Le nouveau chancelier autrichien peine à gagner la confiance des Verts

L’atmosphère entre les deux partenaires est tendue depuis que les Verts ont refusé de soutenir l’ancien chancelier Sebastian Kurz en raison de son implication présumée dans un scandale de corruption. [ARK NEYMAN/Shutterstock]

La première apparition du nouveau chancelier Alexander Schallenberg au parlement a révélé que la relation avec son partenaire de coalition, les Verts, est encore loin d’être optimale. Dans le même temps, le Parti populaire semble être en désaccord avec l’héritage de l’ancien chancelier Sebastian Kurz.

M. Schallenberg a tenté d’offrir un ton conciliant envers les Verts. « Si j’ai un message aujourd’hui, c’est que notre main en tant que nouveau Parti populaire est tendue vers notre partenaire de coalition », a-t-il déclaré.

Toutefois, l’atmosphère entre les deux partenaires est tendue depuis que les Verts ont refusé de soutenir l’ancien chancelier Sebastian Kurz en raison de son implication présumée dans un scandale de corruption. Alors que les partenaires de la coalition ont l’habitude de s’applaudir mutuellement lors de leurs discours, aucun applaudissement n’a été entendu pour M. Schallenberg.

Il y avait également un autre sujet à l’ordre du jour : Sebastian Kurz. M. Schallenberg a répété qu’il poursuivrait la « voie du succès » empruntée par M. Kurz et qu’il collaborerait étroitement avec l’ancien chancelier qui a permis au Parti populaire de remporter des victoires écrasantes lors des deux dernières élections.

Cependant, alors que les élus de l’ÖVP au Parlement ont loué le travail de M. Kurz, des hommes politiques de haut rang au niveau régional ont adopté un ton plus critique envers l’ancien chancelier.

Le gouverneur de l’État du Tyrol, Günther Plattner, a pris ses distances avec M. Kurz et a déclaré que les accusations portées contre lui étaient « sérieuses » et ne pouvaient être écartées.

Le geste de M. Platter révèle des fissures au sein même du parti, car les gouverneurs des États ont pressé M. Kurz de démissionner tandis que les élus fédéraux de l’ÖVP l’ont encouragé à continuer.

Lorsque M. Kurz est entré en fonction, il a rebaptisé son parti « Nouveau parti populaire » et lui a donné une nouvelle couleur — turquoise au lieu du noir traditionnel auquel l’ÖVP s’associait. La décision de M. Plattner de se distancer de Kurz laisse entrevoir un fossé entre l’ancien ÖVP « noir » et le nouveau « turquoise », puisque M. Plattner a souligné qu’il faisait partie des « noirs » de l’ÖVP.

Accusé de corruption, le chancelier autrichien Sebastian Kurz démissionne

Selon les experts, il agira en tant que chancelier fantôme et pourrait revenir au pouvoir une fois blanchi des allégations.

Subscribe to our newsletters

Subscribe