Les gouvernements fragilisés se multiplient dans l’UE

L’actu en capitales décrypte l’info de toute l’Europe, grâce au réseau de rédactions d’Euractiv.

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici

Impasse politique en Espagne. Afin de sortir de l’impasse politique, la vice-présidente socialiste par intérim du gouvernement, Carmen Calvo, a proposé mardi à Podemos (gauche) de partager un programme politique commun plus large et plus réaliste et de permettre un gouvernement stable en Espagne, selon EFE, le partenaire d’Euractiv.

Le parti socialiste PSOE, vainqueur des élections législatives d’avril dernier, mais sans majorité absolue, tente de mettre en place de nouvelles façons de gouverner avec le soutien de Podemos pour éviter un second tour. Les négociations de l’été n’ont pas abouti ; le parti de gauche a maintenant jusqu’à la fin du mois de septembre pour parvenir à un résultat.

Le Premier ministre par intérim Pedro Sánchez (à droite sur la photo) refuse cependant de partager le pouvoir dans un gouvernement de coalition avec Podemos, après que ce dernier ait refusé une offre faite par le PSOE en juillet dernier.

Carmen Calvo a demandé à Podemos de « ne pas refermer la porte de l’investiture » de Pedro Sánchez et a ajouté : « Tout n’est pas noir ou blanc, le gouvernement de coalition ou les élections […] il y a d’autres possibilités », a-t-elle dit.

Des négocations à rallonge à Rome, les négociations entre le Parti démocrate de centre-gauche et le Mouvement 5 étoiles anti-système sont en cours. Aujourd’hui, le président Sergio Mattarella achève la deuxième série de pourparlers avec les parties et décidera s’il convient d’attribuer un mandat pour former un gouvernement. Les militants du M5S pourraient faire exploser une coalition potentielle, car ils auront leur mot à dire par le biais de la plateforme de vote électronique du parti, Rousseau, la semaine prochaine.

Le président américain Donald Trump a publiquement approuvé dans un tweet le renouvellement du mandat de Giuseppe Conte comme Premier ministre.

Il estime que Conte est « un homme très talentueux » qui « a représenté l’Italie avec puissance au sein du G-7 ». Le tweet a surpris les commentateurs, étant donné que Donald Trump a toujours été considéré comme plus proche du leader de la Lega, Matteo Salvini.

À Bucarest, le gouvernement socialiste (PSD) tente de trouver ses marques suite à la décision du partenaire libéral junior de la coalition ALDE de quitter la coalition gouvernementale.

Trois ministres libéraux ont déjà démissionné, à l’exception de Ramona Manescu, ancienne députée européenne et actuelle ministre des affaires étrangères, qui a décidé de rester.

Le Premier ministre Viorica Dancila a déclaré qu’en dépit de la crise, le gouvernement allait continuer. Mais l’opposition prépare déjà un vote de défiance.

(Euroefe, Gerardo Fortuna, Euractiv.com, Euractiv Roumanie)

Madrid, Rome et Bucarest ne sont pas les seules capitales européennes en proie à des situations politiques complexes : à Londres, l’absence de majorité autour du Brexit pourrait provoquer des élections anticipées, tandis que Bruxelles n’a pas de gouvernement depuis 252 jours. La Belgique est le seul pays à être coutumier du fait, étant resté en 2010-2011 sans exécutif durant 541 jours.

LONDRES / SOFIA

L’opposition à un « no deal » prend de l’ampleur. Une section multipartite de députés de l’opposition s’est rassemblée pour s’opposer au plan B du Premier ministre Boris Johnson visant à quitter l’UE sans accord le 31 octobre. Des pourparlers entre Jo Swinson, le leader du Lib Dem, l’écologiste Caroline Lucas, Ian Blackford, le chef du SNP à Westminster, et Jeremy Corbyn, le leader travailliste, ont eu lieu mardi, dans le but de concevoir des plans pour empêcher le Royaume-Uni de quitter l’UE sans un accord.

Un porte-parole du gouvernement Tory a accusé les dirigeants de « chercher à saboter la position du Royaume-Uni » dans les négociations avec l’UE. Jo Swinson a déclaré mardi qu’idéalement, une extension de l’article 50 aurait lieu en vue d’organiser un deuxième référendum de confirmation. Toutefois, le groupe a également déclaré que le recours à un vote de défiance à l’égard du gouvernement demeurait une option. (Samuel Stolton, Euractiv.com)

Le Premier ministre bulgare Boyko Borissov s’est entretenu par téléphone avec Boris Johnson. Son service de presse a déclaré que l’appel s’était mis en place à la demande de Johnson, et que les deux avaient discuté d’opérations communes contre le crime organisé et le trafic de drogue. En ce qui concerne le Brexit, Boyko Borissov aurait souligné le grand nombre de Bulgares au Royaume-Uni et de citoyens britanniques en Bulgarie. Le Bulgare a invité M. Johnson au sommet des Balkans occidentaux dans le cadre du processus de Berlin, et M. Johnson a invité M. Borissov à se rendre au Royaume-Uni. (Georgi Gotev, Euractiv.com)

ATHÈNES

Problèmes de prix de l’énergie. Le gouvernement conservateur de Nouvelle Démocratie est confronté à un défi majeur : la Public Power Corporation (PPC), une société d’énergie détenue à 51 % par l’État, qui contrôle encore environ 80 % du marché. La nouvelle direction affirme que le PPC fait face à un déficit de trésorerie de plus de 800 millions d’euros.

Au début de l’année, l’entreprise a tenté de vendre certaines grandes centrales au charbon sans résultat. Le ministère de l’Énergie étudie actuellement les moyens d’éviter l’augmentation des prix de l’électricité.

Le parti d’opposition de gauche Syriza affirme que le gouvernement veut vendre l’entreprise « à bas prix et du jour au lendemain » et a appelé Nouvelle Démocratie à commencer par payer d’abord ses propres dettes au PPC. (Theodore Karaoulanis, Euractiv Grèce, et Sarantis Michalopoulos, Euractiv.com)

VARSOVIE

Pas de déficit ? Le gouvernement polonais a dévoilé un plan budgétaire pour 2020, dans lequel aucun déficit n’est prévu. Si les hypothèses du gouvernement deviennent réalité, ce sera le premier budget équilibré depuis la révolution de 1989. (Łukasz Gadzała, Euractiv Pologne)

BRATISLAVA

Les partis hongrois hors du parlement ? Deux partis politiques qui ont traditionnellement représenté la minorité hongroise en Slovaquie (environ 10 %) – le SMK et Most-Híd (tous deux associés au Parti populaire européen) – n’uniront pas leurs forces avant les élections législatives de l’année prochaine. Pourtant, un pacte augmenterait radicalement leurs chances d’obtenir des sièges au parlement.

Les sondages montrent qu’ils ont peu de chances de dépasser le seuil de 5 % à eux seuls. (Zuzana Gabrižová, Euractiv Slovaquie)

PRAGUE

Présidence à faible coût. Il est de notoriété publique que le Premier ministre tchèque, Andrej Babiš, veut réduire au strict minimum le coût de la présidence tchèque de l’UE en 2022. Le quotidien Hospodářské noviny rapporte que Babiš a refusé toutes les demandes de financement supplémentaire formulées par les ministères et prévoit également d’engager moins d’experts que le plus petit pays de l’UE, Malte, a employé pour sa présidence, ce qui suscite les critiques de l’opposition. (Ondřej Plevák, Euractiv République tchèque)

LJUBLJANA

La Serbie mérite son adhésion à l’UE. Le Premier ministre slovène, Marjan Šarec, qui était à Belgrade mardi, a déclaré que la Serbie méritait de faire partie de la famille européenne. « Cela ne se fera pas du jour au lendemain, mais les réformes ont besoin d’encouragement », a dit M. Šarec. Son homologue serbe, Ana Brnabić, a remercié Ljubljana pour son soutien et a déclaré : « La Slovénie n’a jamais eu de conditions particulières concernant l’ouverture des chapitres de négociation. » (Željko Trkanjec, Euractiv Croatie)

VILNIUS

Éviter une récession. Alors que les pays du monde entier craignent une éventuelle récession économique, au premier semestre de cette année, le PIB de la Lituanie a quant à lui augmenté de 4,2 %, y compris l’industrie et les investissements. Selon Swedbank, le PIB lituanien augmentera de 3,2 % cette année et de 2 % l’an prochain, en raison de l’augmentation de la demande intérieure résultant de l’augmentation des salaires, de l’emploi et des migrations. (Angele Kedaitiene, EUnewsLithuania.com)

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer