Les Français se plaignent d’être mal informés sur l’UE

Les Français estiment être « mal informés » sur l’UE et sont très peu nombreux à affirmer comprendre le fonctionnement des institutions. [Hadrian/Shutterstock]

Les Français restent très attachés à l’UE, mais leur confiance dans les politiques européennes recule. Ils déplorent le manque d’information sur le sujet à la radio et la télévision.

Dans la dernière enquête Eurobaromètre réalisée auprès de citoyens de tous les pays membres de l’UE, plus de six Français sur dix disent « se sentir citoyens de l’Union européenne », soit deux fois plus que la moyenne des 28 États membres (37 %).

Cependant, ce chiffre a enregistré une baisse de deux points par rapport à l’Eurobaromètre du printemps 2016. Une tendance symptomatique de l’oscillation des Français, entre attachement et défiance à l’égard de l’UE.

L’UE importante pour les Français

La défiance des sondés semble toutefois être davantage liée à des causes conjoncturelles que structurelles. Les crises auxquelles se retrouve actuellement confrontée l’Europe sèment le doute dans l’esprit des citoyens.

Des préoccupations qui se traduisent en une perte de confiance de certains Français dans le projet européen, 65 % d’entre eux affirmant  ne « plutôt pas faire confiance à l’UE ».

Toutefois, le candidat pro-européen, Emmanuel Macron, a pour la première fois devancé Marine Le Pen dans les intentions de vote pour la présidentielle française, reléguant François Fillon (Les Républicains) à la troisième position. La place que le futur président consacrera aux politiques européennes semble donc réellement importer aux Français.

>> Lire : Macron devance Le Pen dans un sondage

Si les habitants de l’Hexagone se montrent critiques envers leurs propres autorités nationales, ils sont également nombreux à juger l’UE inefficace (à plus de 75 %). Pourtant, ils reconnaissent son rôle fondamental sur l’échiquier international et le bien-fondé de ses politiques en matière de monnaie unique, de politique étrangère et de sécurité commune (PESC) et d’environnement. À cet égard, la majorité d’entre eux se dit favorable à la mise sur pied de politiques communes dans le domaine de la défense (80 %), de l’énergie (75 %) et de l’immigration (68  %).

Le terrorisme et l’immigration en tête des préoccupations

Les attentats terroristes et la crise migratoire ont durablement marqué les Français.  Ces deux « défis » comptent parmi les problèmes jugés les plus inquiétants, même si le chômage reste une préoccupation indétrônable.

La population, à 78 %, souhaiterait que des mesures soient prises pour endiguer « l’immigration irrégulière de personnes venant de pays en dehors de l’UE », sans pour autant remettre en question la libre circulation des citoyens européens.

Les habitants saluent en outre les objectifs de l’UE à l’horizon 2020. Pour 48 % d’entre eux, les mesures proposées pour lutter contre la pauvreté, le chômage et le réchauffement climatique « vont dans la bonne direction pour sortir de la crise ».

>> Lire : Face au terrorisme, Vincent Peillon veut plus d’Europe

Un manque d’information criant

L’élément le plus frappant du sondage reste cependant le manque d’information ressenti par les Français au sujet de l’Union européenne. Ceux-ci estiment en effet être « mal informés » sur l’UE (77 %) et sont très peu nombreux à affirmer comprendre le fonctionnement des institutions.

Ils tiennent les médias pour responsables de ce phénomène, jugeant que la télévision, tout comme la radio, parlent « trop peu » des politiques européennes, même s’ils soulignent l’objectivité de ces deux canaux d’information. À contrario, le sondage fait état d’une défiance marquée envers la presse écrite et les réseaux sociaux, sur lesquels les informations en matière de politique sont jugées « peu fiables ».

Quel candidat à la présidentielle vous correspond sur l’Europe ? Découvrez-le en répondant à notre quiz en ligne.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.