Levée de boucliers au Portugal contre la « dangereuse » idée de salaire minimum européen

L’actu en capitales décrypte l’info de toute l’Europe, grâce au réseau de rédactions d’Euractiv.

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici

LISBONNE

Levée de boucliers contre le salaire minimum de l’UE. Trois des quatre confédérations patronales du Portugal et la CGTP, la plus grande fédération syndicale, ont rejeté l’idée que la Commission européenne se charge de fixer un salaire minimum européen. Cette déclaration a été faite après que la Commission a annoncé, le 14 janvier, qu’elle lancerait des consultations avec les partenaires sociaux afin de garantir que tous les travailleurs de l’UE soient payés équitablement. (Denise Fernandes, Lusa.pt)

BERLIN

L’AfD aura son challenger en Thuringe. Une semaine après que les sociaux-démocrates (SPD), les Verts et la gauche (Die Linke) se soient mis d’accord sur un contrat de gouvernement (15 janvier), l’Alternative de droite pour l’Allemagne (AfD) a annoncé qu’elle souhaitait présenter un candidat à l’élection du ministre-président de Thuringe début février pour défier le ministre-président en exercice, Bodo Ramelow (Die Linke). (Sarah Lawton, Euractiv Allemagne)

VIENNE

La cyber-attaque continue. Le ministre des Affaires étrangères, Alexander Schallenberg, a confirmé le 22 janvier que la cyberattaque contre son dicastère, qui avait été signalée pour la première fois le 3 janvier, était toujours en cours. Les informations sur l’agresseur n’ont pas été divulguées. (Philipp Grüll, Euractiv Allemagne)

PARIS

Projet de loi sur les discours de haine en ligne. Les sénateurs ont entamé la deuxième lecture du projet de loi sur la lutte contre la haine en ligne, dont le premier article obligerait les plateformes de réseaux sociaux à retirer les contenus offensants dans les 24 heures, faute de quoi elles s’exposeraient à des amendes pouvant atteindre 1,25 million d’euros. Bien qu’il vise à rendre les grandes entreprises technologiques plus socialement responsables, le premier article du projet de loi donnerait aux plateformes de réseaux sociaux le pouvoir de déterminer ce qui constitue un contenu haineux en ligne. Cela a soulevé des questions concernant la liberté d’expression et le non-respect du droit européen. (Euractiv France)

BRUXELLES

Déploiements militaires. Les patrouilles de soldats, qui ont été installées il y a cinq ans dans les rues de Bruxelles et d’autres villes en réponse à la menace terroriste croissante, ont coûté à l’État belge plus de 200 millions d’euros jusqu’à présent, selon les chiffres officiels. Les responsables militaires ont demandé que davantage de soldats soient affectés à l’étranger, comme dans la mission navale dans le détroit d’Ormuz, mais pas dans les rues belges. (Alexandra Brzozowski, Euractiv.com)

LONDRES

La « ligne d’arrivée du Brexit ». Le Royaume-Uni a « franchi la ligne d’arrivée du Brexit », a déclaré le Premier ministre Boris Johnson aux législateurs mercredi 22 janvier, après que le Parlement a adopté une loi mettant en œuvre l’accord de retrait qui le fera sortir de l’UE.

Sans surprise, la Chambre des Communes, dominée par les conservateurs, a rejeté tous les amendements apportés au projet de loi par la Chambre des Lords la semaine dernière, y compris les modifications concernant les droits des citoyens, le pouvoir des tribunaux britanniques de s’écarter du droit communautaire et le consentement des administrations britanniques décentralisées.

Le projet de loi doit maintenant être approuvé par le Parlement européen. Un débat et un vote sont prévus le 29 janvier. (Benjamin Fox, Euractiv.com)

MADRID

L’Espagne prête à discuter de la réforme de son code pénal. Dans un geste en faveur du leader indépendantiste catalan emprisonné, Oriol Junqueras, et de l’inculpé Carles Puigdemont, le gouvernement espagnol s’est dit ouvert à la réforme du code pénal, avec pour objectif principal d’actualiser les sanctions pénales en cas de sédition et de rébellion. (Euroefe)

ROME

Tunis irrité par Salvini. Sous l’impulsion de ses partisans, le leader d’extrême-droite, Matteo Salvini, a été filmé dans la banlieue de Bologne, sonnant à un interphone et demandant à un présumé dealer tunisien, dont le nom de famille et l’adresse du domicile étaient clairement audibles, s’il faisait du trafic de drogue. (Gerardo Fortuna, Euractiv.com)

ATHENES

Les insulaires protestent contre les migrations. Quelques jours après la rencontre entre le vice-président de la Commission européenne, Margaritis Schinas, et le gouvernement grec, les citoyens des îles du nord de la mer Égée ont protesté le 22 janvier contre l’impact négatif de la crise migratoire sur leurs communautés. La mobilisation des îles doit se poursuivre ce 23 janvier avec la fermeture des bureaux municipaux et des grèves, comme l’ont déclaré de nombreux syndicats régionaux. (Théodore Karaoulanis, Euractiv Grèce)

VARSOVIE

Greta rencontre des mineurs. Greta Thunberg a fait une tournée en Pologne et a visité une usine de charbon à Bełchatów. Elle a également rencontré des mineurs dans la province de Śląsk, qui regorge de charbon. Filmés par la BBC, les mineurs lui ont montré à quoi ressemblait l’intérieur de la mine et lui ont dit qu’ils n’étaient pas opposés au changement mais qu’il fallait dialoguer. Cependant, le Syndicat national des mineurs s’est plaint en déclarant que « les contacts avec Thunberg constitu[aient] un exemple de stupidité et [faisaient] du tort à la Pologne ». (Łukasz Gadzała, Euractiv Pologne)

BUDAPEST

150 milliards d’euros pour une Hongrie sans carbone d’ici à 2050. Lors d’une présentation des stratégies du gouvernement en matière d’énergie et de protection du climat devant le parlement, le ministre de l’Innovation et de la Technologie, László Palkovics, a déclaré que la Hongrie aurait besoin de 150 milliards d’euros pour que son économie soit exempte de carbone d’ici à 2050, ce qui lui permettrait de satisfaire aux exigences de l’UE en matière de neutralité climatique. Les plus gros pollueurs, et non les subventions de l’UE ou les contribuables, devront payer la facture, a ajouté le ministre (le ministre des Finances, Mihály Varga, avait déclaré la même chose lors du Conseil ECOFIN du 21 janvier). (Željko Trkanjec, Euractiv Croatie)

BUCAREST

La nomination du président du Sénat jugée inconstitutionnelle. La Cour constitutionnelle de Roumanie a décidé, mercredi 22 janvier, que la nomination de l’ancien ministre des Affaires étrangères, Teodor Melescanu, à la présidence du Sénat le 10 septembre 2019, était contraire à la Constitution. (Euractiv Roumanie)

BELGRADE

Les Serbes veulent adhérer à l’UE. Plus de la moitié des Serbes voteraient pour l’adhésion à l’UE, a déclaré le ministère de l’Intégration européenne. Selon son sondage, 54 % des Serbes voteraient en faveur de l’adhésion à l’UE, tandis que 24 % voteraient contre, ce qui, selon le ministre de l’Intégration européenne, Jadranka Joksimović, démontre que le soutient à l’adhésion à l’UE ne faiblit pas. (Euractiv Serbie)

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER