Le traité de Maastricht a 26 ans

Une copie du traité de Maastricht est exposée dans la ville néerlandaise, le 25 octobre 2013. [EFE/Archivo]

L’Union européenne a fêté le 7 février le 26e anniversaire du traité de Maastricht, fondateur de la monnaie unique.  Un article d’EuroEfe.

« Nous fêtons aujourd’hui les 26 ans du traité de Maastricht, un tournant historique qui a façonné le rôle de l’Europe dans une nouvelle ère. Il institue pour la première fois le concept de citoyenneté européenne et une coopération accrue en matière de justice et d’affaires étrangères ainsi qu’entre les polices nationales », a souligné la Commission sur son compte Twitter.

« Lorsque je me tenais devant ce nouveau traité, j’ai senti qu’il pourrait être le plus important que je signerai », ajoute Jean-Claude Juncker, le président de la Commission.

Connu sous le nom de traité sur l’Union européenne (TUE), le document marque un tournant dans la construction européenne. Après son entrée en vigueur en 1993, la Communauté économique européenne est devenue plus politique.

Le traité introduit également la notion de citoyenneté européenne dans la législation de l’UE et réaffirme le droit de tous les citoyens de l’Union de « circuler et de séjourner librement sur le territoire des États membres ». Une liberté qui était précisément critiquée par le Royaume-Uni. C’est l’un des motifs qui ont poussé la majorité des Britanniques à voter pour le Brexit.

Le traité renforce entre autres les compétences du Parlement européen afin qu’il devienne l’organe chargé de contrôler l’exécutif. De plus, il accorde à tout citoyen de l’UE le droit de vote ou d’éligibilité aux élections municipales dans l’État membre où il réside, qu’il en soit ressortissant ou non.

Le traité de Maastricht a été modifié par les traités d’Amsterdam (1997), de Nice (2001) et de Lisbonne (2009).

L'UE fête les 25 ans du traité de Maastricht sur fond de crise

Vingt-cinq ans après le sommet de Maastricht, qui a jeté les bases de l’euro, l’UE marque vendredi, sobrement et sur fond d’euroscepticisme croissant, ce qui fut une avancée majeure dans l’intégration européenne.