Les fonds européens dorlotent les alpinistes dans les Pyrénées

Au cœur du parc national des Pyrénées, le fonds européen de développement régional (FEDER) finance la rénovation de l’un des plus anciens refuges de montagne, à 2 565m d’altitude. Ouverture prévue en juin prochain.

Le refuge des Sarradets fait face à la légendaire brèche que Roland de Roncevaux aurait ouverte grâce à son épée Durendal. Un porte naturelle de 40 mètres de large, qui semble taillée dans une muraille de 100 m de hauteur. La brèche est aussi une porte dans la frontière naturelle avec l’Espagne.

Dès la fin du XIXème siècle, avec les débuts du ski de randonnée dans les Pyrénées, des grottes furent aménagées en refuges, en raison des risques météorologiques du lieu. Ce n’est que dans les années 1940 qu’un projet de construction de refuge est lancé. Ce projet verra le jour une quinzaine d’années plus tard et inauguré le 21 octobre 1956 par Maurice Herzog, conquérant de l’Annapurna et président du Club Alpin français. Le refuge de la Brèche, surplombant le magnifique cirque de Gavarnie, est le premier refuge « moderne » inauguré après guerre dans les Pyrénées.

Le tourisme en vélo se développe en Europe

Les régions transfrontalières bénéficient de fonds européens pour aménager des voies cyclables et favoriser le tourisme vert.

Des travaux attendus et nécessaires

Peu de travaux avaient été effectués sur ce bâtiment « à l’ancienne » au confort très sommaire, mais très fréquenté. L’approvisionnement en eau est dépendant des aléas climatiques et des eaux de fonte. Il n’y a pas de douche, juste un coin lavabos alimenté en eau froide uniquement car il n’y a pas de gaz. Seules quelques petites modifications furent effectuées en 1970 pour accueillir plus de couchettes. La décision fut prise en 1990 d’étudier le projet de rénovation, mais en raison de difficultés administratives, en partie liées au bail, le chantier n’a débuté qu’en 2015.

Les travaux qui ont débuté par l’assainissement et l’adduction d’eau afin que le refuge soit alimenté en permanence, se sont avéré compliqués. « À pareille altitude, la météo est vite rude, parfois dès octobre. C’est une course contre la montre, l’urgence étant de terminer l’extérieur avant le retour de l’hiver, d’autant que le 24 juillet dernier, on finissait encore de déneiger ! », détaille Florian Roussy, le responsable des travaux de la fédération française des clubs alpins et de montagne.

Les entreprises ont dû mobiliser d’importants moyens y compris l’utilisation d’un hélicoptère pour livrer les matériaux nécessaires au chantier (dans les années 50, tout était monté à dos de mules). La priorité fut de réaliser le bardage du bâtiment sur les façades de front. Un matériau très particulier est utilisé, de l’acier Corten, qui ne rouille qu’en surface et reste résistant à la puissance des avalanches.

A 3km de Paris, l'UE prend soin de la biodiversité de la Seine

Connue pour ses usines et autres entrepôts, l’Ile Saint Denis veut devenir un écoquartier.  Mais lentement : la faune et la flore de la Seine imposent une interruption des travaux durant le printemps et l’été.

Une ouverture prévue pour le début de l’été

Pour cette année 2019 qui débute « il reste à finir la pose du Corten sur les façades Nord et Est et surtout la pose des panneaux solaires (photovoltaïques et solaires thermiques) qui assureront une plus grande autonomie au bâtiment avec de l’électricité et la possibilité d’avoir de l’eau chaude dans le respect de la démarche de transition écologique », explique Florian Roussy, qui précise : « La réouverture du refuge est prévue pour juin prochain avec une capacité d’accueil passée à 75 couchages au lieu des 53 existants. Nous sommes confiants de tenir les délais si les conditions climatiques ne sont pas trop défavorables cet hiver ».

Un programme européen spécifique pour les Pyrénées

Le Club Alpin de Tarbes, gestionnaire du refuge, a estimé le coût de la réhabilitation à 2,3 millions d’euros. Le FEDER finance cette rénovation à hauteur d’un peu plus d’un million d’euros dans le cadre du programme opérationnel interrégional (POI) Pyrénées commun aux régions Nouvelle-Aquitaine et Occitanie / Pyrénées-Méditerranée.

Doté de 25 millions d’euros du FEDER, ce programme met l’accent sur la valorisation des richesses du massif des Pyrénées au profit de l’emploi et de la croissance et cible en particulier les enjeux liés au bois et à la forêt, la qualité et la diversité des activités touristiques et la valorisation des filières économiques traditionnelles et spécifiques aux Pyrénées. Des objectifs prioritaires ont été définis afin d’augmenter l’emploi en renforçant les activités dans les filières spécifiques aux Pyrénées et d’augmenter la fréquentation des sites touristiques et patrimoniaux pyrénéens.

La Bretagne dope l'innovation grâce au Feder

La Région Bretagne vient de lancer la quatrième édition de son appel à projets « Innovation collaborative au croisement des filières ». À la clé, 3 millions d’euros, dont près de la moitié est issue du Feder. Un article de notre partenaire Ouest-France.

 

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.