Le parti suédois au pouvoir est favorable à une candidature à l’OTAN mais s’oppose aux armes nucléaires

« Compte tenu de la situation actuelle, il est naturel que nous devions choisir d’adhérer à l’OTAN », a déclaré le ministre de la Défense, Peter Hultqvist, qui s’était auparavant opposé à une adhésion à l’OTAN. [Shutterstock/Andrzej Rostek]

Dans une décision historique, le conseil d’administration du parti social-démocrate suédois s’est dit favorable à une candidature de la Suéde à l’OTAN avec des « réserves unilatérales contre le déploiement d’armes nucléaires », a écrit le parti dans un communiqué de presse publié dimanche.

À l’issue d’une réunion extraordinaire de son conseil d’administration dimanche (15 mai), le parti social-démocrate au pouvoir a officiellement annoncé qu’il était favorable à une adhésion à l’OTAN, abandonnant ainsi sa politique de non-alignement et de neutralité appliquée depuis longtemps.

Toutefois, le parti « s’efforcera de faire en sorte que la Suède, si sa demande est approuvée par l’OTAN, exprime des réserves unilatérales contre le déploiement d’armes nucléaires et la mise en place de bases permanentes sur le territoire suédois », peut-on également lire dans le communiqué de presse du parti.

Selon les sources d’Expressen, la décision a été prise sans vote, et aucun membre n’a exprimé de réserves concernant la décision.

« Compte tenu de la situation actuelle, il est naturel que nous devions choisir d’adhérer à l’OTAN », a déclaré le ministre de la Défense, Peter Hultqvist, qui s’était auparavant opposé à une adhésion à l’OTAN.

« Aujourd’hui, les sociaux-démocrates suédois ont pris une décision historique en disant oui à une demande d’adhésion à l’OTAN. L’invasion russe de l’Ukraine a aggravé la situation sécuritaire de la Suède et de l’Europe dans son ensemble », a écrit la ministre des Affaires étrangères Ann Linde sur Twitter.

« Nous, sociaux-démocrates, pensons que la meilleure chose pour la sécurité de la Suède et du peuple suédois est que nous rejoignions l’OTAN », a déclaré la Première ministre Magdalena Andersson lors d’une conférence de presse organisée après la décision historique du parti en faveur de l’OTAN.

La décision a été « prise après mûre réflexion », a également indiqué la Première ministre.

La Suède et le peuple suédois « vivent dans une réalité nouvelle et dangereuse », dans laquelle « nous pensons que la Suède a besoin des garanties de sécurité qui accompagnent l’adhésion à l’OTAN », a-t-elle poursuivi.

Par ailleurs, Mme Andersson a déclaré que la Suède serait vulnérable pendant le processus d’adhésion à l’OTAN et a exhorté les Suédois à s’informer auprès de sources fiables.

« Nous ne pouvons pas exclure les tentatives russes d’intimidation. Gardez la tête froide face aux tentatives d’intimidation et de division », a-t-elle déclaré, qualifiant le dialogue avec la Finlande de « précieux », l’avenir des deux pays étant « étroitement lié ».

Selon le Svenska Dagbladet (SvD) les prochaines étapes pour la Suède sont à présent d’organiser un vote sur l’OTAN au Riksdag, le parlement suédois, qui aura lieu lundi puis de soumettre la demande d’adhésion à l’OTAN mardi (17 mai) avec la Finlande. Avec les sociaux-démocrates, la grande majorité des partis du pays sont favorables à une adhésion à l’OTAN.

Si elle est approuvée par le parlement, la demande sera soumise au secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg.

OTAN : les pays nordiques demandent une procédure d’adhésion rapide pour la Suède et de la Finlande

Les cinq Premiers ministres des pays nordiques se sont réunis pour le sommet Inde-Pays nordiques, où l’énergie verte, la Russie et une éventuelle procédure de ratification rapide des adhésions à l’OTAN pour la Suède et la Finlande étaient à l’ordre du jour.

Subscribe to our newsletters

Subscribe