Les partis d’extrême droite autrichien et allemand se rapprochent

L’actu en capitales décrypte l’info de toute l’Europe, grâce au réseau de rédactions d’Euractiv.

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici

VIENNE

Rapprochement. Herbert Kickl, secrétaire général et stratège principal du FPÖ, le parti d’extrême droite autrichien, a rencontré le 28 janvier à Berlin l’organisation d’extrême droite allemande Alternative für Deutschland (AfD). Lors de la conférence de presse commune, le leader honoraire de l’AfD, Alexander Gauland, a affirmé que le FPÖ était le parti le plus proche de l’AfD « en termes de culture, de politique et de langue ». Si les partis n’ont pas dit à quoi ressemblerait concrètement cette coopération, Alexander Gauland a déclaré qu’elle porterait sur les politiques d’immigration et d’asile, ainsi que sur la protection des frontières. (Philipp Grüll, Euractiv Allemagne)

Entre-temps, à Helsinki, une synagogue a été vandalisée et un drapeau a été brûlé. Le président Sauli Niinistö, qui s’est rendu au camp de la mort d’Auschwitz-Birkenau le jour de la commémoration de l’Holocauste, a appris de Finlande que la synagogue de Turku avait été vandalisée à l’aide de grandes quantités de peinture rouge, tandis que le petit groupe néonazi « Vers la liberté » (une branche du Mouvement de résistance nordique, qui est interdit) a brûlé un drapeau israélien à Tampere. Le président finlandais a qualifié ces incidents de « très inquiétants » et souligné qu’ils pourraient suggérer un « racisme plus large » au sein de la société finlandaise. (Pekka Vänttinen)

BERLIN

Premier cas de coronavirus. Un homme de 33 ans en Bavière est soupçonné d’avoir contracté le virus d’un collègue chinois, et constitue le premier cas de coronavirus en Allemagne, a confirmé le 28 janvier le ministère de la Santé. Selon les rapports officiels, le malade est actuellement isolé dans un hôpital de Munich et est en bonne condition. Bien que les fonctionnaires affirment qu’il n’y ait pas d’autres cas suspects jusqu’à présent, il s’agirait du premier incident de transmission interhumaine en Europe. (Sarah Lawton, Euractiv Allemagne)

PARIS

La violence peut-elle faire partie de la démocratie ? Une manifestation initialement pacifique de pompiers, mardi 28 janvier, s’est terminée par des affrontements entre les pompiers, dont beaucoup étaient armés, et  la police des compagnies républicaines de sécurité, communément appelée CRS. Les manifestations violentes se sont multipliées ces dernières semaines.

Par ailleurs, l’UE aide la France à rapatrier ses citoyens de Chine. La France a demandé à la Commission européenne d’activer le mécanisme de protection civile pour apporter un soutien consulaire aux citoyens de l’UE à Wuhan, en Chine, la ville de l’épidémie du coronavirus. L’UE participera au financement des avions qui doivent décoller ce mercredi 29 janvier et plus tard dans la semaine de Wuhan à destination de la France. (Euractiv France)

BRUXELLES

Une histoire sans fin ? Après que la Belgique a passé 248 jours sans gouvernement depuis les élections fédérales et alors que l’impasse politique persiste, le Roi a décidé de donner aux informateurs fédéraux Georges-Louis Bouchez (MR) et Joachim Coens (CD & V), une nouvelle chance d’accomplir un miracle d’ici au 4 février. La prolongation de leur mission a été une grande surprise pour tous les deux, car ils étaient arrivés à la réunion les mains vides. (Alexandra Brzozowski, Euractiv.com)

LONDRES

Deuxième référendum ? Le Parlement écossais doit voter en faveur d’un nouveau référendum sur l’indépendance, mercredi 29 janvier, ouvrant la voie à une nouvelle épreuve de force constitutionnelle avec le gouvernement conservateur de Boris Johnson à Westminster. (Benjamin Fox, Euractiv.com)

MADRID

L’Espagne rapatrie des ressortissants de Wuhan. Le gouvernement espagnol a confirmé mardi 28 janvier qu’il était en contact avec les autorités françaises et britanniques pour coordonner le rapatriement de plusieurs dizaines de ressortissants bloqués à Wuhan à la suite de l’épidémie de coronavirus. (Beatriz Rios, Euractiv.com)

ROME

Airbnb contrôlé de près. Deux députés du Parti démocratique (PD) de centre gauche ont déposé une proposition visant à réglementer la location d’appartements pour de courtes périodes par le biais de plateformes en ligne telles que Airbnb. Si l’amendement est adopté, les municipalités seront invitées à accorder des licences spécifiques à ceux qui louent plus de trois chambres à des touristes. Le nombre de licences délivrées par an sera plafonné, tandis que la durée des séjours sera limitée. (Gerardo Fortuna, Euractiv.com)

ATHÈNES

Quand le football agite la sphère politique. Le Premier ministre conservateur grec, Kyriakos Mitsotakis, a expulsé le député européen et ancien footballeur, Thodoris Zagorakis, du parti Nouvelle Démocratie au pouvoir, dans un contexte de tensions croissantes entre les deux équipes de football phares du pays, l’Olympiakos et le PAOK. (Sarantis Michalopoulos, Euractiv.com)

SOFIA

Enquête contre le président. Des conversations enregistrées dans le cadre de la mise sur écoute du commandant de l’armée de l’air, le général Tsanko Stoykov, suggérant que le président Rumen Radev pourrait avoir commis un crime, ont été publiées par le bureau du procureur. Ceci intervient après que le procureur général , Ivan Geshev, a demandé à la Cour constitutionnelle de détrerminer dans quelle mesure il était possible d’enquêter sur le président, car celui-ci bénéficie de l’immunité. (Krassen Nikolov, Euractiv Bulgarie)

BUCAREST

Pire que prévu. La Roumanie a clôturé l’année 2019 avec un déficit budgétaire qui a atteint 4,6 % de son PIB, soit bien plus que ce qui avait été prévu lors d’une révision budgétaire effectuée il y a seulement deux mois. Des recettes inférieures aux prévisions, ainsi que la forte augmentation des dépenses dans le contexte de la hausse des salaires des fonctionnaires et de l’augmentation des pensions, ont été mises en cause. (Bogdan Neagu, Euractiv Roumanie)

PODGORICA

Le Premier ministre appelle à un consensus sur la liberté de religion. Le Premier ministre, Duško Marković, a appelé l’évêque métropolitain, Amfilohije du Métropolitainat du Monténégro et du Littoral, pour des entretiens sur la loi sur la liberté de religion récemment adoptée, déclarant que le projet de loi était entré en vigueur et que les dates limites pour sa mise en œuvre approchaient. Le Premier ministre a souligné que le gouvernement était prêt à trouver des solutions concernant les articles contestés en éliminant, par le dialogue ou le consensus, tout doute concernant l’utilisation des églises, des temples et des monastères. (Željko Trkanjec, Euractiv Croatie)

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.