répression de l'opposition qui a suivi l'élection présidentielle de décembre 2010 a poussé l'UE et les Etats-Unis à renforcer leurs sanctions contre le régime de Loukachenko.

 

Il avait à l'époque remporté un quatrième mandat, mais il a été confronté à la protestation de sa population et à des accusations de fraudes électorales. 

 

  • 23 sept. 2012 : élections législatives en Biélorussie.

Subscribe to our newsletters

Subscribe