Le Premier ministre portugais prêt à tous les scénarios après le rejet par le Parlement du budget de l’État pour 2022

M. Costa s’est adressé aux journalistes devant le Parlement peu après le vote du projet de budget de l’État pour 2022, qui a été rejeté par le PSD, le BE, le PCP, le CDS-PP, le PEV, l’Iniciativa Liberal et la Chega. [MARIO CRUZ/EPA]

Le gouvernement a une « conscience claire » après le vote du budget et est prêt à continuer à gouverner ou à aller aux élections, selon la décision du président de la République, a déclaré le Premier ministre António Costa mercredi 27 octobre dans la soirée.

M. Costa s’est adressé aux journalistes devant le Parlement peu après le vote du projet de budget de l’État pour 2022, qui a été rejeté par le PSD, le BE, le PCP, le CDS-PP, le PEV, l’Iniciativa Liberal et la Chega.

« Le gouvernement sort de ce vote avec la conscience tranquille, et la tête haute. Nous ne tournerons jamais le dos à nos responsabilités et à nos devoirs envers le peuple portugais », a déclaré le chef du gouvernement et secrétaire général du parti socialiste.

Selon lui, « à partir de maintenant, naturellement, le Parlement ayant pris cette décision, qui ne nous permet pas d’avancer dans les négociations budgétaires, il appartient exclusivement au président de la République d’évaluer cette situation et de prendre les décisions qu’il juge bon de prendre ».

« Le gouvernement respecte naturellement les compétences du président et n’a pas de commentaire à faire sur ses décisions. Nous serons là pour faire ce qu’il décidera : gouverner par douzièmes (le budget de l’année dernière divisé en 12 pour les dépenses de chaque mois), si telle est sa décision, ou aller aux élections, si telle est sa décision », a-t-il ajouté.

Selon l’agence Bloomberg, le président Marcelo Rebelo de Sousa a déclaré qu’en cas de rejet du budget, le parlement serait dissous, ce qui entraînerait probablement des élections anticipées en janvier.

La Cour suprême portugaise déclare inconstitutionnel l'accès aux e-mails sans ordonnance d'un juge

Lundi 30 août, la Cour constitutionnelle a déclaré à l’unanimité que les règles de la loi sur la cybercriminalité qui prévoyaient l’accès aux e-mails sans l’ordre d’un juge étaient inconstitutionnelles, suite à une demande de révision du président Marcelo Rebelo de Sousa.

Subscribe to our newsletters

Subscribe