Le passe-droit d’Oettinger exaspère le Parlement européen

Les eurodéputés ne sont pas appelés à voter sur le changement de portefeuille du commissaire allemand.

Plusieurs eurodéputés socialistes contestent la procédure prévue pour le changement de portefeuille du commissaire Oettinger. Et réclament à Martin Schulz un vote en plénière.

Le passe-droit accordé au commissaire allemand, Günter Oettinger, agace dans les rangs des socialistes, dont plusieurs représentants au Parlement européen veulent un vote en bon et due forme sur le commissaire.

Le commissaire en charge du digital, qui a enchaîné les dérapages ces dernières semaines, doit reprendre le portefeuille de sa consœur bulgare, la commissaire au Budget, Kristalina Georgieva, en partance pour la Banque mondiale.

Absence de vote

Mais fin novembre, la conférence des présidents, qui rassemble les chefs de file de chaque groupe politique au Parlement européen a décidé d’épargner au commissaire allemand un vote en plénière, pourtant systématique en cas de nouveau portefeuille.

Le commissaire ne sera soumis qu’à des auditions devant les trois commissions parlementaires compétentes : celle du contrôle budgétaire, des budgets et des affaires juridiques, qui feront part de leur conclusion à la conférence des présidents. Mais aucun vote en séance plénière n’est prévu à l’issue de ces auditions.

>>Lire : Le Parlement européen se dessaisit de la nomination d’Oettinger

« Ce choix semble s’être inspiré du modèle établi l’été dernier lorsque le commissaire Valdis Dombrovskis a hérité des compétences en matière de stabilité financière et de services financiers qu’il supervisait déjà en tant que vice-président en charge de l’euro et du dialogue social » explique une vingtaine d’élus dans un courrier adressé au président du Parlement, Martin Schulz, ainsi que le président du groupe parlementaire, l’italien Gianni Pittella.

Les deux socialistes, membres de la conférence des présidents ont participé à la décision d’exempter le commissaire Oettinger de vote.

Argument politique

« Nous pensons que le cas du commissaire Oettinger est différent. Et nous nous sentons obligés d’exprimer nos fortes réserves concernant l’accord trouvé en conférence des présidents » détaille le courrier.

>>Lire : Budapest assume le déplacement controversé d’Oettinger

Dans les arguments présentés, les eurodéputés insistent sur le respect des règles de procédure du Parlement, qui prévoient un vote en plénière.  Une procédure de changement de portefeuille qui a déjà été appliquée en 2008 lors du changement de portefeuille de l’ancien commissaire français, Jacques Barrot.

Mais le principal argument des eurodéputés est politique. Le récent dérapage homophobe et raciste du commissaire ainsi qu’un récent voyage à bord d’un jet privé appartenant à un homme d’affaires proche du Kremlin ont largement entamé la réputation de l’Allemand.

Oettinger refuse toujours de s’excuser pour ses propos outranciers

Exclusif. Le 2 novembre, le commissaire Günther Oettinger a refusé de s’excuser pour avoir qualifié les Chinois d’« œil en fente » et railler les femmes et le mariage gay.

« Alors que la confiance envers le processus politique européen, est affaiblie, nous ne devrions pas laisser les penser que les prérogatives du Parlement européen sont sapées. Dans ce contexte, une procédure dérogatoire est encore plus inappropriée», conclut le courrier.

Pour l’heure, ni Martin Schulz ni Gianni Pittella n’ont souhaité répondre aux questions d’Euractiv.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.